Run : Après le désert, la neige !

Après un ultra dans le désert du Liwa d’Abu Dhabi, quoi de plus drôle que « décrasser » sur les quais de Paris transformés pour l’occasion en pistes de ski !

Je vous remets en situation : dîner en famille, le plus jeune (10 ans) regarde un documentaire passionnant sur la naissance de Pluton ou un truc dans ce goût-là (Merci Arte et France 5 d’assurer l’éducation de mes enfants !), l’ado (16ans et skateur fou) ne lâche pas son smartphone, bref un dîner normal quoi. Je tente d’engager une conversation sur le thème « et si on venait chercher Maman à l’aéroport à Roissy à 7h du mat un samedi après son ultra parce que c’est lourd une valise pleine de sable » sans recueillir un enthousiasme délirant… Toujours prête à la rigolade, je continue sur ma lancée et je demande à mon homme si pour la St Valentin puisque nous serons à Paris, il ne voudrait pas venir courir avec moi 10 km sur les quais (la Odlo Crystal Run pour les initiés) avec des DJ qui font du bruit et des pingouins qui dansent. Là je lis dans son regard le message suivant : « nan mais elle est totalement cinglée, faut vraiment que je la fasse interner d’office ». Mais, oh surprise, l’ado tout d’un coup lève le nez de son téléphone et dit « moi je veux bien venir courir avec toi. De toute façon si je veux faire le semi chez Mickey, il faut que je me prépare ».

Bon, là évidemment, je fais ce que toute mère normalement constituée fait : je me pince et je lui fais répéter la phrase plusieurs fois pour être sure de bien avoir entendu. Je lui rappelle que c’est bien 10km et il me regarde l’air totalement désespéré de l’ado qui ne comprend pas pourquoi ses parents ne le comprennent pas et mettent en doute ses capacités… « Maman ça va quoi, j’ai fait les 10 bornes de Washington je te rappelle. Par contre, on fait la course déconne avec la neige et le chocolat chaud au ravito ». Ok je ne dis plus rien, surtout que ça m’arrange bien et que je ne concevais pas la chose autrement. Ce sera donc mon troisième dossard de l’année 2016 pour mon plus grand bonheur parce que courir avec son fils c’est quand même un super truc à vivre et j’avoue que je ne m’en lasse pas encore.

Si vous voulez vous joindre à nous, c’est que ça se passe !

310365-2o1tfva7dc-whr