Run : PTL 2016, Nathalie et Sylvie sont à Chamonix !

Cette année j’ai décidé de me faire le all included… l’UTMB version « ultra » avec autant que possible une présence sur un maximum de courses en arrivant dès dimanche pour ne pas rater le départ d’une de mes préférées, la Petite Trotte à Léon ou PTL pour ne pas la nommer.

 

Pour moi, elle représente l’aventure comme je les aime sur le papier puisque maintenant, après une tentative sur le Tor des Géants, je sais que ce genre de format n’est pas pour moi. J’aime la montagne mais elle ne m’aime pas… Et ce type de course, elle a 300km pour bien me le faire comprendre ! Alors je préfère regarder les autres et la vivre par procuration, c’est déjà pas mal. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas cette course qui n’en est pas vraiment une d’ailleurs, un petit rappel : balade dans le massif du Mont-Blanc de 300 km et 26 500 m de dénivelé positif, à réaliser en équipe (2 ou 3 coureurs), en 150 h 30 maximum et en autonomie complète, pas de balisage, les coureurs ont à leur disposition cartes et points GPS. Enfin autonomie complète… L’organisation a quand même prévu ce qu’on appelle des bases de vie où les équipes peuvent souffler un peu, manger, dormir, se doucher et récupérer un sac qui les suit pendant toute la course pour changer de vêtements et compléter la nourriture de la journée Autre particularité qui fait forcément la différence avec mes trucs à la noix : on peut se ravitailler dans les refuges, s’offrir un coca frais au bar, à sa charge évidemment mais ça fait du bien souvent de compléter le quotidien. Et avec la chaleur qui s’annonce, ça tombe plutôt bien. Ah oui j’oubliais, le Léon du nom il existe bien dans la vraie vie et se charge tous les ans de définir un nouveau parcours. Le reste de l’année le boulanger pâtissier qu’il est se charge à Champex de ravitailler les randonneurs avec sa célèbre tarte à la myrtille.

Carte PTL topography

 

Profil_PTL2016

 

Ils étaient 110 équipes, 290 inscrits dont 31 femmes seulement, venant de 27 nations sur la petite place de la mairie de Chamonix : des amis, des duos ou trios formés pour l’occasion, des pères et leur fils, et même un guide et son « client » qui après des heures d’escalade et de sorties en montagne ensemble se sont lancés dans l’aventure PTL, sachant qu’il faut un finisher UTMB dans le lot. 9h du matin, ce n’est certes pas la folie du départ de l’UTMB mais l’ambiance est vraiment hors norme. Les familles, les amis qui vont attendre 6 jours leur retour sont là pour un dernier au revoir, les cloches raisonnent couvrant presque Vangelis (pour mon plus grand bonheur !). Cela tient plus d’un joyeux bazar organisé et ultra convivial. Les premiers partent vite mais on est loin des sprints que l’on connait sur les autres courses. En visualisant les images de ce départ, j’ai retrouvé les premiers au 20ème km tranquilles au sein du peloton. Tout le monde a conscience que 300km c’est long et que se griller n’a que peu d’intérêt et est un très mais alors très mauvais calcul. Surtout que le parcours ensoleillé ne sera pas exactement le même puisque l’organisation a dû tenir compte d’un taux d’enneigement tardif. Quelques ajustements ont été fait sans rien enlever à la difficulté. J’ai deux amies sur la course engagées toutes les deux avec des duos masculins, Nathalie et Sylvie.

14095778_1229911007032530_498058466371426779_n

Sylvie Dossard 20860 – Team Ceramiq

 

14117914_1229909643699333_1478045119031239473_n

Nathalie Dossard 20370 – Ikunngut Team

(le garçon en noir à ses côtés je le connais bien on a fait la 180 ensemble !)

 

Il vous suffit de cliquer sur la légende de la photo pour voir où elles en sont toutes les deux. J’espère pouvoir avoir des nouvelles cette semaine sans être sûre de pouvoir être là pour les accueillir à leur retour à Chamonix mais je ferai tout pour !

PS : ma journée à les attendre au Signal après une balade en train pour aller voir la mer de glace (décidément en ce moment c’est ma destination !)