Fun : « Zach » by Billy Yang, le doc

J’ai profité de mes petits congés pour visionner le dernier documentaire de Billy Yang consacré à Zach Miller, ce coureur d’ultra tellement atypique qui m’a fait vibrer plusieurs fois du côté de Chamonix.

Oui je sais, là vous êtes paumé… Tout le monde sait que je suis la présidente officieuse du fan club de Tim Tollefson et ça n’a pas changé, je vous rassure. Mais Zach c’est une autre histoire, d’autres émotions que je pourrais presque qualifiées de maternelle. Déjà il pourrait être mon fils vu mon grand âge. Mais surtout il a un « je ne sais quoi » en plus que beaucoup dans cet univers n’ont pas.

Déjà et j’espère que vous n’y verrez aucune méchanceté dans mes propos, il n’a pas le physique de l’emploi. Petit, trapu, tu le vois plus sur un ring de boxe qu’au départ de l’UTMB. Sa foulée, surtout lorsqu’il nous régale d’un sprint hallucinant est absolument toute sauf gracieuse mais il y met une telle rage, que cela forcément interpelle. Je ne l’ai jamais vu courir « in real » ailleurs qu’à Chamonix, je l’ai vu passer la ligne d’arrivée plusieurs fois mais je l’ai aussi vu se planter et devoir renoncer alors que tout sur le papier, à un instant T, en faisait un vainqueur désigné. Mais la malédiction américaine allait encore frapper…

Chamonix c’est la kriptonite des ultra traileurs américains, Tim a le sourire de Superman et son charisme, Zach a sa force et son mental mais rien n’y fait, la première place se refuse à nos supers héros à chaque fois. Il suffit qu’ils se rapprochent de la petite église pour qu’immanquablement leur force disparaisse. Ce petit documentaire (en anglais désolée !) vous permettra d’en savoir un peu plus, de découvrir l’humanité de ce jeune garçon au parcours tellement particulier. Parents missionnaires il est né au Kenya avant de retourner aux USA en Pennsylvanie, la vraie Amérique, pas celle de la 5ème avenue mais celle où dans la même petite ville, les carioles des amishs côtoient les 4×4 rutilants et polluants. Après 2 ans sur un bateau de croisière, il devient gardien de refuge et pas n’importe lequel, le célèbre Barr Camp, à mi-chemin vers le sommet de Pikes Peak dans le Colorado.

Sa première victoire ? Presque un malentendu… Son premier dossard est un 50 miles, il descend à peine du bateau de croisière où il s’entraine entre escaliers et tapis de course et paf, il gagne à la surprise générale. La légende est en marche… Une blessure l’oblige à quitter un temps les chemins, 2020 aurait du être l’année de son grand retour mais comme vous le savez tous, rien ne s’est passé comme prévu. J’ai hâte d’être à 2021 pour suivre le combat des titans que le prochain UTMB nous promet ! Allez Xavier, laisse le gagner, faut apprendre à partager 😉

Crédit photos : @buff

Running - Montres Connectées