Test : Avec la Lurarepic flyknit, fais comme l’oiseau !

Lorsque j’ai reçu le communiqué de presse présentant la petite nouvelle de Nike, j’avoue que j’ai tout de suite été un sceptique… Le côté « montante » m’interpellait, pouvait-on vraiment courir avec cette chaussure sans être gênée ? Du coup, n’écoutant que mon courage, je suis allée la tester !
Et ce test, je vous donne tout de suite l’info, vous pouvez y aller, c’est gratuit, pas la peine d’être une VIP (cliquez ici pour vous inscrire) ! Enfin il faut juste habiter Paris ou comme moi profiter d’un passage sur la capitale pour le faire. Cela se passe au magasin St Michel en plein cœur de Paris et vous irez voir ce qu’elle a dans le ventre accompagnée d’un coach super sympa qui évidemment saura se mettre à votre niveau, vous conseiller également pour votre foulée et vous fera même faire une petite séance de mouvements type séances classiques d’athlé (des éducatifs quoi), histoire que vous puissiez vraiment tester la chaussure. Aucune obligation d’achat, le plus dur sera à la fin de la séance de ne pas craquer dans le magasin… On est chez Nike quand même… Je décline toute responsabilité dans tous les craquages possibles en legging, t-shirt et autres brassières ! Sans parler du fait que vous aurez du mal à ne pas repartir avec les chaussures…

 

 

Parce que dans mon cas, le test fut plus que concluant. Pour toutes celles et ceux qui me suivent, vous n’êtes pas sans savoir que je cours de préférence avec la marque aux trois bandes, même si bien entendu je teste de nombreuses marques pour mon job. Maintenant je ne vais pas vous mentir, il y a quand même des marques que je boycotte parce que vraiment mon pied n’est pas compatible. Avec Nike, je ne pourrais pas parler d’incompatibilité, le mot serait vraiment beaucoup trop fort ! C’est juste que voilà, je trouvais ça ou trop mou ou trop dur ! (ah les femmes jamais contente…) Mais pour le fitness, je suis totalement accro à mes Flyknit zoom agility. Quand j’ai reçu les photos de la Lunarepic Flyknit et que j’ai découvert qu’en plus elles montaient sur la cheville, je me suis posée la question de l’intérêt du truc. J’avais déjà vu des modèles destinés aux footballeurs sur le même concept et j’imagine bien que puisque le foot ne se joue pas assis dans un fauteuil, ça devait être compatible avec la course à pied mais bon toujours pas emballée pour autant.
Du coup ni une ni deux, j’ai mis mon nom sur la liste et je suis allée tester tout ça pour voir ce que cela donnait. Attention, nous sommes bien d’accord, il ne s’agit absolument pas d’un test comme ceux que je peux publier dans la presse pour laquelle je travaille où je prends environ 2 mois avant de donner mon avis. Là il s’agit juste d’un retour de sensation après 30 min avec ces chaussures aux pieds, rien de plus ! Commençons par le commencement, vous l’aurez compris, ça s’enfile comme une chaussette et ça se porte avec des chaussettes, basses forcément, c’est plus joli et à mon avis surtout plus confortable. Les lacets sont clairement là pour la déco puisque lorsque je suis rentrée après ma balade, j’ai remarqué que celui du pied droit n’était absolument pas serré et franchement je ne voyais pas la différence. Le fait d’aller courir au jardin du Luxembourg fait que, par la force des choses, j’ai couru avec sur du bitume et du sable dans la contre-allée du parc pour ceux qui connaissent l’endroit. Clairement pour la première fois je sentais que ma chaussure était nettement plus réactive que les modèles que j’avais pu tester avant. Autre point positif pour moi (mais là c’est très perso) le chaussant est clairement plus fin pour vraiment épouser la forme du pied, ce qui à mon avis rajoute encore au côté « réactif » de la chaussure qui ne fait qu’une avec le pied. La semelle me semble plutôt bien conçue et l’on sent bien qu’elle répond aux sollicitations et s’adapte en fonction de ce qu’on lui demande de faire. Elle n’est pas faite d’un seul tenant et ça se sent vraiment surtout lorsqu’on s’amuse à faire des éducatifs avec.

 


Elles sont faites pour maximum monter sur semi et encore si vous êtes légères. C’est à mon avis vraiment un modèle à découvrir et n’hésitez pas si vous le pouvez à aller les tester en conditions réelles au magasin avant de vous lancer dans l’acquisition d’une chaussure qui reste, soyons très claire, dans la fourchette haute de la chaussure running puisqu’elle est vendu 180€ quand même. Je sais qu’aujourd’hui c’est de plus en plus courant de voir de tels tarifs mais comme je le dis souvent, moi si on m’avait demandé plus de 1000 Frs pour une paire de running je me serais remise au point de croix immédiatement (oui je sais, je suis vieille… j’ai connu les francs !). Maintenant je ne suis pas inquiète pour Nike, elles devraient avoir le succès qu’elles méritent et trouver leur clientèle, surtout qu’ils ont eu la très bonne idée de la décliner dans toutes les couleurs de l’arc en ciel.