Run : Ultra Fiord du côté voyage

edf

La Patagonie… Loin de moi l’idée de me transformer en guide de voyage, ce que je ne suis pas. Cet article sera juste un retour d’expérience de fille qui voyage un peu partout et qui ne gère pas forcément ses trajets et son hébergement de A à Z.

 

L’avion : aller en Patagonie n’est déjà pas une mince affaire. C’est quand même à l’autre bout du monde et même d’un pays ! Deux possibilités : vous avez des tonnes de miles sur AF à liquider et c’est un vol direct à Santiago du Chili qui s’offre à vous (ou vous avez les moyens… ce vol est toujours hors de prix, enfin hors budget pour moi). Vous passez par une escale en Europe pour récupérer un vol transatlantique. J’ai testé la version via à l’Espagne la première fois (Air Iberia et Lan) et via l’Italie pour l’édition 2018. Très agréable surprise pour la compagnie italienne. Le personnel n’était pas des plus souriants mais c’était efficace. Aucun retard sur les 4 vols avec même une ponctualité déconcertante ! A l’aller j’ai même eu le droit à des écrans haute def top avec pleins de films à regarder. A noter : à Rome vous devrez passer de la partie nationale de l’aéroport à la partie internationale. Même si ça se fait bien, ce n’est quand même pas à la porte à côté ! Mais leur système de contrôle automatisé des passeports est super efficace. J’ai quand même mis facilement 30 minutes pour rejoindre la deuxième zone d’embarquement en ayant eu personne au contrôle des passeports. Bon à savoir : dans la zone européenne, le café Lavazza propose des forfaits petit dej vraiment pas chers avec un cappuccino à tomber à la renverse ! Pour Barcelone là aussi prévoyez super large, l’aéroport est immense !!!

 

edf

Une tuerie ! Je pouvais mourir après un cappuccino pareil ! 

A Santiago, plusieurs choses très importantes à savoir : le contrôle des passeports est relativement efficace mais nous étions 2 transatlantiques en même temps à débarquer… J’ai mis 45 minutes avant de pouvoir passer la douane. J’avais mon sac avec moi, c’est mon dernier challenge, partir le plus léger possible pour ne plus jamais avoir un truc en soute (je cours donc sans bâton…) mais j’ai quand même dû passer le contrôle sanitaire des bagages et là faut être très mais alors très patient. Vous n’avez le droit à aucune nourriture ou alors à condition de pouvoir prouver ce que c’est et encore… Si vous avez le malheur d’arriver en même temps qu’un vol du Japon, ça se transforme en cauchemar. Ils adorent transporter leur nourriture et ça peut bloquer tout le monde pendant des plombes. Si je vous dis ça c’est pour deux choses : oubliez d’embarquer votre gâteau sport déjà cuit ou vos barres maison, vous avez quasi 100% de chance de vous les faire saisir ; Et donc prévoyez large pour votre correspondance !
Autre point à savoir, pour éviter de vous faire avoir. En sortant de la zone internationale, vous avez toutes les chances de vous faire alpaguer par des mecs en apparence bien sous tous rapports, qui portent surtout un badge de l’aéroport et ce qui ressemble à un costume officiel. Vous avez le nez en l’air en train de chercher le panneau de l’embarquement national et ils vous proposent de vous indiquer le chemin et de vous accompagner. Attention ce service n’est pas gratuit !!!

 
Pour descendre à Punta Arenas, vous aurez surement un stop à Puerto Montt. Les compagnies locales sont très bien et très efficaces. J’y suis allée plusieurs fois et je n’ai à ce jour aucun reproche à leur faire. Le wifi de l’aéroport de Santiago fonctionne plutôt bien, oubliez celui de Punta Arenas… Pour parler sous, vous pouvez espérer trouver des billets entre 450 et 550€.
Pour vous rendre à Puerto Natales, vous avez un service de bus très efficace là aussi. Vous avez quasiment toujours un bus à chaque arrivée d’avion ou presque. Le billet coûte environ 15€. Les bus sont plutôt confortables avec toilettes mais pas de wifi dans celui que j’ai pris. Ils vous déposent à la gare routière, lieu important à repérer parce que c’est de là dont partent les bus pour les lieux à visiter comme Torres del Paine. Elle est au nord de la ville, pas vraiment à côté du centre non plus et encore plus loin de la mer, là où se situent plusieurs des hôtels plus sympas. Concrètement, prévoyez un budget taxi.
Là aussi point important à noter : ils n’ont pas de compteur ! Perso j’étais super stressée au départ parce que mon hôtel se situait à une heure à pied de la ville (j’ai testé !) et j’ai donc pris plusieurs fois le taxi. Mais j’ai vite découvert qu’il y avait un forfait. Pour moi c’était 4000 pesos soit environ 4€ le trajet, même si je le commandais et qu’il venait me chercher à mon hôtel. Vous pouvez monter à l’avant avec le chauffeur. Ils sont super efficaces et vraiment adorables. N’oubliez pas le réflexe indispensable à l’étranger : une carte de visite de votre hôtel ou si vous n’en avez pas, une simple photo de l’établissement.

