Test : La Meraki 4 de 361°

La Meraki 4 de la marque chinoise 361° se veut une chaussure « neutre et dynamique, créée pour vous faire sentir plus rapide. » Bien que, pour moi, des termes tels que neutre, universel, pronateur ou supinateur n’évoquent rien, comme je l’avais évoqué en son temps, partons du principe que ce modèle s’adresse une vaste majorité de coureurs et non à une niche spécifique. De fait, c’est le modèle le plus vendu de la marque.

Son drop de 8 mm, son poids relativement élevé de 300g, sa toebox étroite et la rigidité en torsion de la semelle n’en feront clairement pas la star des minimalistes mais ces spécifications sont celles de ses concurrentes dont elle ne dépare pas. Elle se veut avant tout modèle d’entraînement de tous les jours, donc aussi bien capable de vous apporter du confort sur des sorties longues et tranquilles que du dynamisme sur des séances de fractionné.

Disons-le tout de suite, le fractionné court n’est pas sa tasse de thé. Ce n’est pas tant les matériaux composant la semelle que sa raideur qui freine les ardeurs. Cependant, sur des courses telles que le semi, elle peut tenir la route car c’est loin d’être un veau côté amorti. Celui-ci est à la fois efficace et ferme donc parfaitement dosé pour ne pas s’endormir sur la route.

Stabilité et maintien

Sur le long, elle se révèle très stable avec un maintien parfait, tant sur l’avant que sur l’arrière. Les renforts sont bien présents mais pas gênants. Le mesh est assez épais mais sait respirer (une remarque en passant : en termes de finition et de durabilité, rien à dire, dans la catégorie supérieure). Comme l’amorti est confortable mais ferme, on peut enchaîner les kilomètres sans fatigue excessive et avec plaisir.

Je reste mesuré sur la raideur forcée en torsion de la semelle. Certes cela peut contribuer, d’une part, au maintien, d’autre part, à une relative efficacité du transfert arrière-avant mais je trouve que cela prive le pied de liberté donc de performance biomécanique notamment lorsque la route est inégale ou sinueuse. Vendue à 145 €, ce n’est pas spécialement un modèle bon marché mais le prix est justifié par les technologies embarquées.

Verdict : une bonne chaussure d’entraînement de tous les jours qui pourra séduire des coureurs « universels » (sic) de tous poids qui aiment que la chaussure les guide.

Pour ne rien rater de nos publications pensez à télécharger l’application Run, Fit & Fun ici !

Running - Montres Connectées