Run : « UN mois avec » Suunto, au commencement était Tommo…

Si j’ai choisi de vous parler de Suunto durant tout le mois de juin, c’est avant tout parce que j’ai eu la chance d’être invitée un jour au siège finlandais de la maison et de découvrir le mini musée consacré à l’histoire de cette maison qui équipe aujourd’hui plusieurs de nos grands champions au sens propre comme au figuré puisque la 9 Peak est au poignet de François d’Haene. J’avoue, je ne connaissais rien de cette histoire passionnante que je vais tenter de vous résumer, parce que sincèrement c’est presque un livre qu’on pourrait écrire sur le sujet !

Tuomas Vohlonen

Le fondateur, que dis-je l’inventeur !

Au commencement était Tuomas Vohlonen, inventeur finlandais, une sorte de professeur Tournesol en mode esquimau glacé mais en nettement moins barré, un vrai « touche à tout » de génie. Mais vous pouvez l’appeler Tommo comme ses parents le faisaient. Boussoles, skis, l’arpentage, moteurs, agriculture… Il a déposé des brevets dans pleins de domaines différents, même si le point commun de toutes ses inventions pourrait se résumer à sa volonté de faciliter la vie à l’extérieur, la vie en pleine nature. Il faut dire que le garçon a grandi au sein d’une famille d’agriculteurs avec quatre enfants et une volonté farouche des parents de leur offrir un maximum d’éducation, eux qui étaient quasi illettrés. Cette obsession concernait autant leurs filles que leurs garçons, c’est suffisamment rare à l’époque pour être signalé. Tuomas finit lui-même par intégrer l’Ecole Polytechnique finlandaise pour devenir géomètre.

Mais il n’en oublie pas pour autant son amour de la vie en pleine nature et surtout sa passion pour la course d’orientation. Et c’est là que la boussole rentre dans le jeu. L’origine de cet instrument est plutôt incertaine mais on est à peu près sûr que les Chinois ont été les premiers à remarquer les propriétés directrices de l’aimant, et d’ailleurs c’est chez eux au IXe siècle qu’on trouve les premières boussoles au sens où nous l’entendons aujourd’hui. A l’époque cela se résume à un bol rempli d’eau, une aiguille magnétique posée sur un « poisson en bois » qui donne la direction de l’étoile du Sud. Bon si on gratte un peu on découvre assez rapidement que les Grecs anciens connaissaient les vertus du magnétisme mais difficile de trouver des traces de l’existence d’une boussole, alors on peut laisser cette découverte au pays du soleil levant. La route de la soie, les grandes expéditions maritimes vont très vite donner naissance à de multiples formes de boussoles et autres compas parce qu’il faut bien s’orienter dans les déserts ou sur les océans déchaînés.

Mais alors que vient faire notre ami Tuomas dans cette histoire-là ? Après une expérience malheureuse en orientation, il décide de se pencher sur la fiabilité et la précision de sa boussole qu’il trouve un peu trop aléatoire. Et c’est là qu’il a l’idée de plonger l’aiguille dans une suspension liquide pour qu’elle soit plus stable et donc plus précise. 1933, le brevet est déposé, Suunto vient de naître dans les forêts glacées. Pour la petite histoire, il ne se contentera pas de révolutionner l’orientation, puisqu’il déposera également un brevet de fixations de ski qui va bouleverser ce sport, mais aussi un « classificateur pour le grain », une charrue plus efficace, un appareil de mesure de la hauteur des arbres pour faciliter le travail des bucherons entre autres choses. Je vous l’ai dit, un vrai concours Lépine à lui tout seul ce Tommo !

De la course d’orientation au gilet pare-balle improvisé…

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais c’est justement à ce moment que la grande Histoire va entrer en scène. Je ne vais pas vous donner un cours magistral ce serait trop long mais pour résumer, la Russie devenue l’URSS au moment précis qui nous intéresse attaque la Finlande, c’est ce qu’on appelle la « Guerre d’Hiver ». Depuis 1917, les relations entre les deux voisins ne sont pas des plus conviviales… Alors que l’Europe plonge peu à peu dans une guerre qui deviendra mondiale, le conflit éclate et à la grande surprise des observateurs de l’époque le petit pays résiste de toutes ses forces face à l’ennemi. Ça ne vous rappelle rien ? Bref ça ne nous dit pas ce que Suunto vient faire là-dedans ! 1939, un soldat finlandais est pris pour cible par un tireur d’élite russe mais il survit… parce que la balle qui le visait est venue se loger dans sa boussole Suunto M-311 qu’il avait dans sa poche. Si ce n’est pas un crash test de compet ça ! La fameuse boussole est d’ailleurs exposée au fameux musée dont je vous ai parlé dans mon introduction.

L’armée finlandaise continue de faire confiance à la marque en équipant tous les officiers d’artillerie. La légende de la marque est en marche. S’en suivra après la guerre le développement de toute une gamme de boussoles nautiques. Et pourquoi le nautique me direz-vous ? Tout simplement parce qu’un jour de 1965, un plongeur sportif britannique découvrit que sa boussole Suunto fonctionnait encore sous l’eau ! La marque comprend qu’il y a quelque chose à faire dans ce domaine bien spécifique et lance sa première boussole de plongée, la SK-4.

De Suunta à Suunto, il y a qu’un a !

Mais au fait : d’où vient ce nom ? Tout simplement du finlandais, puisque « suunta » signifie chemin ou direction. Aujourd’hui, Suunto propose toute une gamme de montres électroniques que nous coureurs connaissons tous mais aussi toujours des boussoles, des ordinateurs de plongée, domaine où ils sont d’ailleurs toujours leader mondial. J’espère que cet article vous aura appris des choses et surtout vous aura fait comprendre pourquoi les notions de durabilité, de fiabilité et de solidité font partie de l’ADN même de la marque.

Pour ne rien rater de nos publication pensez à télécharger notre application Run, Fit & Fun ici

Running - Montres Connectées