 

cof

 
Hôtel : Puerto Natales est une ville touristique, donc aucun souci, vous avez une offre très complète et tout budget. Ça va du airbnb à l’auberge de jeunesse en passant par le 5 étoiles… Enfin il n’y en a qu’un mais c’est juste un bijou, le Singular avec la meilleure table de la région. Bon je n’ai pas testé, c’est juste la réputation qu’il a, figurez-vous que j’ai eu envie d’aller le visiter puisque le mien était à 500m mais qu’il était privatisé ! Sachez que l’organisation a négocié des tarifs avec certains hôtels, il faut donc absolument préciser que vous venez pour la course. Pour ma part, j’ai logé cette année dans un petit hôtel en périphérie de la ville donc, le HD. Cela tient plus de l’auberge de famille je trouve. C’est très simple mais toute la qualité de l’hôtel repose sur l’accueil absolument adorable du gérant qui se met en 4 pour vous faciliter le séjour. Déjà il prépare des petits dej matinaux pour les coureurs, coureurs qu’il emmène au bateau alors que l’embarcadère est à 500m… A 6h30 du mat c’est toujours sympa ! Personnellement il m’a fait économiser plusieurs fois le taxi me proposant de m’emmener parce qu’il allait faire des courses, m’a nourri lorsque je suis rentrée de ma course légèrement affamée après 86 bornes de balade. Il y a un restaurant et même si la carte est très limitée, franchement on y mange très bien. Seul défaut de l’établissement pour les enragés de la connexion, un wifi faiblard dans la salle commune seulement.

 

edf

Les coureurs présents ont tellement apprécié l’accueil qu’ils ont laissé un souvenir et le vainqueur du 42 carrément offert sa médaille ! 

Autre hôtel testé lors de mon précédent séjour : le Costa Australis. Franchement là aussi rien à dire. Pour donner une référence française, un niveau Mercure et un emplacement super sympa. C’est là que logeait mon ami Michel et il n’a rien eu à redire de son séjour. Seul défaut à mon goût, on doit réserver son dîner, du coup pas d’impro possible de ce côté-là.

 
Pour Torres del Paine, nous avons logé à ce que je qualifierai de refuge pour randonneur. Dans mon cas, chambre avec 6 lits (3 superposés), douches et toilettes communes séparées hommes et femmes. Franchement nickel avec un petit déjeuner où l’on retrouve des œufs, jambon et fromage, parfait pour se faire des petits sandwichs spécial randonnée. Aller si loin sans prévoir une balade dans ce parc est un crime de lèse-majesté ! En plus la saison est plutôt creuse, donc même s’il y a un peu de monde, ce ne sera pas la foule qu’il peut y avoir en pleine saison. C’est pour y faire un tour que j’ai fait le km vertical dont le départ est organisé devant un hôtel très connu, Las Torres. Attention on est quand même à 2 bonnes heures de voiture de Puerto Natales. Parce que le gros défaut de la destination, c’est que tout est loin… très vite vous avez 2 à 3h de voiture pour vous rendre sur place. Puerto Natales Via Serrano, départ du 50km, vous avez 2h30 de trajet. Pour info l’orga a tout prévu, et vous avez des bus ou des bateaux pour tous les départs, aucune inquiétude là-dessus.

 

 
Question restauration, on mange très bien au Chili. Ils font du saumon à toutes les sauces ou presque ! Attention si vous êtes vegan, free gluten ou j’en passe, ça peut quand même être un peu compliqué. Ma cantine sur place, Mesita Grande, propose maintenant des pâtes et des pizzas sans, mais le choix est ultra limité. Au supermarché le plus important de la ville, je n’ai pas vu grand-chose pour ce type d’alimentation non plus. Pour vous donner une idée des tarifs ma pizzeria préférée fait un menu spécial ultra à environ 9€ avec plat de pâtes ou pizza, boisson et dessert. A la carte vous en avez pour 10€ environ.

 

edfedfedfcof

Ma petite pizza pré-ultra ! Le restaurant est aussi un consulat

et le fief des Top Gun locaux 🙂

En sortant ma calculette, j’estime à environ 2000€ le budget tout compris pour une semaine là-bas dossard inclus avec la virée à Torres del Paine en mode économique. Si vous voulez être à l’aise, vous faire plaisir, comptez quand même 2500€. On doit pouvoir être à un peu moins si on tire sur le budget logement et alimentation mais bon je pars aussi du principe qu’on vient faire un ultra… super loin… Après un très long voyage… Si on dort et on mange mal les jours qui précèdent, c’est prendre un sérieux risque sur sa réussite, ce qui est quand même bien dommage.

Running - Montres Connectées