Run : Ushuaia by UTMB®, l’Ultra en mode fin du monde…

La nouvelle a commencé à circuler sur les réseaux : après Chamonix, la Chine au printemps dernier, Oman au début de l’hiver, l’Argentine rejoint le circuit UTMB® en inaugurant une première édition du 5 au 7 avril prochain. Pour celles et ceux que cela pourrait tenter, je vous livre ma petite expérience du coin 😊

 

Avant toute chose, je tiens à rappeler quelques faits : ce sont bien des organisateurs locaux qui à chaque fois organisent ces courses, l’équipe de l’UTMB® INTERNATIONAL étant là en renfort technique et conseils. Pour Oman (à découvrir ici) par exemple, Michel Poletti est allé sur place aider à l’élaboration de la trace pour qu’elle réponde le plus possible aux critères non seulement techniques mais aussi « touristique » si je peux me permettre cette petite digression (on ne va pas si loin pour un parcours moche quoi !). En Chine par exemple, les coureurs ont eu accès exceptionnellement à une zone classée patrimoine mondiale de l’UNESCO. Donc ne venez pas dire ensuite « bouh, y a pas de tuc et de comté aux ravitos comme à Chamonix » … Si vous voulez de la Haute Savoie spirit, restez en Haute Savoie 😊(ne rigolez pas, je l’ai entendu au fin fond du Chili et dans tellement d’endroits dans le monde…).

Mais concrètement vis-à-vis de la course d’origine, chaque finisher du parcours long est crédité de six points ITRA, valables pendant trois ans (au lieu de deux) pour accéder au tirage au sort de l’UTMB® Mont-Blanc. Et comme à Chamonix, ils proposent aussi des formats plus courts avec dans le cas présent un 70, un 50 et un 35. Par ailleurs, le finisher gagne une année dans le process d’inscription en doublant ainsi ses chances au tirage au sort s’il s’inscrit pour la première fois et il a la garantie de pouvoir s’inscrire s’il a déjà tenté sa chance, sans succès, l’année précédente. Je le sais pour voyager énormément de part le monde pour ma pratique sportive, l’UTBM® est devenu une référence absolue à l’étranger, le rêve de bons nombres de traileurs. Dès que je dis que je suis française, la question arrive immédiatement : « alors tu as fait l’UTMB® ? », c’est comme ça, moi je n’y peux rien. Quand ça vous plaise ou non, la réalité est là.

En attendant pour celles et ceux que la destination fait rêver et pourrait intéresser, quelques petits conseils techniques propres à mon expérience du coin. Je n’ai jamais couru sur place mais j’y suis allée deux fois puisque j’ai eu la chance inouïe de pouvoir courir le marathon et le seul ultra en étapes de 250km organisés en Antarctique. Ushuaïa était donc mon port d’attache. Même si j’étais sponsorisée pour les deux, j’ai forcément cherché à limiter les coûts au maximum. Concrètement, pour le vol (qui sera le plus gros budget), les tarifs les plus intéressants obligent de passer de l’Espagne, soit Madrid, soit Barcelone. Pour Barcelone, l’aéroport est immense ! On pourrait y organiser un ultra… Les départs internationaux ne sont pas du tout dans la zone des vols européens, prévoyez de la marge pour votre changement. J’y suis allée les deux fois avec Air Iberia… Pour moi une des pires compagnies que j’ai pu fréquenter, question accueil pour les longs courriers mais c’était la moins chère à l’époque donc pas le choix. J’ai de très bonnes expériences avec LATAM, ne pas hésiter à la choisir. Vous devez pouvoir partir sur un budget entre 600 et 700€, difficile de trouver moins, sauf à faire 36 escales, ce qui multiplie le risque de perte de bagages, la fatigue et le stress… Pensez-y bien… Si l’économie de 50€ se solde par le rachat complet de vos affaires de trail sur place, le calcul est loin d’être intéressant au bout du compte.

Ma plus grosse alerte concerne le changement à Buenos Aires ! Attention, certains sites de voyages proposent des enchaînements de vol totalement impossibles à réaliser !!! Et si vous ratez votre correspondance, vous serez obligé de racheter un nouveau billet au dernier moment à vos frais. L’aéroport international est à un bout de la ville, le national à l’autre bout… Vous rajoutez les embouteillages et surtout la douane la plus longue du monde, vous avez le ticket gagnant ! Pour vous donner une idée, la dernière fois j’ai mis presque 2h de taxi entre les deux aéroports et nous étions en pleine journée. Pour la petite histoire, je m’étais incrustée dans le taxi de l’organisatrice de l’ultra qui m’avait gentiment proposé une place à ses côtés. Heureusement que je ne payais pas la note parce que j’explosais mon budget 😊

Ushuaïa est devenue une ville touristique avec le temps mais on va se calmer deux minutes, ce n’est pas le Mont Saint Michel fin juillet non plus… J’y suis allée mi-mars, toutes les personnes que je croisais dans la rue avec une tête de touristes partaient faire le même marathon que moi ! La capacité hôtelière est correcte, on trouve tous les niveaux avec une offre d’auberges très abordables. Maintenant les plus beaux hôtels sont en dehors de la ville, planqués dans des paysages à couper le souffle… L’aéroport est à 10, 15 minutes en voiture de mémoire du centre. Je vous dirais bien qu’on peut aller en ville en courant mais le prix de la course ne vaut pas la peine que vous vous fatiguiez avant votre course justement. Des progrès énormes ont été fait question wifi mais comme au Chili, beaucoup l’offrent dans le hall, pas dans les chambres.

Question restauration, contrairement à sa grande sœur Buenos Aires, par la force des choses, on trouve forcément beaucoup de restaurants de poissons et autres produits de la mer. Repartir sans avoir mangé une centolla, l’araignée locale, est presque un crime de lèse-majesté. Pour les paresseux, on la trouve aussi décortiquée, en gratin, bref à toutes les sauces. Question vin, franchement les vins argentins sont excellents, le malbec se boit très bien et le blanc se marie très bien avec le crabe 😊

Voilà, c’est tout pour le moment ! On parle de terre de feu pour évoquer cette partie du monde… On parle même de « fin del mundo » mais comme me l’a dit de façon si poétique un chauffeur de taxi un jour : « pour moi ici ce n’est pas la fin, c’est le commencement » … Et je suis totalement de son avis ! Si vous avez des questions précises n’hésitez pas, je ferai ce que je peux pour vous répondre.

Ps : inutile de vous préciser que cette course est devenue mon objectif 2019 à l’instant même où elle a été annoncée. Je suis sur mes dossiers sponsoring depuis une semaine ! Suite au prochain épisode… 

Pss : il manque encore pas mal d’infos qui vont arrivées au fur et à mesure, j’actualiserai cet article en conséquence évidemment. Les photos ont été prises lors des reconnaissances pour élaborer le parcours. 

Running - Montres Connectées