Test : Rev 6 d’Osprey le it bag de l’été !

J’avoue, je ne connaissais cette marque que pour l’avoir vu sur le dos de coureurs américains et c’est bien dommage parce qu’ils proposent vraiment des produits super bien conçus à l’image de ce petit sac à dos qui est mon coup de cœur du mois.

Je l’ai présenté sur plusieurs de mes supports print parce que j’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce sac mais comme il est mixte et que surtout rien ne vous oblige à acheter la presse, je me suis dit qu’il méritait une publication sur mon blog. Petit rappel : les poches à eau et moi, nous ne sommes pas copines… A chaque fois que j’ai dû tester un modèle, j’ai fini en crise de nerfs. Cherchez pas c’est comme ça mais moi le coup du tuyau, du sac qu’il faut ouvrir pour tenter de remplir le machin sans en foutre partout, le dit tuyau qui immanquablement s’emmêle avec mon fil de casque, bref, j’ai des gourdes à l’avant et pis c’est tout. Et puis un jour j’ai reçu une présentation du Rev 6 et allez savoir, un coup de folie, d’inconscience, j’ai demandé à le tester. Dès qu’il est arrivé, je me suis immédiatement dit « ok t’as fait une connerie, mais tu n’as pas le choix, maintenant tu assumes ».

Sa contenance est largement suffisante pour un UTMB et tout son matériel obligatoire (j’ai testé et moi j’ai un vrai pantalon de pluie quechua, pas un truc type kway ultra light !). Les deux poches séparées permettent de remplir la poche à eau sans toucher à son petit bazar et c’est quand même bien pratique. C’est d’ailleurs de ce côté que j’ai découvert un système vraiment pratique qui permet de déclipser la poche pour la remplir de son tuyau sans avoir à y toucher. Vous allez peut-être être des dizaines à me dire « mais tous les sacs ont ce système », en tout cas pas les miens, je suis même allée vérifier ! Je l’ai testé grandeur nature sur ma petite balade écourtée autour du lac d’Annecy et j’étais ravie. Pour une fois je réussissais à me ravitailler presque aussi vite qu’avec mes gourdes.

 

Le système d’aimant permet aussi d’avoir toujours la pipette au bon endroit. Le système de réglage permet de l’adapter, même si ce n’est pas un sac à base conçu pour la morphologie féminine. N’étant pas une grande adepte de la poche à eau, je regarde toujours si je peux adapter une gourde et c’est le cas avec une poche située sur la bretelle droite qui s’ouvre et qui peut sans problème accueillir une gourde de 600ml (c’est le max que j’ai testé). On peut donc sans problème avoir sur soi de l’eau et une boisson isotonique, ce qui peut être une très bonne chose avec la chaleur de l’été. Sur la Maxirace j’y ai mis des barres et autres pâtes de fruits et ça n’a pas bougé. IL y a deux poches filets sur les côtés qui permettent de ranger un peu de bazar. J’y ai mis mon coupe-vent compressport pour ceux qui voient à quoi ça ressemble rangé dans sa poche. De l’autre côté, du ravito et mes kleenex.

Il y a une troisième poche plutôt généreuse sur le haut du sac où j’ai pu ranger sans problème 2 frontales pour là aussi avoir accès rapidement pendant la course à ce qui peut être vital. Il y a une pochette pour accueillir un portable sur la bretelle gauche qui permet de s’en servir sans le sortir et fait suffisamment rare pour être signalé, elle peut contenir un téléphone plus grand qu’un iphone. En gros mon alcatel rentre dedans, oui je sais j’ai un alcatel et même pas ancien en plus, ils font toujours des téléphones ! C’est un vrai gros coup de cœur pour un sac qui n’est pas encore parfait mais qui commence à s’en rapprocher. Je l’ai donc eu au maximum une dizaine d’heures sur le dos sans avoir aucun problème de frottement ou autre à signaler.

Le + : petit mais immense à fois ! Et il y a des tailles en fonction de son gabarit
Le – : pas d’attaches pour les bâtons, il faut prévoir sa flipbelt pour les transporter. Il manque un sifflet, il est prévu dans la nouvelle version !

Prix : 90€