Run : « UN mois avec » Evadict, le mot de la fin de Philippe Propage

Eh oui, c’est déjà fini ! Difficile de ne pas conclure ce « UN mois avec » Evadict sans donner la parole à l’homme de la Team, Philippe Propage surnommé affectueusement le « Magnum » du trail français, rapport à sa moustache. Coach de l’équipe de France de Trail depuis 2009 à l’année dernière où un souci de santé l’a décidé à céder sa place, il est finalement revenu dans le game en acceptant d’encadrer la première Team 100% féminine du trail. Cela devait être le mot de la fin… Ceux qui le connaissent savent qu’il a été beaucoup plus bavard que ça !

3 ans

Pour se donner le temps

Nous sommes au tout début de l’aventure qui va durer 3 ans et rien que ça, ce temps accordé pour construire une équipe, c’est exceptionnel. Cela va nous permettre de prendre le temps de mettre en place les choses. Lorsque j’avais la chance d’encadrer l’équipe de France de trail, le souci c’est que parfois on voyait au mieux certaines personnes une fois l’an. Heureusement qu’on avait les redoublants (dans le sport c’est plutôt bon signe !) que l’on suivait un peu mais certains ne faisaient qu’un seul passage beaucoup trop bref pour vraiment construire une relation. Là non seulement on va pouvoir se voir plusieurs fois dans l’année mais sur plusieurs années. Ce que ça change ? Un encadrement de bien meilleure qualité déjà, même du côté de la santé. Je vous donne un exemple précis : en équipe de France quand j’avais une personne blessée, le staff santé n’avait qu’un but, remettre d’aplomb au plus vite pour un retour sur le terrain le plus rapide possible, sans forcément penser à l’après demain. Là notre kiné qui va nous accompagner pendant tout le projet va non seulement pouvoir chercher des solutions pour soulager rapidement mais aussi pouvoir mettre en place un protocole de soins et de rééducation pour éviter que la blessure ne revienne. Court terme, moyen terme et long terme, trois temps pour trois ans…

Cela va aussi permettre de ne pas stresser tout le monde avec une attente sur dimensionnée, un besoin de résultats immédiats parce qu’une année ça passe tellement vite. Et puis le fait que nous ayons uniquement des femmes, cela a très vite changer la donne puisque nous avons déjà notre première grossesse. Une marque qui recrute une athlète enceinte ça ne s’est jamais vu ! J’espère sincèrement que ce qui est en train de se passer va inspirer les autres teams. On ne peut pas demander à des femmes de mettre leur vie totalement à l’arrêt pour le sport, et surtout sous-entendre qu’une fois maman tout est fini. Les gens ont vraiment la mémoire courte à ce sujet ! Laurence Klein, deux enfants, Nathalie Mauclair, deux enfants… J’ai emmené Maud Gobert au plus haut alors qu’elle était maman de trois filles ! Non seulement je suis convaincu qu’une carrière sportive ne s’arrête pas en salle de travail le jour de l’accouchement, mais je pense même que souvent l’athlète gagne en force du côté du mental. Déjà parce qu’elle va faire une pause et souffler un peu pour penser uniquement à son nouveau projet. Ensuite parce qu’elle revient sur les chemins, avec une envie réelle et un besoin, ça se ressent forcément. Marie Dohin va avoir le premier bébé Evadict l’été prochain, il y en aura peut-être d’autres et sincèrement je serai le premier à m’en réjouir.

Traileuse, athlète et maman

Evidemment que c’est possible !

Notre premier stage s’est vraiment super bien passé, organisé sur mes terres en Aubrac évidemment. Cela m’a permis déjà de retrouver les filles après notre premier rassemblement à Lille en janvier dernier, mais surtout de pouvoir faire un peu plus connaissance avec certaines que je ne connais en réalité que très peu. Là j’ai pu les voir courir, échanger, je suis aussi bavard qu’elles, autant dire que ça a été intense ! J’en entraîne certaines, le contact est donc déjà établi mais pour d’autres, c’était vraiment l’occasion de poser les bases de notre relation. Et puis les représentants de la marque étaient là aussi. J’avoue que c’est pour moi un des points forts de ce projet. Olivier Laboussole l’a dit, la Team Evadict ce n’est pas seulement 10 jeunes femmes, c’est en réalité une quarantaine de personnes qui travaillent ensemble pour faire évoluer une marque dans le bon sens. Ils ont recruté 10 super testeuses mais aussi 10 inspiratrices et ils comptent bien tenir compte de leurs attentes et de leurs remarques. Ce côté familial sur lequel repose la marque est assez peu connu du grand public finalement et c’est dommage d’ailleurs. C’est un gros groupe évidemment mais chaque « petite » marque a sa propre structure et son indépendance, et moi ça me correspond bien.

Ce que j’ai en tête avec cette équipe c’est de recréer ce qui a déjà fonctionné avec l’Equipe de France, cet esprit d’équipe justement qui nous a plutôt bien réussi, tout faire pour qu’à un moment, l’athlète se transcende pour le collectif. Je l’ai souvent vu, je sais que c’est possible et comme là nous avons à faire à des personnalités différentes, des profils différents mais parfaitement complémentaires, nous devrions voir de belles choses. Evidemment quand tout se passe bien, on n’a pas besoin de tout ça, mais on n’est jamais à l’abri d’une difficulté, un jour « sans » et là savoir que l’on fait partie d’un tout peut donner l’envie de se dépasser, d’aller chercher au fond de soi une force qu’on ne se soupçonnait pas. « Une pour toutes, toutes pour une » 😉 Et rendez-vous dans trois ans pour le bilan !

Pour ne rien rater de nos publications, pensez à télécharger l’application Run, Fit & Fun ici !

Running - Montres Connectées