Run : Débrief marathon de Boston

Comme vous en avez l’habitude maintenant, je vais vous faire un petit débrief textile, matos et alimentation de mon marathon de Boston, histoire de vous donner des infos ou mon ressenti sur différents produits.

 

Si je ne le fais pas au sein de mon CR c’est que j’ai trop le sentiment de mélanger les torchons et les serviettes… Sans parler du fait que je suis déjà tellement bavarde que ça finirait par ressembler à la trilogie du Seigneur des Anneaux mes textes ! J’ai profité de mon dernier marathon pour faire tous pleins de tests comme j’aime bien ou alors pour confirmer tout le bien que je pensais de certains produits déjà en ma possession depuis quelques semaines.
Textile : là pour la tenue j’avoue, je n’ai pas joué très malin… J’ai craqué sur le running expo pour l’une des tenues « officielles » pour un charmant petit short et un tank puisque le beau temps était annoncé. Résultat des courses, enfin de la course ? Le bas du dos avec la marque de l’élastique pas plat comme j’aime mais tout en plis et du coup incrusté dans la peau… et des coups de soleil de dingue sur les épaules (ok, ça c’est la faute du soleil, pas du t-shirt… et du fait que j’ai totalement oublié de mettre de la crème là). A mon avis le short sans la ceinture de ravitaillement ça passe mais là, les deux associés, j’ai morflé les jours suivants parce que pendant la course, j’avais mal partout de toute façon. Bien fait pour moi, je n’avais qu’à tester ! Pour les chaussettes, pour la première fois je partais avec des Rywan (les climasocks), marque que je ne connaissais pas. J’ai été légèrement inquiète en les enfilant pour la première fois le matin même parce qu’elles sont légèrement trop grandes pour moi alors que c’est bien ma pointure. A mon avis, comme cela m’est déjà arrivé auparavant avec d’autres marques, le 35/37 est plus à ma taille que le 38/40. Mais soyons quand même très honnête, alors que je n’ai mis aucune crème anti-frottement (sinon le test n’a pas de sens), je n’ai pas eu la moindre ampoule, la moindre trace de frottement alors que j’ai quand même sacrément traîné sur le bitume… J’ai la paire en version trail que je compte bien prendre sur la Maxi Race pour voir ce que ça donne mais pour le moment, c’est vraiment positif. Tiens, en parlant de chaussettes, comme souvent quand on associe marathon et destination lointaine, on a tendance à marcher pas mal les jours qui précèdent pour visiter la ville. J’avais évidemment pris une paire de baskets confortables (des nike quoi !) mais pour la première fois, j’ai pris mes chaussettes double peau spéciale anti-ampoules. Et pour la première fois j’ai pris le départ d’un marathon sans la moindre petite zone déjà un peu abîmée. A mon avis une idée à retenir !

 

 

 

Chaussures : je suis partie sur les conseils d’un coach avec une paire Adidas modèle Boston. Le hasard faisait bien les choses non ? Eh bien à ma grande surprise, alors que franchement je tendais le dos ayant l’habitude de courir en ultra boost et donc quand même beaucoup plus d’amorti, je n’ai eu aucun souci de ce côté-là non plus et pas de douleur sous la plante des pieds comme souvent après 3h de course. Bon, j’ai quand même mis un temps lamentable mais franchement il serait sacrément culotté de ma part de mettre ça sur le compte des chaussures ! Pour la brassière, comme souvent chez moi quand je sais que ça va être long, je prends du Zsport et j’ai profité de l’occasion pour tester leur dernier modèle, la Virtuosity. Pour la première fois j’ai eu le droit à un soutien 5 donc on va dire un vrai soutien. Ben tu m’étonnes !!! Mes seins ne bougeaient tellement pas qu’on aurait dit des faux ! Nan, je vous jure, on aurait dit la Kim Kardashian du marathon, j’avais un décolleté de dingue, genre tu te demandes si ce sont bien les tiens. J’ai retrouvé la même matière que j’apprécie énormément chez eux, ultra light et sèche en deux secondes. C’est pour ça que je prends leurs modèles dans le désert. Je rince ça dans un verre d’eau et ça sèche en 2 sec accroché à la tente. Là encore je compte reprendre ce modèle sur la maxi race pour l’emmener un peu plus longtemps avec moi et voir si son confort se confirme !

