SALMING RACE 3, tout pour la vitesse

L’équipementier suédois SALMING a fait du Natural Running son cheval de bataille, avec une approche toute personnelle qui, des dogmes, ne retient pas l’intégralité. La RACE 3, objet de ce test, s’inscrit parfaitement dans cette dynamique créatrice. Aussi, au premier abord apparaît-elle quelque peu paradoxale au puriste. Si son drop (5 mm, 17 mm d’épaisseur de semelle sous le talon) est dans la norme « naturelle », son chaussant rigidifié autour du talon et sa toebox peu généreuse à l’oeil semblent en décalage. Autre paradoxe, sa légèreté extrême, même au toucher, n’est finalement qu’apparente (180 g environ pour une pointure 45).

sal3

Mais en fait, de tout cela, on se fiche un peu 🙂 ce ne sont qu’arguties de pseudo-spécialiste (i.e votre serviteur) et ce qui nous importe dans cette affaire, c’est de savoir si cette RACE 3 est une « bonne chaussure » ou pas.

Et la réponse est un grand OUI … si tant est qu’on l’utilise uniquement pour faire du fractionné et des courses courtes (5 / 10 km). Ce n’est pas tant le confort du chaussant qui limite son périmètre d’intervention que sa semelle, quasi sans amorti et qui a tendance à se râper un peu au fur et à mesure des kilomètres (j’en ai fait 300 …). Ceci étant dit et dans le respect de nos hypothèses de départ, la RACE 3 figure facilement au top de sa catégorie.

sal1

Si elle n’est pas forcément facile à enfiler à cause de sa coque arrière (il est nécessaire de bien desserrer), elle se révèle à la fois confortable, la souplesse du chaussant lui conférant un comportement « seconde peau », et précise dans le sens où le pied est remarquablement maintenu sans aucune contrainte, tant à l’avant avec des bandes élastiques de renfort, qu’à l’arrière où notre fameuse coque se fait oublier tout en gardant le pied parfaitement dans l’axe du mouvement, évitant ainsi quelques dispersions d’énergie. Le système de laçage malgré un apparent classicisme est un must d’adaptation à la morphologie du pied. Précisons qu’il n’y a aucun support de voûte (j’adore !) et que le pied est rigoureusement à plat.

sal3

La semelle est un modèle du genre : elle accroche parfaitement, notamment à l’avant et est souple sans effet guimauve. Toute l’attention de la marque a été portée sur la partie avant, l’arrière étant réduit à une expression assez simple permettant cependant une transition ultra-rapide vers l’avant grâce à une unité torsionnelle au centre. Je n’ai jamais été un adepte de cette « torsion » développée par une marque aux 3 bandes, mais force est ici de constater son efficacité lorsqu’elle est revue à la sauce suédoise.

Bref, quand on court … vite, la RACE 3 nous le rend bien. Les séances de 30/30 ou de 400 sur route ou piste sont un régal à condition, bien entendu, de ne pas attaquer franchement du talon (achat déconseillé dans ce cas) et sur 10 km, elle tient … la route, pour peu que son propriétaire sache conserver une foulée légère jusqu’à l’arrivée. Dans le cadre de ma préparation au Marathon Seine et Eure, elle me suit (enfin … j’essaie d’en être digne) deux fois par semaine (fractionné court / EMA) depuis quelques temps et je n’en changerais pour rien au monde.

Vendue 99 € sur le web (par exemple ici), son prix public est de 130 €. Est-ce que j’en conseille l’achat ? Oui, si … vous avez les moyens d’acquérir une autre paire plus adaptée aux longues distances, que vous cherchez une chaussure pour battre votre record sur le 10 km par exemple et que vous avez une foulée qui ne talonne pas trop dans ce cas la RACE 3 est faite pour vous. Non, si vous envisagiez une paire polyvalente à utiliser tous les jours.

Dernier point que je voudrais ajouter. J’avais eu l’occasion, il y a quelques années, lors de l’arrivée de la marque sur le marché français, de tester un modèle un peu similaire de la gamme de l’époque et je l’avais « descendu en flammes » ne lui ayant trouvé aucune qualité et en déphasage par rapport au Natural Running. Avec cette RACE 3 (et comme le diraient les pros du marketing) l’effet waouh n’est pas loin 🙂 ce qui prouve, mais on s’en doutait un peu, qu’une marque évolue 🙂