Run : Caroline Chaverot, la passion trail

27/08/2016 UTMB 2016 UTMB CHAMONIX ARRIVAL Caroline CHAVEROT (FRA) takes 1st place © UTMB¨ - photo : Pascal Tournaire

Elle a gagné l‘UTMB ce week-end, je profite donc de l’occasion pour republier ici l’article que je lui avais consacré dans Running pour ELLES il y a quelques mois parce qu’elle mérite qu’on la connaisse mieux ! 
Dans la série des femmes « ordinaires » au parcours extraordinaire, Caroline Chaverot mériterait une place sur le podium… Podiums qu’elle fréquente avec assiduité cette année : sélection en équipe de France de trail et très belle seconde place, puis victoire sur l’Eider, il y a quelques semaines. Nous sommes allées demander à cette maman de trois enfants les secrets de ses succès.

 

“Débuts en 2012 : en 2013, elle a déjà gagné le 80 km du Mont-Blanc,

la CCC et l’Endurance Trail des Templiers.”

Le sport de haut niveau n’est pas une nouveauté dans la vie de Caroline. Avant le trail, il y a eu le kayak et pas vraiment en amateur puisqu’elle a fait partie de l’équipe nationale suisse. Après plusieurs années, elle finit par jeter sa pagaie suite à une déception : « J’ai manqué d’un cheveu la sélection olympique, ça m’a fichu un coup… et je me suis découragée. Il faut dire qu’à l’époque le fossé entre pros et amateurs comme moi se creusait très rapidement. J’avais face à moi des gens ayant du temps, des sponsors qui leur offraient les conditions idéales pour progresser. Moi j’étais plutôt douée mais mon physique n’était pas assez puissant pour suivre et comme je veux toujours très bien faire, j’ai préféré tourner la page. » Parce que s’il y a bien une chose qui caractérise Caroline, plus que son esprit de compétition, c’est son perfectionnisme. « Même avec mes élèves [elle est professeure d’histoire-géo dans un lycée], si je vois que je ne les intéresse pas, je me remets immédiatement en cause pour toujours progresser et les passionner. »

 

La CCC entre deux tétées

 

Après le kayak, il y a eu l’escalade avec son mari, sans compétition à la clé, mais avec la volonté de travailler des voies et de maîtriser le plus possible ce sport ô combien technique. « Quand on a eu fini d’explorer le coin où je vivais, je suis passée au VTT ! » Mais surtout, Caroline devient maman… Et là encore elle ne fait pas les choses à moitié puisqu’elle a trois enfants, Eve, Tom, et Noé qui ont chacun à peine deux ans d’écart. « Là encore, ma volonté de toujours bien faire les choses a pris le dessus et je me suis consacrée à 100% à mes enfants. J’ai eu un peu de mal pour les avoir, alors autant dire qu’ils étaient très attendus. » C’est lors de sa dernière grossesse, plus difficile que les autres, qu’elle décide de reprendre le sport et ce sera la course à pied, la seule activité vraiment compatible avec sa vie de mère de famille maintenant nombreuse. Comme elle vit en montagne, ce sera forcément le trail ! Et là très vite, le naturel revient au galop : « Un mois après mes débuts j’avais déjà lu plein de livres, regardé des vidéos… » Les choses sont allées doucement au départ puisqu’elle allaitait son petit dernier, petit dernier qui a largement profité de la situation parce que pour la petite histoire, il n’a renoncé à l’allaitement qu’à deux ans et demi : « J’allaitais encore quand j’ai gagné la CCC ! »
Toujours plus loin, toujours plus haut…

 

