Run : Marathon de Boston, quand les hommes renoncent mais que les femmes continuent…

L’article n’est pas de moi mais du New York Times ! C’est ma fille qui me l’a fait suivre, plus habituée que moi à suivre les médias américains. Comme il est en anglais et que tout le monde n’est pas forcément bilingue, j’ai tenté une petite traduction (j’ai zappé volontairement un ou deux paragraphes qui m’apportaient pas grand chose à la réflexion d’ensemble) pour que vous puissiez tous voir ce quoi il en retourne. A vous maintenant de vous faire votre avis ! 

 

L’article original est ici !

La traduction est là :

Le marathon de Boston de cette année, avec ses températures horizontales de pluie et de gel, n’était pas seulement une épreuve qui se déroulait au milieu du pire temps depuis des décennies. Ce fut aussi un exemple de la capacité des femmes à persévérer dans des circonstances exceptionnellement dures à affronter. Par beau temps, les hommes abandonnent généralement cette course à des taux inférieurs à ceux des femmes, mais cette année, les femmes s’en sortent mieux. Pourquoi, dans ces conditions terribles, les femmes étaient-elles tellement les meilleures ?

 

Les résultats pour Boston, l’un des marathons les plus compétitifs du monde, ont été désolants cette année : Les temps pour les hommes et les femmes (élites) étaient les plus lents depuis les années 1970 et le taux de décrochage à mi-parcours était de 50%. Mais le % de finishers varient considérablement selon le sexe. Pour les hommes, le taux d’abandon a augmenté de près de 80% par rapport à 2017 ; pour les femmes, il était en hausse d’environ 12% seulement. Dans l’ensemble, 5% des hommes ont abandonné, contre seulement 3,8% des femmes. La tendance était aussi vraie au niveau élite.

 

Ce marathon m’a fait me demander si le genre pourrait jouer un rôle. Vous pouvez trouver toute une gamme de théories sur les raisons pour lesquelles les femmes ont été plus nombreuses à finir que les hommes à Boston – la composition de la graisse corporelle, les tendances de prise de décision, la tolérance à la douleur, même l’accouchement – mais aucune offre une réponse parfaite.

 

Une théorie est que les femmes supportent mieux le temps froid parce que leurs corps ont naturellement plus de graisse. En général, il est vrai que le niveau de graisse corporelle – un niveau que vous ne pouvez pas médicalement baisser – oscille autour de 3% pour les hommes et 12% pour les femmes (on parle élite évidemment !). Et la couche de graisse sous-cutanée isolante sous la peau est deux fois plus épaisse chez les femmes que chez les hommes.

Mais à la même course en 2012, lors d’une journée de 30° exceptionnellement chaude, les femmes ont également terminé à des taux plus élevés que les hommes, comme en 2018. Les femmes sont-elles ainsi mieux en mesure de supporter des conditions extrêmes ? Cette réponse pourrait impliquer la psychologie. L’endurance peut sembler objective, mais votre capacité à continuer, même si cela signifie ralentir, dépend souvent de vous.

 

« Quand vous atteignez le point où vous ne pouvez pas continuer, cela semble physique, comme une limite immuable », me dit Alex Hutchinson, l’auteur de « Endurance ». « Mais vos limites physiques sont réellement dirigées par votre cerveau. Dans la plupart des cas, le décrochage est une décision.  »

Le processus de décision peut être lié à la perception ou à la tolérance de la douleur. Voici un facteur potentiel, voire controversé : l’accouchement (sans péridurale !) est, selon la plupart des récits, insoutenable, et parce que les « pics athlétiques » et de fertilité des femmes sont proches ou se chevauchent, beaucoup de marathoniennes qui courent à Boston ont aussi donné naissance.

