Test : Forerunner 225 Garmin

Garmin et moi c’est une longue histoire… Pour le meilleur, parfois mais heureusement très rarement pour le pire, j’ai depuis plusieurs années toujours un garmin au poignet.

Déjà parce que la marque est la seule à continuer à nous faire des GPS à piles pour mes courses encore plus à la con que les autres, celles où en plus tu dois trouver son chemin dans les dunes. Comme si le fait d’avoir déjà à porter ta bouffe, tes fringues et ta flotte n’était pas déjà assez handicapant comme ça… Mais j’avoue qu’à Abu Dhabi, je me suis attachée à mon petit bonhomme et j’ai tout fait pour qu’il reste sur son petit chemin. D’ailleurs Monsieur Garmin, je peux savoir pourquoi je ne peux pas choisir mon avatar ? C’est quoi ce machisme de base ? Ou alors c’est parce que vous savez que les femmes ont un tel sens de l’orientation qu’elles n’ont pas besoin de chercher leur chemin, c’est inné chez elles et donc ce type d’outil n’est destiné qu’aux hommes…

Bon, en attendant je ne passe pas ma vie dans le désert et j’ai donc testé le 225 cet été. Pourquoi ce modèle ? Parce qu’il a un capteur de fréquence cardiaque au poignet et ça me plait ! Je déteste la ceinture thoracique, je ne la supporte pas… Le truc réveille mes phobies claustrophobes, les mêmes qui m’empêchent de faire correctement un test d’effort sur tapis avec le masque sur le nez et le mec qui te gueule dessus « allez, encore un pallier ». Et là je vous entends déjà derrière votre écran « mais ma pauv’fille, ça fait des années que ça existe ce truc-là ». Mais je le sais bien ! Même que Garmin s’est associé à Mio, le premier à avoir développé cette technologie sans pour autant proposer des modèles genre usines à gaz qui te font le café, gèrent tes courses et envoient des fleurs à ta femme ou à ta mère le jour de son anniversaire. Là la marque a fusionné le capteur et son 220 qui était mon GPS avant la sortie du nouveau bébé. C’est dire si j’étais en terrain connu !

Autre avantage et non des moindres pour moi, le volume de la bête. Figurez-vous que j’ai un souci, j’ai des jointures fines… Apparemment, selon une patiente de mon père (il était médecin généraliste au fin fond de la cambrousse), aristocrate de son état, c’est signe d’appartenance à la caste supérieure. C’est une façon de se reconnaître entre gens bien nés quoi… Pour résumer le concept, mes ancêtres n’en auraient tellement pas foutu une branle que forcément notre squelette n’aurait pas eu à s’adapter à l’effort physique… Le soulevage de tasse de thé en porcelaine de Chine ne développe pas l’ossature du poignet quoi. Je ne sais pas si cette théorie est vraie mais il faut bien reconnaître que cela me pose souvent problème et pas seulement dans mon activité sportive… A chaque montre que je m’offre c’est passage obligatoire pour réajuster le bracelet et c’est très frustrant. Je dois toujours attendre plusieurs jours que revienne de l’atelier mon nouveau bébé alors que je rêve de le porter tout de suite, comme tout ce que j’ai acheté. J’ai dû attendre 10 jours le retour de mon chrono Cartier en or rose, topazes et cornes d’éléphant de la tribu des Rugbymans dénudés ! Quoi ? Oh ça va, on peut rigoler deux secondes quand même ! En vrai, vous vous en doutez, j’ai une flik flak Barbie rose…

Donc, pour en revenir à la 225, elle est compatible avec mon poignet ridicule, ce qui est loin d’être un détail parce que vous le savez, ce type de modèle nécessite un certain serrage pour être efficace, sinon c’est du portenawak question mesures affichées. C’est là qu’il faut une petite période d’adaptation sauf si vous êtes adepte du bondage, là forcément, tout de suite vous êtes dans votre élément. Elle est aussi plutôt légère ce qui dans mon cas serait presque un défaut. Le Fénix 3 qui pèse son poids a l’avantage de faire contrepoids justement et comme je cours penchée comme la tour de Pise, ça rééquilibre le fragile édifice. J’ai pu utiliser le cardio sur les Transrockies et franchement ça m’a à la fois bien aidé et surtout intéressé d’avoir aussi facilement la vision de ma « jauge » cardiaque. Et surtout cela m’a permis de voir que mon adaptation était réelle et que jour après jour, étape après étape, mon cœur s’habituait à l’effort et à l’altitude.

