Fit : Le kale, ça défrise !

Un comble : les USA sont en train de nous apprendre à manger un chou qui pourtant vient de chez nous… Il serait temps qu’on rappelle à Gwyneth que question cuisine et nutrition, nous aussi, nous assurons !

Un chou bon pour les joues et les genoux

C’est bien simple, ce légume est « le super aliment » par excellence : il contient plus de calcium (pour 100 g) qu’un verre de lait et surtout plus de vitamine C qu’une orange. Certes, au petit déjeuner, ce n’est pas évident à consommer mais il suffit d’un peu d’imagination pour les autres repas.

Jouez les Maïté

Pour le cuisiner, il faut se baser sur les recettes classiques à base de chou et la vapeur reste le meilleur mode de cuisson pour conserver toutes ses qualités nutritionnelles. Vous pouvez aussi le faire « tomber » dans un peu d’huile d’olive, le rajouter à des poêlées de légumes diverses et variées. Il supporte tous les épices et aromates, se déguste en salade. Bref vous pouvez vous lâcher et innover !

Le kale, c’est bon pour :

  • le système immunitaire puisqu’il contient un flavonoïde appelé « kaempférol » qui possède des propriétés anticongestives et antioxydantes. Pour faire simple, il vous protège des rhumes et rhino à répétition dès que la bise est venue. Certains vont plus loin, comme en Corée, où ce légume est en tête de liste des « bon pour éloigner les cancers ».
  • Etre en forme toute l’année : plutôt que de devoir prendre des compléments alimentaires artificiels pour pallier vos carences, consommer régulièrement ce légume vous permet de faire le plein de magnésium et de potassium.
  • Les hypoglycémies ne seront plus qu’un lointain souvenir puisqu’il régule le passage du glucose dans le sang.
  • Les os qu’il consolide grâce à la vitamine K qu’il renferme. Et tant qu’on y est, cette dernière agit aussi en faveur de la coagulation du sang, pour ceux qui en auraient besoin.
  • Pour le bon cholestérol il fait des miracles, c’est donc aussi l’ami de notre cœur.

Ce légume n’a qu’un défaut, il reste encore difficile à trouver chez nous, alors qu’il fait partie du panier de la ménagère dans bon nombre de pays européens. Une Américaine arrivée en France et totalement dépitée lorsqu’elle a découvert qu’elle ne trouvait pas son kale préféré est en train de mettre en place tout un réseau de production – bio, cela va s’en dire. Toutes les infos sur www.thekaleproject.com

Le + de la blogueuse : ils ont osé !

Pour celles qui parlent anglais, voici un livre baptisé 50 Shades of Kale pour vous aider à trouver des idées de recettes. Vous pouvez également vous référer au site du livre http://www.50shadesofkale.com.