 


Matos : Deux tests seulement alors qu’à la base, il devait y en avoir 3. La ceinture flaskBelt oxsitis qui comme d’habitude a confirmé tout le grand bien que je pensais de la marque. Les deux flasques n’ont pas besoin d’être rattachées à chaque utilisation, elles ne bougent pas. Même si j’ai un peu hésité avant de passer mes pâtes de fruits dans les élastiques (j’avais l’impression que c’était trop petit) je me suis finalement lancée et tout s’est très bien passé. Le système d’aimants pour jouer les porte dossard est topissime, ça n’a pas bougé de toute la course et adieu les épingles à nourrice oubliées, les t-shirts percés, c’était parfait. Le système de double attache permet vraiment que ça tienne parfaitement sans gêner. S’il y a un truc à critiquer, je dirais qu’une pochette un peu plus grande serait parfaite parce que, comme souvent, j’ai le sentiment que la taille référence pour le téléphone ça reste l’iphone… et je n’ai pas d’iphone !
Au poignet j’avais ma tom tom runner 2 qui est devenue avec le temps mon gps pour la route. Pourquoi ? Déjà pour sa taille ! J’ai en effet un poignet que certains pourraient qualifier de maigrichon… Pour dire les choses clairement, beaucoup de cadrans dépassent largement, ce qui rend l’usage de la bête quasi impossible mais surtout ultra inconfortable. Et la marque a eu l’idée géniale de proposer des tailles ! Du coup la S me convient tout à fait et me permet donc de pouvoir profiter de l’option cardio au poignet avec fiabilité. Le souci avec ce type d’option, c’est que pour être fiable, il faut que les capteurs soient bien collés au poignet, donc la montre serrée… Quand elle fait 2 fois la taille du dit poignet, ben ça ne marche pas. Oui je sais, j’ai bien des problèmes dans ma vie… et encore je ne vous ai pas parlé de mes oreilles (mais ça va venir !) ! Autre avantage et non des moindres avec moi, j’arrive à m’en servir sans avoir à replonger dans le mode d’emploi tous les 4 matins et ça aussi, c’est un petit miracle. Je ne l’utilise surement qu’à 20% de ses capacités mais elle répond à mes attentes et c’est bien tout ce que ce que je lui demande. Je ne suis pas et ne serai jamais une geek… donc moi il me faut du basic. Et dernier avantage et non des moindres, la tom tom runner 2 me permet d’avoir ma musique avec moi parce que mon shuffle vient de rendre l’âme et je n’aime pas les nouveaux modèles. Franchement j’ai un peu paniqué quand il a fallu l’installer dessus parce que j’ai tous mes titres sur i tunes et là déjà, je suis une buse pour m’en servir. Il m’arrive très souvent de hurler au secours pour que ma fille vienne régler mes petits soucis de téléchargement totalement légaux je tiens à le signaler (ce qui désespère aussi ma fille au demeurant). Finalement, aucun souci pour tout transférer, je me suis épatée moi-même ! Bon je ne vais pas vous mentir, à ma grande surprise, je n’ai pas sorti mes écouteurs (ça aurait dû être mon 3ème test !) de ma pochette de tout le marathon. Pour la première fois, alors que franchement j’étais mal, je me suis passée de musique. Je ne vais pas vous sortir le couplet classique du « je voulais être en osmose avec mon souffle et vibrer au son des encouragements », ce n’est pas ça du tout ! En fait, j’étais déjà tellement mal que je n’ai même pas eu la force de sortir mes écouteurs et d’aller trifouiller mon gps… C’est tout de suite moins glamour ! Mais comme je l’ai déjà utilisé sur d’autres courses et sorties, je peux tout de même lui faire 2 reproches qui sont ceux que l’on retrouve le plus souvent chez les utilisateurs : l’autonomie trop courte quand tu mets musique et gps en même temps (environ 5h) et le fait qu’on ne puisse pas zapper une musique pour la chanson suivante. Bon, pour moi pas vraiment un défaut puisque j’ai une bande son spécifique pour le sport qui n’est pas du tout la bande son de ma vie quotidienne, donc pas de risque qu’Herbert Léonard surgisse alors qu’il me faut du bon gros son dans les oreilles pour me réveiller.
Pour le casque donc, puisque je n’ai pas écouté ma musique, je n’ai pas eu à m’en servir donc. Je ne sais donc pas ce que ça donne dans les oreilles au-delà d’une heure. Pour moi le choix du casque est une vraie plaie parce que si vous avez tout bien suivi, j’ai aussi des oreilles à part. Certes, elles sont trop mignonnes et ça leur vaut le surnom d’ »oreilles de souris » mais pour beaucoup de casques de sport, la taille ça compte aussi. On oublie tous ceux qui ont comme un tour autour de celle-ci parce que de toute façon ils flottent carrément dans le vide, et donc ils tombent. J’ai aussi pas mal de problèmes avec les intra auriculaires qui sont trop gros pour tenir correctement dans mon oreille. Bref, pour dire les choses clairement, je dois absolument les essayer avant de les acheter. Lorsque j’ai dû en trouver un sans fil, j’ai pas mal galéré jusqu’à ce que je trouve mon bonheur chez Jabra avec le sportpace. J’attends maintenant mon prochain ultra pour voir s’il confirme tout le grand bien que j’en pense déjà sur une distance un peu plus longue que mon footing du dimanche.

