Fun : Enfin ! (ode aux derniers)

Vous savez ce que ça fait d’arriver dernier sur une course ? Moi oui. Faire la voiture balai, je connais. Courir à côté d’un type du staff qui marche lui (!) et qui retire les piquets qui balisaient le parcours, je connais aussi. C’est rigolo parce que j’ai justement réalisé il y a peu un dossier pour le magazine pour lequel je travaille sur ceux qui arrivent derniers. Des témoignages à la pelle, venus du monde entier, de coureurs « queue de peloton ». Ce qu’ils avaient ressenti, comment ils avaient vécu cette course, pourquoi ils avaient puisé dans cette expérience pour continuer, etc. Bref ! Des témoignages plutôt positifs de coureurs qui, loin de baisser la tête, se sentaient toujours fiers du chemin parcouru. Parce qu’on se le dise, celui qui arrive dernier a toujours plus de mérite que celui qui ne prend pas le départ ! Enfin, bon, dans les faits, soyons clairs, c’est souvent moins glorieux, personne n’envie cette place. Et je n’ai encore jamais vu un coureur ralentir pour fermer la marche.

Les meilleurs temps, les vainqueurs, ceux qui sont au top… ce sont ceux-là qui font rêver, qui sont acclamés, qui reçoivent les lauriers. Les derniers, eux, ils rasent les murs, constatent avec effarement qu’ils ont mis le double du temps des premiers et reçoivent des tonnes de soutien… très compatissants (« mais tu l’as fait, c’est bien déjà »). Au secours.

Alors, quand une marque mondiale lance une nouvelle campagne de pub en hommage aux coureurs… et plus particulièrement à celui (ou celle) qui arrive dernier… ça vaut le coup qu’on en parle, non ?

nike_last_still_02_original

Bien sûr, on peut s’interroger sur les motivations de ce géant du sport. Stratégie, marketing, buzz, cibles produits… ? Oui peut-être. Certainement même. Mais ce spot a le mérite de montrer la course par l’autre bout de la lorgnette. Et croyez-moi, quand on le vit, on traverse tout un tas de sentiments contradictoires.

Cette marque c’est Nike, et même si c’est dégoulinant de bons sentiments, bon sang que ça fait du bien. A voir ici :

C’est dommage, chez Nike, ils ne m’ont pas demandé une idée de slogan, parce que j’en avais un sous le coude : être dernier, c’est être un coureur à part entière !

Sandrine