Fit : Un mois avec David Costa !

Comme ceux qui me suivent sur insta le savent j’ai entamé depuis un mois maintenant un programme de renforcement musculaire élaboré par David Costa, le STRONG IS THE NEW SEXY. Je voulais déjà vous faire un premier petit retour d’expérience.

 

Pourquoi lui ?

 

Dans mon job de journaliste j’ai été amenée à écrire sur plusieurs sujets dont la mode des « coachs fitness » qui font les beaux jours d’Insta. Que ce soit les mum fit et autres Sonia Tev, les photos avant/après pullulent et forcément interpellent un peu. J’ai donc proposé à ma nouvelle boss chez Running pour ELLES, ma chère Alice de tester par moi-même une de ces méthodes dans le cadre de ma préparation pour le semi de New York fin mars. Le but est à la fois de voir si ça fonctionne et si cela a un intérêt dans mon cas, puisque vous le savez je suis un peu fâchée avec le bitume pour cause de dos capricieux. Il me fallait donc choisir ma méthode et après réflexion j’ai pris celle de David pour plusieurs raisons :
– Je l’avais eu au téléphone dans le cadre de mon job et je le trouvais sympa ! Il n’est pas virtuel, c’est un vrai coach diplômé, ça rassure toujours un peu.
– De nombreuses filles que j’avais ou rencontré ou interviewé m’avaient parlé de son programme. Plutôt en bien forcément mais surtout parce qu’elles s’étaient tournées vers lui après des expériences plus ou moins mauvaises avec les autres. Phrase la plus entendue « avec lui tu bosses vraiment ».

 

Concrètement ça donne quoi ?

 

Le CFStrongsexy est dont un e-book qu’il vous suffit de commander en ligne. On y trouve un programme de 12 semaines avec 4 séances par semaine et une séance cardio à rajouter. Dans mon cas, c’est un peu plus du coup puisque je remplace depuis une semaine ma séance cardio par mon plan de prépa semi de 3 séances par semaine (je ménage mon pauvre dos !). Vous avez quelques conseils diététiques, des vidéos qui expliquent bien toutes les postures (ça c’est top !), et donc vos séances bien détaillées. Particularité : le programme change et vous en travaillez pas toujours les mêmes zones. Ce sera un coup le haut du corps, un coup le bas, du gainage et j’en passe. Bref on ne s’ennuie pas trop et rien que pour ça c’est sympa. Vous avez le choix entre deux possibilités : soit en salle, soit chez vous. J’ai forcément choisi l’option chez moi puisque la première salle est à 25 km (comme la piscine… comme la piste d’athlé !). Il faut alors s’équiper d’une paire d’haltères et d’un ballon. On peut si on a un banc ou une chaise se passer d’un banc à abdos mais j’ai de la place chez moi et le premier prix chez Domyos ne vaut pas la peine de prendre de risque avec des équilibres précaires. Mon équipement m’est revenue à 45€ environ. J’avais déjà un tapis de yoga pour les exercices au sol.

 

costa.jpg

 

Mon premier bilan après un mois

 

Il est évidemment trop tôt pour dire que c’est la solution miracle mais une chose est certaine, mon corps est en train de commencer à changer. Ne rêvez pas vous n’aurez pas le droit aux photos parce que je vais avoir 47 ans et que surtout j’ai des enfants qui apprécieraient moyen de voir leur mère en slip sur les réseaux sociaux… Il va donc falloir me faire confiance ! Information super importante à prendre en compte : je n’ai rien changé à mon régime alimentaire. Le but n’étant pas de maigrir dans mon cas, je n’ai absolument pas changé quoique ce soit dans mon assiette. Au moins je sais que mes résultats sont uniquement dus à mes entraînements. Mes bras (anorexiques donc comme je le disais dans mon article sur le cross fit) commencent légèrement à ressembler à des bras avec option muscle. C’est léger mais juste parfait, ce qui ne m’encourage pas forcément à augmenter en poids mes haltères. Je ne veux pas prendre en volume surtout, je déteste ça ! Pour les jambes aucun doute ça commence à se voir. Il a fallu attendre 3 semaines pour commencer à voir une différence mais je la vois aucun doute là-dessus. J’avais des jambes de runneuse hein ? Il n’y avait pas péril en la demeure non plus ! Mais justement, à ma grande surprise, il y a bien une modification. Mais bon soyons parfaitement honnête, la zone qui évolue le plus chez moi en ce moment, ce sont les fessiers ! Il faut dire que je ne travaillais pas du tout la zone alors forcément ça a bougé plus rapidement de ce côté-là. Question dos aucun souci à noter lors de la réalisation des séances, ce qui est un sacré bon point je trouve. Les postures sont suffisamment simples pour que je puisse les gérer en veillant à bien gainer l’ensemble. Je suis donc peut être un peu lente mais à aucun moment je ne me suis retrouvée bloquée.

 

Les + de la méthode :
– Les séances variées font que tu ne t’ennuies jamais, c’est super important je trouve.
– Tout le corps bosse, c’est aussi une bonne chose.
– Plutôt accessible quel que soit ton niveau en dehors des exercices que je qualifierai de « saut avec équilibre ». J’en bave un peu alors que je suis plutôt sportive et j’ai un cardio entraîné. Je me dis qu’une vraie débutante doit souffrir sur ce type d’exercice.
– Un début de résultats rapides ce qui est forcément encourageant, surtout que je n’ai donc rien changé à mon alimentation. J’avoue que là je suis en train de réfléchir au fait de rajouter une alimentation peut être un peu plus « affutage » (non, je n’ai pas dit shaker de prot non plus !) … A voir… Autant j’arrive à tenir du côté de la salle de sport, autant l’assiette, ça ne dure jamais très longtemps chez moi !
Les – de la méthode :
– Son nom ! C’est bête à dire mais heureusement qu’on me l’a recommandé parce que je ne serai jamais allée de ce côté-là. Surtout que dans mon cas, le but est de limiter la casse du côté de mon dos… Tu fous arthrose et sexy dans la même phrase… cherchez l’intrus !
– Ce sont de vraies séances de 45 minutes en moyenne quand même. On est loin du truc « un corps en rêve en 3 min le matin avant le petit dej » ! Il faut vraiment être prête à s’investir. Je fais mes séances devant la télé le soir à 18h généralement devant « C’est dans l’air ». Comme ça, je muscle mon corps et mon cerveau en même temps.
– Il faut donc du matériel pour réaliser ses séances. Le souci, ce sont donc les déplacements… Pour le moment ça a collé et j’ai joué en trichant un peu sur les jours de repos mais si je pars une semaine en vacances ça va être compliqué. Je vous dirais comment j’ai géré la chose dès que j’y serais confrontée, ce qui ne va pas tarder.
Rendez-vous fin février pour la suite des aventures de Strong Cécile !