14-Eiger-©AlexisBerg

crédit photo / Alexis Berg

En réalité, c’est un hasard qui lui a fait prendre son premier dossard. « Un jour, en montagne, j’ai été doublée par des coureurs engagés sur une course. Ça m’a fait envie et voilà ! » A peine cinq mois après ses débuts et à l’occasion de son premier dossard lors du Trail du Salève, elle décroche une quatrième place. Alors qu’elle a débuté la course à pied début 2012, en 2013, elle a déjà gagné le 80 km du Mont-Blanc, la CCC et l’Endurance Trail des Templiers. En 2014, c’est la Maxi Race d’Annecy et le titre de championne de France de trail qui lui ouvre les portes de la sélection aux championnats du monde en 2015 où elle finit deuxième derrière Nathalie Mauclair, l’autre super maman du trail français. Mais 2014, c’est surtout l’épisode douloureux de la CCC où en toute logique elle venait défendre son titre. Une pénalité d’une heure la décourage et elle jette l’éponge… Elle a même failli renoncer à sa carrière et à la compétition, n’ayant pas supporté (et on la comprend) d’être traitée de « tricheuse ». L’histoire ? Une simple erreur de débutant… Son mari est pour la première fois son accompagnateur sur ce type de course. Comme beaucoup, il attend sa femme à l’extérieur de la tente, le meilleur moyen pour être repéré facilement. Il lui donne machinalement ses gourdes pour qu’elle remplace les vides sans attendre d’être bien à l’intérieur des tentes. Cela s’appelle un « ravitaillement hors zone » dans le monde du trail et cela vaut une heure de pénalité… Passé le moment de dépit et de colère bien naturel, Caroline se reprend et reprend surtout la compétition. Et elle n’en veut pas à l’organisation puisque cette année, elle sera au départ de l’UTMB, « cette course me fait rêver depuis mes débuts, alors de toute façon je veux la faire. »

 

“Avec mon coach, j’ai pris le meilleur en gardant le plaisir

de faire ce que je veux, quand je veux.”

L’équilibre à tout prix
Mais le quotidien d’une championne, ça ressemble à quoi ? Entre les trois enfants et un travail, ce n’est pas toujours facile de tout concilier. Après des débuts seule, elle s’est finalement rapprochée d’un coach, Pascal Balducci, qui l’aide à structurer son entraînement, trop dur à l’époque, et qui avait engendré des blessures et une anémie. « Il m’a apporté la variété des séances mais je garde mon libre arbitre ! En fait j’ai pris le meilleur en gardant le plaisir de faire ce que je veux, quand je veux. » Et surtout elle joue l’alternance avec le vélo et le ski de fond. Question alimentation, là aussi on cherche l’équilibre à tout prix. « A la maison, on mange équilibré mais cela ne tourne pas à l’obsession. On a fini par limiter le lactose sans le supprimer totalement et même si le gluten a disparu de la maison, il est hors de question refuser une assiette de pâtes chez des amis ou de renoncer à la pizza après une course ! En fait, c’est surtout ma passion pour la cuisine qui a engendré un changement. On a commencé à tester des recettes sans gluten et cette obligation d’innover nous a amusés, mon mari et moi. Il fait un excellent pain gluten free dont la recette est sur mon blog d’ailleurs ! » En course aussi l’alimentation a changé. « Comme beaucoup, je tournais aux gels mais très vite, au bout de six, huit heures, j’étais écœurée et je ne pouvais plus boire que des boissons énergétiques, ce qui n’est pas bon et surtout pas suffisant. Aujourd’hui, je fais des muffins à la châtaigne, par exemple, et je complète par des bananes. J’ai même prévu de faire des muffins à la carotte pour l’UTMB ! » Si elle gagne, promis, on lui demande la recette !

 

Objectif Corse
Et ça rêve de quoi, la nuit, une championne ? Ça rêve de la Hardrock, le 100 miles le plus connu aux USA, qui attire chaque année de plus en plus de coureurs élite français (elle vient de gagner l’édition 2017 avec une superbe 9ème place au scratch malgré une erreur de parcours qui lui coûte 1h30). Mais aussi de GR20… « Je voudrais m’attaquer au record sur ce chemin mais cela demande un investissement en suivi et en soutien que je n’ai pas pour le moment. » Et puis il y a aussi le Tor des Géants mais dans un avenir plus lointain, pour cette femme qui pourtant fait tout tellement vite. Tiens, d’ailleurs, en parlant de vitesse, un marathon un jour ? « Oui pourquoi pas, par curiosité, comme je pourrais faire un 10 km, mais franchement ça ne me fait pas rêver ! »

Vous pouvez retrouver les récits de course et les recettes de Caroline sur son blog. Vous verrez, elle ne court pas seulement très bien, elle écrit aussi très bien ! : carochav.blogspot.fr

C.V. express
Nom : Chaverot
Prénom : Caroline
Date de naissance : 16 octobre 1976
Nationalité : Suisse mais française grâce à son mariage. D’où sa sélection en équipe de France.
Team : Hoka France au moment de la rédaction de l’article, aujourd’hui Caroline court sous les couleurs de Salomon.