Liwa Challenge 2016 : débrief matériel

Comme j’ai l’habitude de le faire un petit debrief matos de mon Liwa Challenge pour celles et ceux que cela pourrait intéresser.
Du côté des vêtements…
Question chaussures, pour ceux qui ont suivi c’était donc sandales et l’article est . Du coup, par la force des choses et pour mon plus grand bonheur, pas de chaussettes, pas de guêtre, rien à dire du côté des pieds qui n’ait déjà été dit. Pour le textile, je suis partie avec mon short noir skins qui n’est pas un short compressif mais plutôt à mon avis un short conçu pour aller sur un cuissard de la marque. Je ne sais pas pourquoi je l’ai pris, surement parce qu’il était noir et qu’il allait avec mon sac à dos, c’est dire le caractère hautement professionnel du choix ! Mais finalement il s’est révélé parfait parce qu’ultra light et j’ai adoré ses grandes poches qui me permettaient de ranger pleins de trucs dedans. Ok on aurait dit 2 joues de hamster par moment mais c’est quand même rudement pratique. Par contre grosse déception, il ne semble plus commercialisé en 2016. Pour le t-shirt, juste celui de la Parisienne pour le côté décalé, rien à signaler de ce côté-là, il a fait le job. C’est un reebok pour info. Brassière Zsport que je continue d’user jusqu’à la corde parce que je les aime bien, la soft touch pour celles que ça intéresse. Pour la nuit j’avais prévu une tenue skins t-shirt manches longues et collant long s’il faisait froid mais c’est resté dans le sac. Les températures ont été plutôt clémentes la nuit ou alors j’étais tellement réchauffée et stressée de chercher ma route que je n’ai pas eu froid ! J’avais également le dernier coupe-vent compressport, le hurricane wind storm qui lui par contre est sorti du sac. Dans l’absolu je l’ai pris parce qu’il peut s’enfiler sur le sac à dos ce que je trouvais très pratique. Sauf que bien entendu je l’avais testé avec un sac de taille normale, pas avec un gros sac. Donc il ne fermait pas, donc il fallait poser son sac, l’enfiler et remettre son sac. Maintenant très franchement il a fait le job parce que je n’ai pas eu froid la nuit et son poids ultra light en fait un très bon produit. Après son look drapeau suisse, parce que moi je l’ai en blanc… faut qu’ils fassent quelque chose ! Oui je sais dans le désert le blanc c’est bien ! Ah info ultra importante, je l’ai carrément bien récupéré au lavage ! Je n’avais pas pris mes manchons de compression pour les mollets pour une raison ultra recevable : pas envie de ressembler encore à un Kandinsky avec un bronzage ridicule… Ok le jour qui a suivi j’ai vu la différence… ça m’apprendra à vouloir faire ma belle ! J’avais 2 bâtons à la place des mollets, chose qui ne m’était pas arrivé depuis une éternité. J’ai compris, la prochaine fois, ils reprennent l’air.
Du côté de l’alimentation…
Autant du côté du textile je ne me suis pas trop plantée, autant du côté de l’alimentation, là franchement peut mieux faire ! Comme je n’avais pas vraiment pris le temps de préparer les choses à l’avance, je me suis contentée d’aller au supermarché du coin pour les achats de trucs que je connais bien et que normalement je supporte bien en pleine chaleur. Nous avons donc de la soupe miso, des nouilles chinoises, bon nombre de cochonneries à grignoter type noix de cajou, cacahuètes et j’en passe. Comme je le dis souvent, il me manque juste le mojito et ça fait apéro ! J’ai eu une mauvaise surprise avec un dégoût des amandes que pourtant je grignote toujours sur ce type de course. Je les ai mangées contrainte et forcée mais franchement à contre cœur. C’est incompréhensible mais c’est le jeu ma brave Lucette. J’ai par contre grandement apprécié les cacahuètes enrobées, les twinuts pour ne pas les citer qui sont hyper bien passées, nettement mieux que celles « pures ». A noter pour la prochaine fois !
Dans la série des tests, je suis partie pour la première fois avec des produits de la marque myprotein que je ne connaissais pas. J’ai pris chez eux de la viande séchée type bœuf et dinde (c’était la première fois que je goûtais, ça se laisse manger !) qui est totalement semblable à celle que j’achète souvent aux USA mais en moins cher, ce qui est un sacré bon point. Je la jette en fait dans ma gamelle de soupe constituée d’une soupe miso et d’un paquet de nouilles chinoises pour avoir un apport en protéines. Oui, je sais, dit comme ça on dirait le plat préféré de Casimir mais moi ça passe très bien. C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour avoir un apport en protéines sur ce type de course que je digère. Alors tant que ça marche, je continue ! Autre essai plutôt concluant justement, les chips protéinées. Là aussi on a clairement l’impression d’être à l’apéro mais forcément c’est super léger et là aussi ça se laisse manger. Evidemment ça reste un truc « chimique » mais 11g de protéine pour 100Kcal et 25gr c’est plutôt un chiffre intéressant sans parler du prix qui est finalement plutôt raisonnable. Tout ça pour dire que je compte en racheter pour une prochaine course. J’ai pris gout barbecue pour info ! J’avais comme toujours 2 ou 3 pâtes de fruit gerblé et 2 ou 3 gels GU pour le côté régressif de leur goût. Et les pastilles que j’ai jeté dans ma gourde pour me réhydrater au CP1 et au CP4 viennent aussi de chez eux.
Du côté des accessoires…
Forcément qui dit course au GPS dit GPS ! J’ai fait le choix cette année de partir avec etrex 20 de chez Garmin. Pourquoi ce choix ? Parce que ma vue baisse et que l’écran est assez grand pour que je puisse le lire sans lunette ! Sincèrement merci à tous ceux qui m’ont briefé pour apprendre à m’en servir en catastrophe la veille du départ. J’étais restée sur le modèle que j’avais réussi à appréhender l’année dernière et ça a été un peu la panique quand j’ai vu que je n’allais pas avoir un petit bonhomme pour me guider mais une simple flèche. Par contre, je ne sais pas si c’est une réalité mais j’ai l’impression que j’ai moins consommé de piles que certains de mes petits camarades. A vérifier ! J’avais juste ma Tom Tom 2 pour avoir l’heure et un stock supplémentaire de musique parce que mon shuffle ne tient pas la distance. Finalement, j’ai très peu utilisé ma musique, à ma grande surprise. Pour les lunettes des Oakley comme toujours et plus particulièrement des radarlock pour moi parce que j’ai besoin de verres ultra solides et ultra protecteurs ayant des yeux clairs et fragiles. Je vais par contre aller voir si je peux trouver une paire de verres jaunes comme ceux que Christophe le chef des 4×4 avait. Il m’a fait tester sa paire lors de notre balade et c’est juste dingue ce que ça changeait la perception des paysages, surtout à la tombée de la nuit où tu as juste l’impression que quelqu’un vient d’allumer la lumière ! Je veux avoir un truc pareil sur le nez pour ma prochaine escapade dans le désert, si escapade il y a un jour. Evidemment le plus important de tout, mon sac mais là encore pas vraiment un test mais la confirmation que le sac Oxsitis hydragon enduro 30l est fait pour moi. 2 ou 3 petites modifs et il sera parfait.

 

Voilà vous savez presque tout ! Si vous avez des questions n’hésitez pas surtout.