Fun : Valence en mode tourisme !

dav

Je ne vais pas me transformer en guide du routard je vous rassure, juste vous donner encore plus envie de venir à Valence pour courir mais aussi pour vous balader !

 

Commençons par la base ! De Paris c’est 2h de vol via AF ou plutôt sa compagnie low coast Air Europa donc des vols pas trop chers si on s’y prend à temps, comme souvent. Il existe évidemment des vols directs d’autres villes françaises. L’aéroport n’est pas trop loin de la ville, 30 minutes en taxi max et il existe des transports en commun pour se rendre en ville aussi. Je voudrais bien vous vanter les mérites de l’hôtel que j’ai eu la chance de tester mais j’étais là dans le cadre de mon job, donc invitée et particulièrement gâtée par l’Office du Tourisme qui loge toujours ses invités dans des cadres plutôt sympathiques. L’hôtel, le SH Valencia Palace Hotel, plutôt bien situé pour le marathon, était rempli de marathoniens forcément puisqu’il faisait une offre spéciale qui leur était destinée avec pasta party et petit déjeuner matinal. Il cumulait l’avantage d’être sur le bord du jardin permettant de rejoindre la zone du départ à pied tranquillement le matin et d’être sur le parcours pour permettre de revenir encourager les marathoniens à deux zones stratégiques : 25ème km et 40ème km (il suffisait de traverser le pont pour y être en deux minutes). Mais rassurez-vous l’offre hôtelière est riche et il existe bien entendu un marché important de locations d’appartements à des particuliers. Un seul conseil : n’hésitez pas à choisir le quartier du départ et de l’arrivée à savoir la cité de la Science. Ce sera plus pratique pour le jour J et rassurez-vous le centre historique est à deux pas, ou à deux coups de pédale si comme beaucoup vous adoptez ce mode de déplacement. Pour vous donner un ordre d’idée, le forfait pour 7 jours de location à volonté des vélos de la ville est à 13€30 ! Et il y a 300 stations à disposition.

 

 

Valence et son célèbre marché ! 

Le principal intérêt de Valence à mon avis c’est finalement sa taille raisonnable qui permet de visiter le centre-ville historique en une journée et de profiter de la plage toute proche pour se remettre de la course ! Le super bon plan est de le faire en vélo grâce à de nombreuses offres de visites guidées. Il y a des dizaines de pistes cyclables, c’est juste un vrai bonheur et ça permet d’éviter les km marchés la veille d’un objectif marathon. Il y a juste ce qu’il faut de monuments pour s’occuper avec un marché couvert à ne surtout pas manquer. Alors que nous étions quand même un week-end chargé en touristes j’ai justement trouvé que c’était beaucoup plus agréable que Barcelone où j’ai vraiment l’impression de ne plus être en Espagne quand j’y vais, et cela n’a rien à voir avec les projets d’indépendance ! C’est juste qu’entre les cars de touristes et les dizaines de groupes qui suivent au as de course la dame au parapluie, ça a sérieusement perdu de son charme. Pour en revenir aux visites guidées, franchement n’hésitez pas à sauter le pas, l’office du Tourisme en propose sur 3h qui permettent de faire un tour passionnant et enrichissant. Sincèrement je serais passée à côté de pleins de choses, de petits détails qui font le charme d’une ville historique. Rassurez-vous elles existent en français !

 

 

Valence du côté historique… 

Autre zone d’intérêt : la plage que l’on peut rejoindre très facilement en vélo en passant par le port qui est devenu célèbre grâce à la présence de l’America Cup. A l’unanimité on nous a parlé d’un avant et un après America. Cela a permis d’aménager de façon organisée le front de mer et venir manger sa paella les pieds dans le sable face à la mer est vraiment un truc à faire. Ah tiens en parlant paella, une petite info à ce sujet : elle est originaire de cette ville, c’est donc réellement le plat familial par excellence que l’on partage tous les dimanches midi chez mamy ou au restaurant, ce n’est pas pour le folklore et les touristes. La paella c’est en réalité le nom du plat, le contenant et non le nom de la préparation, mais ça j’imagine que vous le savez déjà. Ce qui sous-entend qu’il existe plusieurs recettes possibles. J’en ai testé 3 le temps de mon séjour (je n’en pouvais plus !) : la traditionnelle avec viande (poulet, lapin, il y a aussi parfois canard et escargots), celle avec des pâtes et non du riz (oubliez la notion du al dente par contre) et une version avec uniquement des crustacés entièrement préparés que l’on mange donc sans se salir les mains. En famille on pose généralement le plat au milieu de la table et tout le monde sort sa cuillère, dans les restaurants c’est service à l’assiette avec des portions à vous faire courir l’UTMB sans ravito… On trouve aussi des tapas forcément qui ont fait la renommée de la cuisine espagnole et je passe sur le jambon à tomber à la renverse, les churros… le turron… Vous connaissez ça par cœur ! J’ai particulièrement apprécié les fruits frais du petit déjeuner, le melon est encore très bon et surtout les oranges qui sont présentes partout à cette saison dans les arbres qui décorent les rues. Attention elles ne sont pas propres à la consommation, elles sont là pour la déco et pour « purifier » l’air de la ville. Apparemment il ne viendrait pas à l’esprit des valencais d’aller les ramasser de façon sauvage. Forcément en tant que ville portuaire, le poisson est à l’honneur dans bon nombres des restaurants. Je vais vous préparer un autre article sur Valence en mode heathly parce que ce n’était pas vraiment le thème de mon voyage et je ne vais pas vous mentir, notre contact sur place semblait un peu paniqué lorsque j’ai commencé à lui parler free gluten, sans lactose ou plus drôle encore vegan ! Là j’ai senti que je la perdais… Mais elle m’a promis de se pencher sur le sujet et de me dégoter les adresses incontournables de la ville.

 

 

 

Dernière et non des moindres raisons de venir à Valence, le jardin de la Turia qui a toute une histoire qui mérite qu’on la raconte un peu. Il s’agit à la base d’un lit de rivière asséchée qui est aujourd’hui détournée. Cela a assainit la zone mais qui a posé un jour la question de l’utilisation que l’on pouvait faire de ce nouvel espace offert à l’aménagement urbain. Franco dans toute sa démesure, qui n’était pas sans rappeler celle de son copain Adolf a envisagé sérieusement d’y construire une autoroute à 9 voies ! Dieu merci le coût prohibitif du projet et sa mort ont stoppé net le délire. L’administration a alors décidé en s’inspirant de ce qui existe à Londres ou New York de créer un jardin immense avec pleins d’aménagements pour les familles. On y trouve des terrains de foot, de baskets, des zones aménagées pour des cours de yoga en plein air par exemple, des pistes cyclables bien séparées des zones piétonnes (même s’il faut quand même faire attention !), des zones avec brumisateurs pour affronter les fortes chaleurs l’été, de nombreux musées ainsi que l’Aquarium et les deux salles de concert (opéra et salle classique). Et donc comme je le disais plus haut, on peut rejoindre le front de mer en vélo sans aucun effort puisque là aussi c’est parfaitement plat.

 

 

Valence côté jardin et côté mer… 

Je vous laisse vous reporter au site de l’Office du Tourisme pour préparer votre séjour si la destination vous a comme je l’ai été convaincue que Valence méritait vraiment d’être connue .