IMG_20150911_161544
Garmin en situation !

Après j’avoue que je n’ai pas pris le temps de paramétrer ça correctement. J’ai bien entendu juste renseigné les infos en l’allumant pour la première fois en indiquant comme il se doit : 25 ans, 1m75 et 55kg… Bon là le truc m’a dit « arrête de te foutre de ma gueule » et j’ai donc rentré les bonnes infos… On trouve tous les trucs que l’on trouve sur les autres modèles classiques à savoir : planification des entrainements, suivi des activités, synchronisation avec Garmin Connect… Franchement j’ai juste regardé comment ça fonctionnait parce que ce n’est pas trop mon truc en fait. Moi je suis plutôt poisson rouge en entraînement, je fais et j’oublie. Mais bon je sais qui aiment savoir que le 4 janvier 2012, ils ont couru 78 min donc 14 à 85% de leur machin VMA truc bidule. Ben rassurez-vous, ça aussi elle le fait ! Et truc encore plus dingue, elle peut même servir de montre ! Oui je sais, dit comme ça, brutalement, ça fait toujours un choc mais c’est pourtant la vérité. En plus elle te dit combien de pas tu as fait dans la journée, combien de calories tu as consommées (elle ferait mieux de me dire combien de bounty j’ai le droit de manger rapport à mon activité…) et en plus elle me dit si j’ai bien dormi ou pas ! Franchement ça, je ne sais pas à quoi ça sert… ma tronche dans le miroir le matin suffit à me donner l’info, merci bien. Bon après, il faut accepter de la porter toute la journée et franchement elle est quand même moins féminine que ma flik flak barbie… sans parler de dormir avec… Tu me diras avec mon masque en soie rose, mes chaussettes spéciale nok, mes gants spécial crème mains sans tache noire, mon pyjama en pilou (il caille dans les vieilles baraques en Auvergne et au prix du gaz ma brave dame, faut s’équiper, sinon tu finis congelée), je ne suis plus à ça prêt.

J’ai lu ici ou là chez mes collègues bloggeurs testeurs que certains avaient des problèmes pour trouver le signal du satellite pour leur GPS, franchement moi jamais. Mais bon je pense que je suis tellement connue et importante (je vous ai dit que j’ai eu une page dans ELLE ?) que Garmin a dû m’attribuer un satellite rien que pour moi et il me suit où que j’aille. Et (après la minute blonde voilà la minute pétasse) au Colorado, franchement ça marchait hyper bien ! Evidemment, il y a quand même un défaut à la bête, son autonomie… Elle ne tient pas 24h et moi en dessous de 24h, je ne cours pas, vous le savez bien. En gros pour résumer, si vous partez sur la diagonale des fous version randonnée, bref si vous n’êtes pas dans les 10 premiers, il vous en faut au moins 4 chargées à bloc. Ça fait quand même un sacré budget la blagounette.

Donc pour résumer, la 225 est devenu ma montre quand je me transforme en runneuse d’opérette. Je l’ai immédiatement adoptée et j’ai rangé sans aucun regret ma 220 (que je garde ne rêvez pas, il m’en faut 2 pour toujours en avoir une chargée… on ne se refait pas !) qui pourtant avait largement rempli son rôle jusqu’alors. Elle n’est clairement pas donnée mais bon le souci c’est que j’ai mis déjà pas mal de temps à apprendre à me servir de ce type d’appareil, alors maintenant je vais éviter de changer de système.

Prix : 299€ (et ils ne la font même pas en rose !)

Ps : J’ai eu quelques soucis techniques lors du passage de mon ordi sous Windows 10, j’ai du tout réinstaller, menacer mon ordi de passage au mixer et je ne sais pas pourquoi mais aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre.

Pss : du coup la 220 est souvent en soldes, moi je dis ça je ne dis rien !