Test : suite et fin des PureboostX

Comme j’aime bien aller au bout du truc, j’ai décidé d’emmener pour conclure mon test plutôt concluant d’ailleurs de mes PureboostX sur semi dimanche histoire de voir jusqu’où elles peuvent aller.

 

Lors de la présentation de cette nouveauté, un des responsables de la marque m’avait clairement annoncé que pour lui, elles pouvaient « monter » sur une distance max de 16km, genre Paris Versailles pour ne pas le citer. Mais n’ayant pas de Paris Versailles à me mettre sous la running, je suis donc allée sur le semi de Vichy, organisé dans le cadre des Foulées Vichyssoises. Petit aparté : c’est un pays merveilleux où tu peux acheter ton dossard une heure avant le départ, où ton dossard repas inclus te coûte 14€ si tu t’y prends 3 jours avant… Ah le bonheur de vivre en province…

 

Pour en revenir à mes chaussures et pour compléter le test commencé ici, je confirme ce qu’on m’avait annoncé, j’ai bien entendu fini sans souci mon semi (enfin non mais je ne peux pas rendre responsable mes pompes, juste mon manque flagrant d’entrainement !) et les chaussures ont assuré même si j’ai bien senti qu’on arrivait à leurs limites. Il est très clair pour moi que je n’irai pas plus loin avec, ce qui tombe bien puisqu’elles ne sont pas prévues pour ça. Mais aucun souci de laçage, confort du début à la fin, pas de dessous du pied qui brûle alors que ça m’arrive régulièrement avec d’autres marques, et finalement une parfaite adaptation à la languette à l’arrière qui me posait problème au départ. Aucune ampoule d’aucune sorte à noter cette fois sur mes tendons d’Achille. De même vraiment aucun gène avec la forme si particulière du chausson à noter. Je ne peux pas dire qu’on l’oublie mais vraiment ça reste très confortable et absolument pas gênant (enfin pour moi !).

 

SS16_PureBOOST X_PR_FW_Det_05

 

Cela confirme le plus grand bien que je pense de cette paire qui se révèle parfaite pour l’entrainement et la compétition, à condition d’avoir les pieds suffisamment fins pour rentrer dedans ! J’ai en effet eu quelques retours d’amies qui ont un pied trop fort pour cette chaussure. Je vous recommande donc, comme je l’avais fait dans mon article original d’absolument aller l’essayer avant de l’acheter pour trouver votre bonne pointure ou de devoir peut être y renoncer. Avec un prix à 120€, ce qui la situe dans la moyenne, voir même en dessous de ce qu’on trouve aujourd’hui, c’est une référence à mettre dans la it-list des chaussures pour filles sympas, dynamiques et présentant suffisamment d’amorti pour assurer pendant 2 heures de course.

 

ps : j’ai bien entendu réaliser ce test sans crème anti-frottement pour ne pas avoir d’aide « extérieure » et avec une paire de chaussettes classiques fines et fait du hasard de la marque Adidas mais ce n’était pas voulu… juste le résultat d’un retard dans la gestion des lessives !