 


Alimentation : éloignez vite de cet écran les responsables des marques qui m’ont filé des trucs à tester, je vais les faire hurler… Sans parler de tous ceux qui vous donnent des conseils en nutrition sportive… J’avais plusieurs marques à tester, j’ai donc allègrement tout mélangé ! Je suis partie sur une base du pack marathon oxsitis auquel j’ai rajouté un gel mulebar caramel salé (bretonne un jour, bretonne toujours !) et un gel aptonia expresso (ultra gel 700 pour être précise… Avec un nom pareil je dois pouvoir courir plus vite !)pour voir. Pour le protocole marathon oxsitis, j’ai adapté le truc à ma sauce en raison de la configuration particulière du marathon. Je devais quitter l’hôtel à 7h15 du mat pour pleins de raisons (bateau taxi à prendre, marche pour rejoindre les bus…) en ayant toujours un départ à 11h30. Ils proposent un petit dej surement tout à fait suffisant quand tu pars 2 à 3h après ton lever mais là j’étais sur d’autres horaires et je ne me voyais pas partir avec juste la préparation petit dej dans le ventre pour 5h de course et donc une arrivée vers 16h30… C’était aller à l’hypo direct. J’ai donc opté pour un petit dej à 6h30 classique, du muesli dans du fromage blanc (c’est souvent ce que je prends), un thé et un peu de jambon italien parce que celui de l’hôtel était à tomber ! A 10h30 (enfin ce n’est pas à la seconde non plus !!!), j’ai pris la préparation petit dej pour avoir de quoi tenir jusqu’à l’arrivée. Franchement, je ne vais pas vous dire que j’ai adoré et que j’en rêve tous les matins mais vraiment ça se mange et surtout ça se digère très bien. Maintenant, comme je l’ai déjà dit au concepteur, perso je continue de penser que ça ne me suffirait pas pour tenir tout un marathon et qu’il me faudrait compléter ça par un truc plus solide. Je sais que je suis une grosse mangeuse et que je ne suis jamais assez stressée pour avoir l’estomac noué ! Mais une chose est certaine j’ai tenu toute la journée avec ça dans le ventre et j’ai largement pu attendre 17h30 pour finir par attaquer le paquet de chips bleues (je vous jure que c’est vrai !) offert par l’orga à l’arrivée. Je me disais qu’en repas sur un ultra ça pourrait aussi être carrément intéressant, genre petit dej super digeste (pour faire court j’ai trouvé mon petit dej de la maxi race parce que là je pars à 3h30 du mat…). C’est souvent le truc impossible à trouver sur les ravitos. J’ai aussi goûté les pâtes de fruits qui font parties du package. Bon j’ai l’habitude d’en consommer et j’apprécie vraiment le fait d’avoir à mâcher un truc donc aucune appréhension de ce côté-là. Franchement le goût, moi j’aime bien et je n’ai eu aucun souci d’assimilation et de digestion mais j’ai deux réserves : le système d’ouverture en premier lieu, là ça va, j’étais à 2 à l’heure et j’avais tout le temps mais si je suis à fond, franchement ce n’est pas assez pratique à mon avis ou alors je suis totalement passée à côté du truc, ce qui est encore bien possible ; la résistance à la chaleur, ce n’est pas fait comme très souvent avec les pâtes de fruits pour supporter une chaleur un peu élevée, trop de risque que ça colle au papier ou aux doigts !

 

Pour le gel aptonia, vu le nombre de parfums qui existent, si vous me dites que vous ne trouvez pas votre bonheur moi je démissionne ! Franchement, rien à dire, ce sont des gels bien classiques qui (pour le parfum que j’ai goûté en tout cas) n’ont pas trop d’arrière-goût chimique, c’est suffisamment rare pour être signalé et même Nicolas Aubineau en dit plutôt du bien (comparatif passionnant à lire ). Si vous n’avez pas encore testé, franchement laissez-vous tenter, c’est pas cher et il y en a vraiment pour tous les palais.

 

Pour le gel Mulebar, là c’est surtout le nouveau système de fermeture que je voulais tester puisque j’avais déjà testé avec succès leurs gels dès leur sortie sur le marché d’ailleurs. Mais j’avais fini par y renoncer, les trouvant trop grands en contenance. Difficile de tout ingérer et du coup du gâchis parce que tu finissais par jeter un truc à moitié plein. Forcément, quand j’ai vu le système d’ouverture, ça a fait tilt. Quand j’ai vu en plus qu’il y avait caramel beurre salé, ça a encore plus fait tilt parce que j’adore ce goût ! Et il s’est révélé à la hauteur de mes espérances en tout point. Tu peux le prendre en deux fois, le remettre dans ta ceinture sans rien risquer, vraiment c’est parfait. Attention à un détail : l’opercule en plastique qui protège le bouchon est vraiment difficile à enlever donc il faut être prévoyant et le faire avant sa course, sous peine de se retrouver à s’énerver et à se péter un ongle ou une dent en tentant de l’arracher.

En conclusion que des très bonnes surprises du côté alimentation ce qui n’était pas forcément gagné puisque je suis partie avec uniquement des nouveautés. Mais je savais que Clif offrait 3 stands de ravitaillement sur le parcours, que ce sont des produits que j’aime bien donc je savais qu’en cas de problème je pouvais toujours avoir une solution de secours. Je n’ai pas l’air comme ça mais des fois je suis un peu prudente dans mes tests !
Voilà vous savez tout, si vous avez des questions n’hésitez pas !