Run : Le point de côté expliqué

Ce truc nous pourrit la vie… depuis le lycée, en fait, quand le prof de sport nous criait d’avancer sur la piste et qu’on lui répondait : « Je ne peux pas, j’ai un point de côté » ! Bon, maintenant que vous êtes grande, il serait temps d’éradiquer cet empêcheur de courir en rond.

 

1. Connaître son ennemi pour mieux le combattre
Cette douleur qui apparaît à l’effort sur la partie supérieure de l’abdomen peut avoir plusieurs origines :

– Musculaire avec le diaphragme comme coupable.

Une mauvaise oxygénation des muscles peut provoquer un point de côté. Soudain trop sollicité, le diaphragme, muscle très important dans le phénomène de la respiration se contracte, ne fait plus son travail correctement et là c’est le drame….

– Vasculaire 

vos organes se rebellent ! Faire un effort physique sollicite tous vos organes et pas seulement vos muscles. Pour que votre corps suive la cadence, un afflux sanguin important est enclenché mais certains de vos organes internes voient d’un mauvais œil cette réaction normale. La rate (point de côté à gauche) ou le foie (point de côté à droite) par exemple apprécient moyennement la blague.

– Respiratoire

C’est la faute de la plèvre ! Ce n’est pas le diaphragme le coupable dans ce cas mais la plèvre qui ne suit pas le rythme… oui, on chipote et faire la différence n’est pas chose aisée mais il faut apprendre à respirer si sur la piste on veut carburer !

– Digestive

A cause de votre déjeuner tardif pardi, faut déjeuner comme Mamie, à midi ! Si on parle de 2h30 à 3h entre le dernier repas et une course, ce n’est pas un hasard. Votre corps est une formidable machine mais comme pour un homme, faire deux trucs à fois c’est un peu trop compliqué pour lui !

 

2. Concrètement, comment l’éviter ?

 

– On mange suffisamment tôt pour que la digestion soit achevée.
– On évite les aliments difficiles à digérer comme les crudités ou tout ce qui contient du gluten pour celles qui sont vraiment sujettes à ces problèmes.
– On ne part pas trop vite !
– On effectue plusieurs inspirations profondes en respirant un maximum par le ventre.
– On détend son diaphragme en fléchissant son buste vers l’avant, en essayant de toucher ses orteils. On peut appuyer sur la zone douloureuse en même temps et surtout on n’oublie pas de souffler le plus longtemps possible.
– Le truc du caillou dans la main peut marcher… trop long de vous expliquer pourquoi mais si les résultats sont là, c’est le principal non ?

A vous de jouer pour déjouer ce fichu point de côté !