Run : « UN mois avec » Evadict, rencontre avec Jade Rodriguez

Nous continuons notre série de portraits de la team 100% féminine d’Evadict avec Jade Rodriguez qui est la plus jeune de tout ce groupe de femmes inspirantes. Mais comme le fait si bien dire Corneille au Cid dans la pièce qui porte son nom « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » !

Son CV express

Mes 5 principaux résultats en Trail :
• 3e au championnat du monde de course en montagne junior
• 5e au championnat d’Europe de course en montagne junior
• Championne de France espoir de course en montagne, 2020
•Championne de France junior de course en montagne, 2019
• 9e scratch et 2e espoir au Trofeo Nasego, championnat d’Italie, 2020
Mais aussi 35mn57s au 10km route (2020)

Du biathlon à la course en montagne…

Je suis originaire de Font Romeu dans les Pyrénées, et non, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, je ne skiais pas à niveau compétition depuis mes premiers pas ! J’ai commencé en CM2 à skier et c’est au collège puis au lycée que j’ai commencé à pratiquer le biathlon de façon sérieuse dirons-nous. Mais franchement le plaisir était ma principale motivation, même si forcément avoir la chance de croiser régulièrement Martin Fourcade ça aide à trouver le ski de fond super sympa. Chez nous, personne n’en faisait, on était plus ski de rando et même foot pour mon père et mon frère. C’est dire si mon choix ne s’imposait pas du tout comme une évidence. Je n’ai pas forcément grandi dans une famille où l’esprit de compétition primait mais l’esprit de partage via le sport, ça oui ! Notre grand plaisir pendant les vacances c’était (et c’est toujours d’ailleurs) de nous retrouver en faisait des sorties footing tous ensemble en bord de plage.

Après le bac j’ai eu la chance de pouvoir continuer le sport en parallèle de mes études puisque j’ai fait une licence APA (activité physique et adaptée) qui est une filiale de STAPS, que je complète aujourd’hui avec un BTS Diététique. Je pense que c’est un parfait complément de ma formation initiale. Dans le cadre d’une prise en charge spécifique, les deux spécialisations sont parfaitement liées. Être à l’écoute des autres, de leurs besoins spécifiques et savoir y répondre, c’est tout ce que j’apprends avec ce cursus et c’est absolument passionnant. Et forcément ça a un écho dans ma propre vie d’athlète au quotidien. C’est une chance de pouvoir suivre cette formation, quand on envisage le sport en compétition comme moi.

Une suite logique dans une carrière déjà très prometteuse !

Quand j’y pense, j’ai toujours couru ou presque puisque l’été dans le cadre de mon entraînement ski de fond forcément je chaussais les baskets et même l’hiver j’étais au départ des cross UNSS. L’enchaînement « biathlon / course de montagne » s’est donc fait de façon totalement naturelle pour moi. Et forcément les résultats ne se sont pas trop fait attendre, mon passif expliquant certainement cela. Je me fais tellement plaisir sur les formats courts (entre 12 et 20km), où la vitesse est prédominante, que je ne vois pas changer pour le moment envisager de plus longues distances. Il y a déjà tellement de superbes courses de montagne à faire, que je ne suis même pas sûre d’avoir assez d’une vie de coureuse pour en faire le tour. Je cours un peu à l’étranger mais pour l’instant c’est juste à côté de la France, en Italie par exemple et cet été je vais aller du côté espagnol pour une manche de la coupe du monde de ma discipline. J’adore l’idée de pouvoir associer découverte d’un pays ou d’une région et course.  

Je m’entraine 6 fois par semaine avec un jour off complet mais je suis adepte du cross training comme on dit ! L’hiver le ski de fond et le ski de rando et l’été avec le vélo de route. Je ne cours pas tous les jours évidemment, pas uniquement pour éviter les blessures mais aussi pour préserver mon mental. D’ailleurs je ne fais pas mes plans toute seule, je suis entraînée depuis quelques années déjà par Antonio Gallego qui entraîne plusieurs athlètes de l’équipe de France Course Montagne. Question alimentation, ce n’est pas parce que je suis un cursus diététique que je compte mes calories comme d’autres leurs pas. Là aussi la notion de plaisir prime mais aussi celle de l’écoute. Je suis convaincue que notre corps sait très bien exprimer ses besoins et qu’avant d’écouter les autres il faut apprendre à s’écouter soi. On se rend quand même très vite compte de ce qui passe bien avant une grande sortie d’entrainement ou une compétition. Mais c’est vrai que ce n’est pas toujours aussi évident que cela, et d’ailleurs je conseille vraiment de ne pas hésiter à se tourner vers un professionnel de la nutrition et de la diététique sportive pour mettre en place un protocole alimentaire adapté à ses propres besoins. Je ne prêche pas pour ma paroisse hein ? Mais c’est vraiment un sujet qui peut faire toute la différence le jour J, donc important à ne pas négliger.

Intégrer cette équipe était forcément un honneur pour moi mais surtout une vraie surprise. Je sortais d’une longue période de blessure et l’idée même qu’on me fasse confiance, qu’on me donne ma chance m’a tout de suite convaincue que je n’intégrais pas n’importe quelle team. Thierry Breuil et toute l’équipe m’a tout de suite rassurée en me faisant bien comprendre que la blessure cela faisait partie d’une carrière comme une grossesse (Marie Dohin a carrément été recrutée enceinte, du jamais vu !). La rencontre à Lille où j’ai enfin pu rencontrer en « vrai » toutes celles que je ne connaissais pas encore a achevé de me convaincre qu’on allait vraiment passer des années formidables toutes ensemble. Et puis soyons parfaitement honnête, l’idée de porter la marque qui m’a toujours accompagnée lorsque j’étais plus jeune parce que comme beaucoup, je suis une cliente Decathlon comme l’était mes parents avant moi, ça me plait. Du coup, je n’ai pas besoin de me forcer pour dire tout le bien de leurs produits !

L’insta de Jade est à suivre ici !

Pour ne rien rater de nos publications pensez à télécharger l’application Run, Fit & Fun ici !

Running - Montres Connectées