Fun : le parcours de l’US Embassy Challenge détaillé !

Je me suis amusée lors d’un rapide passage à Paris à emprunter en randonnée (j’avais un rdv pro juste après, sans douche à proximité !) le 10km tracé par les équipes de l’US Embassy Challenge. Petit debriefing pour vous donner des envies de balade le nez en l’air pour ne rien rater !

Hasard même si je n’y crois jamais dans ce genre de situation, le départ est donné au jardin du Luxembourg, l’un des parcs où j’ai commencé à courir, ayant eu la chance de vivre à quelques foulées pendent plusieurs années. On y trouve l’un des 6 répliques de la Statue de la Liberté, pas très loin de l’Orangerie. Cette version de presque 3m de haut, fut commandée par Frédéric Auguste Bartholdi lui-même en 1889, puis exposée en 1900 lors de L’Exposition universelle de Paris. Elle n’est pas la seule et si ça vous amuse un jour, vous trouverez ici les adresses de ces copines. On sort du parc, à droite toute on passe devant le Sénat, pour repartir à gauche toute vers le théâtre de l’Odéon pour prendre la rue de l’Odéon où l’on trouve l’une à côté de l’autre deux plaques commémoratives. La première en hommage à Sylvia Beach célèbre éditrice d’origine américaine qui voit passer dans son appartement les grands noms de la littérature américaine du début du 20ème siècle. Juste à côté on trouve le lieu de résidence de Thomas Paine, d’origine britannique, qui défend la naissance et l’indépendance des futurs Etats Unis d’Amérique avant de participer ardemment à l’élaboration de notre déclaration des droits de l’Homme.

Changement d’époque, on file vers la rue Dauphine avec si vous êtes en mode rando, un stop possible au carrefour de l’Odéon pour commander au passage un macchiato immense et un cinnanmon rolls… Fermez les yeux, sentez la cannelle… Vous êtes à New York, enfin moi j’y suis… J’entendais les sirènes, je devinais les écureuils sautillants dans les quelques arbres de la place ! Oui je sais… Je suis en manque de la ville qui ne dort jamais et ça commence à se voir ! Direction le 33 rue Dauphine où une plaque rappelle que là, dans une cave à la sortie de la seconde guerre, le tout Paris s’étourdissait de jazz américain. Au Tabou, on a vu passer Juliette Greco, Simone de Beauvoir et Sartre mais aussi Miles Davis, Lester Young et Clifford Brown.

Direction la Seine et son Pont plus du tout neuf ! En regardant à gauche, à quai vous apercevrez deux exemplaires parfaitement restaurés de tjalks hollandais en bois. Je sais ça n’a rien à voir avec l’amitié franco-américaine mais ils sont superbes et il est devenu rare d’en voir des exemplaires complets. Longer l’île de la Cité côté rive droite et prenez le pont de l’Arcole. Quelques mètres pour longer l’hôtel de ville, et cap au nord sur la rue de Lobeau puis celles des archives. Là un peu planquée sur la gauche, vous tomberez sur la place des émeutes de Stonewall où une plaque en mémoire de Gilbert Baker, le créateur du drapeau des fiertés, est érigée. On le sait peu en France mais ce sont des événements dramatiques à l’aube des années 70 qui ont à l’origine de la Gay Pride et du désormais célèbre drapeau arc en ciel. Si vous avez la chance d’aller à New York, n’hésitez pas à aller faire un petit tour du côté du Stonewall Inn dans le quartier de Greenwich Village. Ne le répétez pas mais à deux pas, il y a un super glacier le big Gay Ice Cream Shop, où je m’arrête à chaque fois que je me balade dans le coin.

C’est ça un tjalk hollandais ! Et le deuxième a encore ses mats !

Pour rester dans le thème du lait… Oui je sais elle est un peu limite celle-là j’avoue mais fallait que je la fasse… Demi tour toute pour revenir sur la place Harvey Milk, premier élu ouvertement homosexuel de San Francisco, militant de la cause LGBTQ. Si ce n’est pas encore déjà fait, je vous conseille de regarder le film magnifiquement interprété par Sean Penn, sorti sur nos écrans en 2009.

Rue de la Verrerie, à droite sur la rue la rue du Renard, pour filer à gauche sur la rue du Cloitre Saint Merri pour aller admirer la fontaine Stravinsky mais surtout l’œuvre de la plasticienne franco américaine Niki de Saint Phalle. Vous trouverez ici une super présentation de sa vie et de son œuvre par la revue des Beaux Arts. On repart vers les quais et c’est parti pour la rue de Rivoli, tellement tranquille depuis que les voitures n’y passent plus. Si vous êtes à pied et que vous commencez à avoir faim, un petit arrêt chez Angelina pour quelques macarons. Après tout, Sofia Coppola réalisatrice américaine les a associé à notre Marie Antoinette nationale, on reste parfaitement dans le thème de l’amitié franco-américaine !

Juste avant la place de la Concorde, vous tomberez sur l’Hôtel particulier qui abrita de 1947 à 1952 les bureaux en charge de la mise en place du Plan Marshall. Les USA prêteront l’équivalent actuel de 173 milliards de dollars pour reconstruire une Europe détruite par les bombardements et la guerre. On redescend ensuite au niveau de l’hôtel de Coislin qui héberge aujourd’hui le très célèbre Hôtel du Crillon et l’Automobile Club. Juste de l’autre côté du trottoir, vous apercevez un drapeau américain, celui de l’Ambassade où si vous avez la chance de pouvoir envoyer vos enfants passer un an étudier de l’autre côté de l’océan, vous ferez quelques passages pour remplir la procédure de visa 😉 (ça sent le vécu !).

On traverse ensuite la place pour rejoindre le petit square où trône fièrement le fameux bouquet de tulipes de Koons qui rend hommage aux attentats du 13 novembre 2015. On en pense ce qu’on en veut mais en ce jour un peu gris, ses couleurs chatoyantes mettaient du baume au cœur ! On reste sur les quais de la rive droite pour filer Avenue Montaigne pour un petit arrêt devant le Théâtre des Champs-Elysées où la plus française des américaines, Joséphine Baker fit ses premiers pas. Juste un petit rappel, parce que c’est important, son engagement dans la résistance lui devra la légion d’honneur mais surtout la Croix de Guerre avec palme. La fin du parcours ne pouvait se faire que sur la place des Etats Unis devant le monument commémorant les pères fondateurs Washington et La Fayette mais aussi celui des Volontaires américains venus se battre à nos côtés pour nos libertés.

Voilà la balade est finie ! N’hésitez pas à vous inscrire sur le site de Running Heroes pendant le mois d’avril, vous avez encore le temps. Il y a 5 GPS Garmin à gagner mais surtout l’occasion de vous offrir une belle balade dans les rues de Paris pour celles et ceux qui y vivent. Je l’ai faite en marchant, le chrono ne compte pas, alors profitez-en ! Je rappelle à toutes fins utiles pour qu’il n’y ait aucun malentendu qu’évidemment le challenge est ouvert à toutes et à tous quelque soit votre lieu de résidence en France.

Running - Montres Connectées