Run : Adidas 10km Paris, mon retour dans le game !

26/09/2021 - Adidas 10K Paris

Pas de panique vous n’allez pas avoir le droit à un récit de 80 pages sur comment j’ai très moyennement géré mon retour sur bitume 😉 mais je voulais quand même vous parler de cette course pour peut être motiver mes lecteurs à se lancer l’année prochaine sur ce 10km ma foi fort sympathique.

Alors non, je ne suis pas venue à Paris uniquement pour courir 10km… Quoique je viens bien pour la Parisienne qui fait 3 kilomètres de moins ! Non, à la base la raison principale de ma venue était de venir assister à la conférence de Mike Horn au Grand Rex dont je vous parlerai prochainement d’ailleurs parce que là pour le coup il y a beaucoup à dire. Quand j’ai vu que je pouvais en profiter pour courir ce 10k et qu’en plus mon futur potentiel gendre était motivé pour venir avec moi, je n’ai pas hésité. Mais ça c’était avant… Avant que je doive passer un électro d’effort un peu en catastrophe, que je doive du coup annuler le Marathon des Sables parce qu’à un moment il faut savoir aussi être raisonnable et avant que Pierre se blesse à son entraînement le vendredi qui précède la course. Bref je me retrouve toute seule avec un objectif : voir comment mon cardio se comporte sur du plat puisqu’apparemment le dénivelé le fait paniquer.

26/09/2021 – Adidas 10K Paris

Petit détail qui n’en est pas un, je n’ai absolument pas couru depuis plus de trois semaines et même plus parce qu’on ne peut pas vraiment dire que j’ai couru sur ma tentative avortée de Swiss Peaks Trail. Le samedi je profite d’une session test organisée par Running Heroes et Puma pour faire 45 min de footing et quelques exercices spécifiques pour voir ce que ça donne. J’ai aussi testé les Deviate Nitro mais 45 minutes justement c’est un peu court pour en parler, même si les premières sensations furent vraiment sympathiques. Inutile de vous préciser que je suis loin mais alors très loin d’avoir retrouvé mes sensations ! Dimanche matin je bénis le truc des petites vagues qui me permet d’avoir un départ à 9h52, je peux presque faire une grasse mat 😁. Je rejoins la place de la Concorde d’où nous partirons tous les uns après les autres pour ce qui s’annonce comme une vraie visite touristique. Presque tout le monde porte le t-shirt de la course, bleu schtroumf qu’hélas j’ai commandé beaucoup trop grand (mon ado est ravi de son cadeau !). J’avais choisi Odéon parce que c’est dans ce quartier que j’ai vécu mes études, que j’ai rencontré mon mari, que nos trois premiers enfants ont grandi jusqu’à ce qu’on file derrière la ligne de démarcation😁…

J’ai oublié la traditionnelle photo Race Pack qu’on voit toujours sur insta la veille de la course…
Du coup je vous ai fait une photo post Race Pack 😁

C’est clairement ce qui m’a motivé pour cette course : le parcours ! Quand tu es une provinciale comme moi depuis tellement longtemps que tu as oublié que tu fus une parisienne pendant pas mal d’années, on te dit Concorde, Madeleine, Opéra, Louvres, Troca, Tour Eiffel et Invalides… Tu as tout de suite les yeux qui brillent. Je pars donc avec une seule idée en tête : kiffer un maximum ce moment incroyable où tu as l’impression que Paris t’appartient. Le truc des petites vagues, je sais bien que c’est « covid friendly » mais si on pouvait garder ça, franchement moi je signe tout de suite. Le départ est super fluide, tu n’es jamais gêné, c’est topissime ! J’ai un peu paniqué parce que j’ai réalisé que je n’avais pas regardé s’il y avait bien un ravito et comme il a fallu attendre le 6ème kilomètre pour le trouver, je me suis un peu maudite de n’avoir pas pris d’eau avec moi. C’est pas comme si j’avais pleins de ceintures d’hydratation dans mes placards…

J’alterne le nez en l’air et le nez sur le cardio qui est au taquet sans vouloir redescendre malgré mes tentatives de « allez respire, tout va bien, je vais bien ». J’ai beau ralentir, lui refuse de le faire malgré quelques arrêts photo. Et puis j’aperçois au 7ème kilomètre une jeune femme qui marche et qui semble être largement plus dans le mal que moi. Je m’arrête à son niveau et lui propose de l’emmener avec moi. Elle redémarre et c’est parti. Je me mets à un rythme plus lent, je l’encourage, la conseille un peu et bon an mal an, on avance. On joue à « allez tu cours jusqu’au feu et on marche un peu » et ça fonctionne plutôt pas mal. Un peu après le 8ème kilomètre, elle me dit que je peux y aller, elle va finir elle en est sûre maintenant alors je file. C’est alors que je regarde enfin mon chrono et que je réalise que je suis beaucoup plus proche de l’heure que je ne le pensais.

26/09/2021 – Adidas 10K Paris

Je voudrais bien vous dire que je relève la tête et que je fais une accélération de dingue pour passer sur la ligne en 59’59 mais ce serait mentir. J’en suis bien incapable et mon cardio de toute façon ne semble absolument pas d’accord. Je me contente de finir super heureuse d’avoir enfin vu une ligne d’arrivée et de n’avoir pas autant souffert que ça. Maintenant j’ai compris, je vais devoir revoir ma façon de m’entraîner si je veux continuer encore quelques années et inclure un paramètre limitant qui ne faisait pas partie jusque là du game mais il en faut plus pour m’arrêter, vous me connaissez. J’ai kiffé, j’ai vu des gens heureux et ravis de pouvoir se dépasser, j’ai un peu aidé et j’ai fini sur mes deux pieds, que demandez de plus après tout ce qu’on a traversé !

Le site de la course est là, je vous tiens au courant quand on a la date de l’édition 2022 !

Crédit photos : Aurélien Vialatte

Running - Montres Connectées