Run : 42ème marathon, le débrief

On aurait pu croire qu’en prenant le départ de mon 42ème marathon, virtuel mais question kilométrage, je n’aurais fait aucune bêtise question équipement ou alimentation mais vous me connaissez… On ne change pas une équipe qui gagne et forcément j’ai fait de bons choix et de plus mauvais. Un petit débrief s’imposait !

Du côté des pieds

Je suis partie avec la KD Plus de Kiprun que je vous ai présenté officiellement là et que j’avais déjà évoqué dans le test ici. Mais au moment de la rédaction du dit test, elles n’avaient jamais fait plus de 20km à mes pieds. Là, on parlait de 42 et d’un temps relativement long puisque nous étions avant tout sur un mode « sortie longue balade ». C’était donc un pari et le pari fut réussi ! Sincèrement j’appréhendais question dos parce que ma dernière expérience fut tellement traumatisante que j’ai carrément arrêté de courir la distance. C’est dire si le choix des chaussures était capital. Je me suis contentée de bien « crémer » mes pieds avant de partir (je ne peux pas vous parler de la crème en question, elle vient des US où elle m’a été offerte dans un pack cadeau de départ d’une course, on ne la trouve pas en France) et de partir avec deux compeed au cas où mais finalement nickel, pas une ampoule à signaler ! Donc maintenant je peux l’affirmer avec certitude, cette paire peut bien monter sur marathon !

Du côté du dressing

Je l’ai évoqué dans mon test ici, j’étais en total look Brooks parce que je trouvais joli. Avec ça… Comme je le disais, je m’attendais à pouvoir poser ma veste, ce que je n’ai jamais réussi à faire, le vent un peu frais m’en a empêché. D’un autre côté, les grandes poches m’ont bien servies puisque j’y avais glissé une partie de mon ravitaillement. Donc là, en dehors du short qui n’était pas à la bonne taille je pense ou qui mériterait un shorty plus moulant ou surtout plus stretch, je m’en sors plutôt pas mal.

Du côté du matos

Du bon, voir même du très bon avec l’Apex Pro de COROS et son autonomie de dingo dont je vous parle ici. Du moins bon avec ma ceinture Compressport (l’UTMB) que j’adore (la présentation à retrouver ici) et qui était parfaite, sauf que là nous étions en totale autonomie… Je ne sais pas ce qui m’a pris de partir avec une seule flasque. Ce n’est pas comme si j’avais pleins de sacs dont le Compressport d’ailleurs, testé et approuvé à de nombreuses reprises qui aurait été parfait. Heureusement que le gentil serveur du Café du Commerce m’a fait le plein parce que là j’étais mal. Partir en totale autonomie en eau aurait été quand même beaucoup plus intelligent de ma part. En attendant, j’ai pu confirmer que le portable sur le ventre à l’avant se supporte très bien plus de 5h et qu’on y glisse la flasque même un peu vide très facilement. Je cherche encore ce qui m’a pris de faire ce choix, loin d’être judicieux pour une autonomie de plus de 5h qui était prévue avant même le départ. Bref…

Du côté de l’alimentation

Alors là j’ai fait simple, connu et éprouvé avec des barres d’amande Gerblé que j’adore et qui passent toujours super bien. Je tourne normalement maintenant aux barres Baouw mais je m’y étais prise trop tard et ma commande n’était pas arrivée à temps, elle m’attendait sagement à la maison à mon retour. J’ai donc improvisé sur place et dieu merci ils en avaient dans la superette des Portes. Pas très malin mais ce n’est pas comme si ça m’arrivait presque à chaque fois ! J’avais aussi le gel salé de Meltonic. Je suis partie avec une seule petite flasque, sincèrement dans l’absolu, je me dis qu’une deuxième n’aurait pas été de trop. Nous nous sommes arrêtés boire un coca, comme je l’explique dans mon récit ici, donc au semi, non seulement j’ai eu ma dose de sucre rapide mais comme je n’ai pas tout bu, le reste de mon verre a rejoint l’eau de ma flasque pour ne rien perdre. Si je n’avais pas eu cette dose, je me dis que ça aurait pu être un peu dur vers la fin. En tout cas, définitivement j’aime vraiment beaucoup ce système qui est très pratique parce qu’il me permet de prendre la juste dose et pas forcément d’avaler tout un gel alors que je n’en ai pas forcément envie. Je peux beaucoup plus facilement fractionner la prise alimentaire et à mon avis pour éviter les soucis digestifs c’est idéal. J’ai aussi pris une compote lors de notre dernière pause mais j’avoue l’avoir honteusement piqué dans le sac de mon colloc de marathon 😉.

Voilà, vous savez tout ou presque !

Running - Montres Connectées