Run : Jouer les blanche neige avec les trails blancs !

Dès que l’on commence à être un peu à l’aise avec les trails, l’idée d’une petite course dans la neige peut germer dans nos esprits de sportives toujours prêtes à se lancer de nouveaux défis et découvrir de nouveaux horizons. Avant de vous lancer dans l’aventure, voici quelques bases pour vous entraîner sereinement et atteindre votre objectif sans casse !

 

Non, Holiday on Ice ne recrute pas sur les trails blancs !

 
C’est le grand risque de ce type de course, même si ce n’est pas leur apanage non plus. La chute peut avoir des conséquences plus graves que de froisser votre orgueil… Entorse, déchirure, une mauvaise chute et c’est toute votre saison qui peut être remise en cause avec des fragilités que vous pourrez « trainer » pendant des années. Pensez que la neige peut être traître, quand elle fond après le damage et qu’elle regèle la nuit, elle peut se transformer en vraie patinoire. C’est là qu’un bon équipement peut faire la différence. Il existe des « sur chaussures » antidérapantes comme les yaktrax ou les ezyshoes qui transforment vos trails préférées en pneu neige à toute épreuve.

 

Courir sur le sable pour préparer l’hiver

 

Les coureurs font souvent une similitude entre la foulée sur neige et celle sur sable. La seconde a surtout un avantage : elle renforce naturellement vos mollets et vos articulations. Veillez tout de même à ne pas vous lancer directement dans un 10 km sur le sable ! C’est comme pour le minimalisme, il faut savoir raison garder et lente progression accepter. Si vous allez trop vite et trop loin tout de suite, vous risquez une tendinite, ce qui n’est pas le but premier de vos entraînements. L’idéal est donc de passer du sable mou au sable dur en alternance. Pour ceux qui ne vivent pas au bord de la mer, cherchez des chemins sablonneux, utilisez discrètement l’hippodrome à côté de chez vous, tout est bon pour se préparer à appréhender la course sur neige.

Trail_Hivernal_Sancy-2015_EZYSHOES-®CRESPEAU_DSC6160

Le bain de boue au rendez vous…

 
Ne rêvez pas, un trail blanc du début à la fin reste une denrée rare. Il n’est pas rare de se rouler aussi un peu dans la boue. C’est d’autant plus vrai que votre niveau ne vous permet pas de courir en tête de la course. Après le passage de 300 coureurs, le joli chemin blanc ressemble plus à une joyeuse pataugeoire boueuse… A vous alors de vous préparer en conséquence. Autant trouver une piste parfaitement damée en pleine hiver n’est pas facile, autant un chemin boueux ça ne devrait pas trop poser de problème. Là aussi il faut faire attention parce que la boue mélangée à des feuilles peut se révéler aussi dangereuse qu’une plaque de verglas. Il faut bien identifier le type de boue que vous avez devant vous avant de vous lancer tête baissée.

Trail_Hivernal_Sancy-2015_EZYSHOES-®CRESPEAU_DSC6399

Je respire ou je deviens une reine de l’apnée ?

Avant toute chose, il faut rappeler un point important : toutes les coureuses ne peuvent pas pratiquer leur sport favori si les températures deviennent négatives. C’est par exemple le cas des asthmatiques. Même si la course à pied ne leur est pas interdite (Paula Radcliffe en est le parfait exemple) l’hiver demande tout de même de prendre des précautions. Alors n’hésitez pas à en parler d’abord avec votre médecin du sport. Ensuite rassurez-vous, votre système respiratoire peut supporter des températures négatives très élevées ou la Russie serait un désert sans aucun habitant ! Essayez autant que possible d’inspirer par le nez et de souffler par la bouche. C’est une simple histoire de tuyauterie ! En passant par le nez l’air a un peu plus de temps pour se réchauffer avant d’envahir vos poumons. C’est un peu plus difficile à faire si l’on fait une séance spécifique « vitesse » où le réflexe naturel sera de respirer uniquement par la bouche. Même si personne (à part dans le film « le jour d’après » !) n’est mort en France d’avoir respiré de l’air trop froid, gelant ses poumons immédiatement, essayer de réserver ses séances aux heures les plus « chaudes » de la journée.

N’hésitez pas à vous offrir un trail blanc pour égayer votre saison hivernale, l’expérience est souvent inoubliable. La nature est superbe et ce sentiment de fouler une neige immaculée reste un grand moment que toute coureuse devrait goûter un jour.

Prochainement sur le blog mon récit du Trail hivernal du Sancy Mont Dore.

 
Un petit grog pour se réchauffer est-ce vraiment une bonne idée ?
Contrairement aux idées reçues, non boire un bon vin chaud, en dehors du côté réconfortant et dépaysant, n’a jamais réchauffé la coureuse. C’est même exactement l’inverse qui se produit. L’alcool a la propriété de dilater les vaisseaux sanguins cutanés et par là même faire affluer le sang vers la périphérie du corps. Si dans un premier temps, l’effet chauffage est réel, la perte de chaleur est accélérée dès que l’effort physique reprend.

 

Crédit photos : organisation Trail hivernal du Sancy Mont Dore – Cyril Crespeau