Run : débrief matériel Hawaï

Comme toujours maintenant un petit débrief matériel, histoire de vous donner des conseils et vous éviter les erreurs que je trouve toujours le moyen de faire… Et pour la première fois, la vidéo de mon sac à la fin !

 

Le sac : Là pas de surprise puisque c’est un sac que je connais déjà, donc je partais en confiance. L’Hydragon Enduro Raid fait le job avec un volume suffisant pour que je n’ai pas à rajouter de ventral qui quoiqu’on en dise n’est pas le truc le plus agréable qui soit. Même si sur le principe il n’est pas « féminin », je n’ai aucun souci de confort avec mon 90C ! (Vous avez vu comme j’arrive toujours à le placer celui-là ?). Sa forme compacte est très agréable justement pour les dos féminins, parfois et même souvent, moins larges que les masculins. Entre les grandes poches sur les bretelles qui accueillent sans souci portable ou appareil photo comme ce fut mon cas, barres pour la journée ou autres accessoires, les petites poches aimantées sur la sangle du bas et les poches filet sur les porte-gourdes, on a facilement accessible de quoi tenir toute la journée. Je lui reproche pourtant toujours la même chose : une ouverture générale par le haut pas assez grande, qui pourrait s’inspirer de ce que fait le WAA et des poches filet sur le côté, pas assez grandes non plus pour pouvoir par exemple ranger les tongs à l’extérieur en toute sécurité ou son tapis. Manque aussi justement une accroche extérieure pour ce type d’accessoire. Avec ces deux corrections, on tient le sac parfait !

 

Les vêtements : étant sponsorisé par Michelin qui équipe les semelles des chaussures de trail Mizuno, forcément je suis partie en total look de la marque japonaise. Pour le textile la tenue de trail s’est révélée très confortable, rien à redire. A cause de la pluie, un short en matière plus légère aurait été apprécié mais bon ils ne sont pas responsables de la météo quand même ! Pas un frottement, plutôt une bonne résistance aux frottements du sac pendant 250 bornes, franchement rien à redire. Pour la veste, j’ai pu constater que certes après 3 jours de pluie incessante, elle n’était plus vraiment imperméable mais elle sèche vraiment en 3 minutes, c’est incroyable. Là aussi plutôt une bonne résistance aux frottements, elle est passée à la machine en rentrant, elle est comme neuve ou presque. Et les filles ont adoré la couleur abricot ! Pour ma tenue de camp j’avais opté pour un petit short ultra léger et un débardeur de la même marque, super mignon et super compact. Aucun regret de ce côté-là non plus ! J’avais prévu un collant long de récup skins parfait comme d’habitude même s’il s’est révélé trop chaud les deux dernières nuits sur la plage pour pouvoir le porter. Bon on était à la fin, pas trop grave ! Les chaussettes par contre n’ont pas été assez résistantes au traitement de choc que je leur ai fait subir… Question brassière Zsport comme d’habitude, rien à redire puisque testées et approuvées depuis de nombreuses années.

 

18557435_1722608388031502_3513944924333575791_n

 

Les chaussures : je suis partie avec une paire de Daïchi puisque je connaissais le modèle pour avoir testé le modèle l’été dernier. Le souci c’est que, si vous avez lu mon récit, vous savez que la météo fut catastrophique et que j’ai couru autant sur route que sur chemin… Je n’avais bien entendu jamais testé mes chaussures dans des conditions pareilles et je pense que même chez Mizuno ils ne l’ont jamais fait… la semelle de propreté n’a pas supporté le traitement de choc et plissait, refusant de reste en place. La principale conséquence, en dehors de l’inconfort évident et des nombreux arrêts que j’ai dû faire pour la remettre en place, c’est que cela a engendré des zones de frottements qui ont engendré des ampoules super mal placées. J’ai fini par trouver une solution grâce à Ian, mon camarade de jeu québécois qui avait du scotch épais dans son sac. J’ai fixé ma semelle qui n’a presque plus bougé ensuite. Mais le mal était fait… Je voudrais bien vous dire qu’il y avait une paire de chaussures idéales mais j’ai étudié les pieds de mes petits camarades mais franchement toutes ont montré leur limite. Je suis une des moins à plaindre, certains de mes petits camarades n’ont du leur salut qu’à l’abandon d’un collègue, pouvant ainsi récupérer leur paire de chaussures pour finir…

 

Matos divers et variés : toujours ma nao petzl sur la tête pour l’étape longue. Certainement la plus légère du marché, je le sais. Bon, il lui a manqué 200m mais on ne va pas râler ! J’ai aussi mis 2h30 de plus que prévu… Il y a surement d’autres modèles qui font pareils ou même mieux mais j’y suis attachée, maintenant c’est sentimental ! Pour la deuxième lampe souvent obligatoire, j’ai le modèle clic Hike de Quechua, super pratique, super léger et juste parfait pour la vie sur le camp et qui peut faire le job si besoin sur les chemins. Question duvet toujours le cumulus qui commence à avoir pas mal de courses à son actif. Seul souci il n’est plus en vente et les tarifs ont légèrement augmenté pour que je puisse envisager d’en changer. N’oubliez pas de le stocker toujours dans un grand sac en maille pour que l’air circule. Personnellement je le lave et le fait sécher en machine également en mettant des boules à lessive vides dans le bac. J’avais lu qu’on pouvait mettre des balles de tennis mais j’ai peur du choc à répétition et j’ai un résultat parfait avec ma solution.

 

Nourriture : pour le lyophilisé comme toujours j’ai appel aux bons services de www.lyophilises.fr. Pour mon plus grand bonheur Fuizion était de retour. C’est une marque que j’adore et qui propose des plats super originaux. Il faut avoir envie de recettes un peu exotiques mais au moins ça a du goût, il y a des morceaux, on n’a pas l’impression de manger un truc pré-digéré ! Seul reproche : j’ai trouvé le chili un peu trop épicé pour ce type d’alimentation. Après plusieurs jours de course, le système digestif est un peu secoué, c’était un peu trop relevé pour mon palais. Après cela semble très personnes parce que j’en avais un de trop et Florian qui en a profité a apparemment largement apprécié). J’ai aussi testé un petit déj salé Summit to eat pour le jour off à savoir des œufs brouillés au fromage. Bon, ça se mange mais franchement, on n’est loin des œufs brouillés que je fais chez moi. J’ai un souvenir du petit déj salé Fuizion nettement plus réussi question goût. J’ai regretté de ne pas l’avoir finalement pris du coup. En fait comme souvent, justement je trouve que ça manquait de sel. Pour les plats de récup, mon combo habituel à savoir nouilles chinoises dans une soupe miso passe décidemment très bien, donc pour le moment je continue. Pour la nourriture de course, j’avais des pâtes de fruits Oxsitis qui passent toujours très bien même si l’emballage a du mal à supporter les conditions un peu extrêmes que nous avons eu pendant 3 jours. J’avais comme toujours un mixte de cacahuètes et autres amandes, salées ou pas que je me contente d’acheter au rayon apéro de mon supermarché et de les conditionner en sachets de 100 grammes. J’ai pris au dernier moment à la caisse de mon supermarché un mélange NA, my mix love… tout un programme ! C’est un mélange de pépites framboise, amandes, graines de courge, et noix de cajou. Eh ben vous savez quoi ? J’ai adoré ! C’est super bien passé, la dose est parfaite pour un ravitaillement et je compte bien me pencher sur le reste de l’offre pour varier les goûts et les couleurs.

 

Et concrètement ça donne ça !