 

Keira D’Amato, un agent immobilier âgé de 33 ans à Richmond, en Virginie, a couru une grande partie de la course avec Sarah Sellers, une infirmière qui a pris la deuxième place, jusqu’à ce qu’elle perde la notion du temps et de la distance. Elle a ralenti à une fraction de son rythme d’origine, si concentrée sur la ligne d’arrivée qu’elle ne le savait même pas quand elle est enfin arrivée, à la 46ème place. En comparant son expérience dans la course à la naissance de ses enfants, D’Amato m’a dit : « Je n’ai jamais abandonné pendant le travail (l’accouchement) ». Il faut dire que c’est rarement une option ! Elle a dit qu’elle avait terminé chaque course qu’elle a commencé et a ajouté : « Je n’allais pas commencer aujourd’hui. »

 

« Les hommes ont tendance à commencer les courses de manière plus agressive et à adopter une approche plus risquée, donc ils sont plus susceptibles d’abandonner à mi-parcours », a déclaré Hutchinson. « Si vous vous prenez le mur à 18 miles dans cette terrible tempête de pluie et que vous portez 3kg de vêtements mouillés, il y a un risque accru que vous allez abandonner. »
Les femmes peuvent également être mieux en mesure de recalibrer leur comportement et leurs attentes en fonction des circonstances (même si cela ne veut pas dire prendre la décision la plus conservatrice en abandonnant).

 

« Parmi les athlètes que j’ai entraînés, je pense que j’ai eu plus de femmes à tenir le choc devant la difficulté, elles peuvent exploser mais elles finiront quand même la course, alors que les hommes abandonnent », a déclaré l’entraîneur de l’élite Steve Magness. « Les femmes semblent généralement mieux en mesure d’ajuster leurs objectifs dans le moment, alors que les hommes verront leur race comme plus noire ou blanche, réussiront ou échoueront, et si elle échoue, pourquoi continuer ? »

 

Les Américains dans les courses d’élite ont fourni des preuves à ce constat. Le favori des hommes, Galen Rupp, est resté dans le peloton de tête jusqu’à ce qu’il abandonne au 20 milles pour hypothermie ; Dans la course féminine, les favorites Molly Huddle et Shalane Flanagan ont ralenti à un rythme beaucoup plus lent que leur objectif, mais elles ont quand même terminé. Dans les premiers kilomètres, les femmes ont couru ensemble ; Desiree Linden, une autre favorite, a lutté et a dit à Flanagan qu’elle a pensé elle-aussi abandonné, mais qu’elle était restée en course pour soutenir ses coéquipiers pendant quelques kilomètres de plus pour la victoire américaine qu’ils cherchaient. Puis Linden a rebondi et a gagné !

 
« Il y a une tendance biologique et sociale pour les femmes à tendre vers l’entraide », a déclaré Adam Grant, psychologue et animateur du podcast TED WorkLife. « Je m’attendrais à ce que, quand les choses se corsent, les hommes abandonnent ou qu’ils redoublent d’efforts et disent :« Je vais juste aller de l’avant », les femmes elles sont plus susceptibles de rejoindre les coureurs à côté de eux et offrent un soutien et cherchent du soutien. Partager la douleur et faire partie d’un groupe peut faciliter la résistance à la douleur.  »

 

 

Bien sûr, les gens qui s’alignent sur Boston ont dû souvent lutter pour être là, en raison de la sélection via un temps qualificatif. Et les femmes sont souvent peu encouragées à s’entraîner de façon structurée et compétitive, de sorte que les coureuses qui se sont rendues à Boston ont déjà surmonté plus d’obstacles sociaux que les hommes. Ils peuvent simplement être plus résistants, et c’était une année où la résistance a fonctionné.

 

 

L’explication la plus simple n’est donc pas basée sur le genre. Ce marathon de Boston était idéal pour les personnes qui prospèrent dans l’adversité. Les meilleures places pour les hommes et les femmes sont allées aux coureurs amateurs qui jonglent entre vie professionnelle, vie personnelle et entraînements. Le vainqueur masculin, Yuki Kawauchi, est un administrateur de lycée au Japon ; Boston était déjà son quatrième marathon, et quatrième victoire, de cette année. « Pour moi, » a expliqué Kawauchi après sa victoire, « c’était les meilleures conditions possibles.

Crédit photo : Desiree Linden winning the 2018 Boston Marathon – Brian Snyder/Reuters

Running - Montres Connectées