Cycling : Rencontre avec Elise Delzenne

Elise DELZENNE est ingénieure textile chez Van Rysel mais surtout une ancienne cycliste professionnelle. Elle a gentiment accepté de répondre aux questions de Céline.

Retrouvez le test de la tenue Van Rysel par Céline ici.

vous êtes une jeune ancienne cycliste professionnelle pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Je me présente, Elise, 31 ans, mariée et bientôt maman !

Comment êtes-vous devenue cycliste professionnelle, sport encore trop peu répandue chez les femmes ?

Enfant, j’ai commencé par le cyclotourisme avec mes parents et mon frère aîné. Chaque année, nous participions à la semaine fédérale. Mon frère a souhaité essayer la compétition, je l’ai suivi, en Ufolep puis en FFC. Rapidement, j’ai eu de très bons résultats. En 2007, en junior 2 ( 18 ans ) je suis championne de France de cyclisme sur route et sur piste. Je mets ensuite de côté le cyclisme pour mes études. En dernière année d’école d’ingénieur, en 2012, les compétitions me manquent. Je reprends les courses. L’année suivante, en 2013, je deviens championne de France de cyclisme sur route catégorie élite. Parallèlement, je suis responsable qualité à plein temps. C’est une année difficile pour moi, j’enchaîne mon travail d’ingénieur, les entraînements, les déplacements et compétitions. Je me dis que je dois faire un choix. Je pense que je vais arrêter le vélo, je ne suis pas rémunérée. En août, la meilleure équipe mondiale, l’équipe américaine Specialized Lululemon, championne du monde du contre la montre par équipe, me contacte pour rejoindre leur effectif. Je mets un terme à mon travail d’ingénieur. Pendant 4 ans, je suis cycliste professionnelle, membre de l’équipe de France sur route et sur piste.

Les grandes lignes de mon palmarès, je suis 9 fois championne de France (route et piste confondues), double vice championne d’Europe sur piste. J’ai gagné plusieurs compétitions internationales sur route et sur piste.

Aujourd’hui vous travaillez pour Van Rysel et Triban en tant qu’ingénieur produit. Comment êtes-vous passée de cycliste pro à ingénieur ? Comment concevez vous ces vêtements ?

En 2017, je suis partenaire technique pour Décathlon, je teste les produits textile. La collaboration se passe bien, et l’équipe de conception me propose un poste d’ingénieur produit textile pour le vélo de route femme. Etant ingénieur textile de formation, passionnée de cyclisme et ancienne cycliste pro, ce métier me correspond parfaitement.

L’équipe “vélo de route femme” est entièrement composée de femmes pratiquantes, de la cyclotouriste débutante à la compétitrice. Pour développer un produit, nous partons d’un cahier des charges où sont définis le scénario d’usage et les avantages produits. Ensuite, il y a une succession d’étapes, du choix des tissus et accessoires, à la définition des lignes design, sans oublier le choix des coloris, et les tests d’usage.

Pour avoir testé la tenue pour femme, votre expérience met donc à profit des petits plus pour la découpe, le placements des poches… les vêtements femmes en vélo vont il évoluer grâce votre pratique ?

Mon expérience m’aide au quotidien. Dés qu’un prototype est réalisé, je peux l’essayer en usage, et remonter directement les points à améliorer. Je connais les contraintes des sorties courtes et longues, ainsi que les difficultés que rencontrent une cycliste débutante, et celles d’une expérimentée.

Quand une cycliste souhaite réaliser un voyage sur plusieurs jours, elle cherche des produits légers compactables, qui sèchent rapidement et confortables évidemment. Une cycliste débutante n’a pas les mêmes besoins. Elle n’a pas spécialement envie d’investir de très grosses sommes, mais si elle a des douleurs à l’entrejambe, elle risque d’arrêter définitivement.

Une cycliste confirmée qui s’entraîne en hiver plusieurs heures, quand il pleut, il fait froid, n’a pas envie de se retrouver à moitié nu à côté de ses partenaires d’entraînement pendant quelques minutes pour une pause technique. Nous avons en tête toutes ces contraintes, et notre but est de les limiter voire de les éliminer.

Notre équipe a pour objectif d’offrir la meilleure expérience en vélo de route pour toutes les cyclistes femmes, de la cyclotouriste débutante à la cyclosportive confirmée, grâce à des vélos et vêtements spécifiquement réalisés pour les femmes.

En quoi Van Rysel/triban se distinguent des autres marques dans le vélo ?

La plupart des marques référentes sur le marché du vélo proposent une panoplie (maillot + cuissard) deux fois plus onéreuse que notre ensemble haut de gamme. Une femme qui débute le cyclisme sur route doit investir dans un vélo, un casque, des chaussures, et une tenue, etc. C’est un budget considérable.

Contrairement aux autres marques, nos produits sont développés dans le Nord de la France, non loin des secteurs pavés de Paris Roubaix. Une terre réputée dans le milieu cycliste.

De plus, nos produits sont adaptés aux besoins de la femme. Les vélos femme ne sont pas des vélos homme peints en rose ou des vélos de petite taille. Ils sont adaptés à notre morphologie. Par exemple, les femmes ont des épaules moins larges que les hommes, le cintre doit donc être plus étroit, une répartition buste / jambes différente donc un besoin de potence plus courte. Concernant le textile, par exemple, un cuissard à bretelles classique homme n’est pas adapté à la poitrine de la femme, les bretelles ne peuvent pas bien se positionner.

Paul Foulonneau | 3SO L’Agence

Selon vous que manque-t-il pour que les femmes aient un peu plus leur place dans ce monde qui reste encore très masculin ?

Selon moi, beaucoup de femmes aimeraient essayer le cyclisme sur route, mais elles ont des appréhensions sur le vélo (cintre courbé, fines roues, changement de vitesses, cales automatiques, etc) le danger des voitures, les douleurs à l’entrejambe, … C’est dommage. Le cyclisme est un si beau sport : découvrir des paysages, rencontrer des personnes de divers milieux sociales, partager des moments de convivialité, mais aussi connaître cette sensation de liberté, de vitesse, ce goût de l’effort, du surpassement de soi. La pratique du cyclisme influe sur la bonne humeur. C’est un bon sport d’endurance porté, contrairement à la course à pied qui engendre davantage de blessures. Le vélo permet aussi d’avoir de belles jambes et de belles fesses, et c’est quand même appréciable d’être fière en jupe 😉

Ma tenue préférée, c’est l’ensemble Van Rysel 900 cuissard noir et le maillot bleu marine.

Des conseils pour celles/ceux qui veulent se mettre au vélo ? (type de vélo, nombre de sorties par semaine, quel type de sortie?)

Pour une débutante, je conseille le vélo Triban Easy. C’est le premier vélo de route parfait pour se sentir à l’aise. Deux systèmes de freinage, passage de vitesses simplifié, pneus plus larges, selle adaptée, etc, un vélo pour être confiante et sereine.

Au début, il est préférable de faire des sorties courtes, 1h- 1h30, c’est à dire 20 – 30 km, dans de bonnes conditions météo, et entre copines, une à deux fois par semaine.

Pour une sportive aguerrie, type une runneuse qui souhaite diversifier sa pratique des sports d’endurance, je conseille un vélo Van Rysel ultra AF femme, plus léger. Ce vélo permet de rouler sur tout type de dénivelé. De mon expérience, j’ai participé avec ce vélo en 2018, au tour des Flandres, à l’étape du tour et à l’ardéchoise. Du pur plaisir… Je conseille des sorties plus longues, 2h-3h, 50 – 80km, plusieurs fois par semaine. Pourquoi pas des brevets, des cyclosportives?

Pour les amoureuses de la nature, qui cherchent à éviter les voitures, je conseille le vélo Gravel, GRVL 120 femme. Un très bon compromis entre le VTT et la route.

Paul Foulonneau | 3SO L’Agence

Dernières petites questions : avec quel vélo roulez-vous ? Quelle est votre tenue préférée ? votre parcours préféré ? votre plus beau souvenir ?

Je roule sur le vélo Van Rysel Ultra CF noir femme. Un magnifique vélo carbone, nerveux, léger qui me permet de m’amuser et de taquiner les garçons au sprint 😉.

Ma tenue préférée, c’est l’ensemble van rysel 900 cuissard noir et le maillot bleu marine. Pourquoi ? Le tissu du cuissard est très galbant, il y a un réel maintien, c’est agréable. Le maillot est composé de plusieurs tissus, dont un qui est ajouré, très élégant. J’aime me sentir féminine. En plus, il possède 7 poches dont 2 zippées, c’est très pratique.

L’un des plus beaux pays est pour moi la Norvège, c’était magnifique.

Mon parcours préféré ? Difficile de répondre. J’aime différents types de parcours et dénivelés. Grâce à mon expérience, j’ai eu la chance de rouler dans de nombreux pays, du Qatar à la Californie en passant par la Chine. L’un des plus beaux pays est pour moi la Norvège, c’était magnifique.

Mon plus beau souvenir en compétition c’est mon premier titre de championne de France, où ma coéquipière m’a lancé le sprint. 3 km avant l’arrivée, elle m’a regardé dans les yeux, et m’a dit que j’allais gagné, elle croyait en moi. Nous sommes toujours copines. Mon plus beau souvenir hors compétition c’est une diagonale en tandem avec mon papa, quasiment 1000 km en 3 jours et demi, de Strasbourg à Perpignan. Enfin, un dernier bon moment, ou plutôt deux! Le 31 décembre, je termine l’année avec une sortie route en compagnie de mes collègues homme Van Rysel. Le 2 janvier, je commence 2020 avec une sortie Gravel et deux collègues femme Triban. J’ai le sourire, j’ai de la chance de pouvoir pratiquer mon sport passion avec mes collègues!

Running - Montres Connectées