Run : Ragnar, Baguette Lover for ever !

J’étais engagée sur ce défi comme journaliste et non bloggeuse mais puisque la confusion des genres est monnaie courante de nos jours, voici donc la version « off » de mon aventure germanique pour compléter la version « on » qui sortira bientôt dans Running pour ELLES !

Avant toute chose petit rappel sur ce qu’est la Ragnar que j’avoue sans aucune honte, je ne connaissais pas du tout avant que Reebok m’en parle : 250km en non-stop à courir à 5 ou à 10 avec dans ce cas deux vans qui vont d’un relais à l’autre. A ma grande surprise, il existe un véritable circuit de ces formats avec pleins de courses aux USA que ce soit en running ou en trail avec des destinations qui font carrément rêver comme le Colorado, les grands parcs nationaux de Californie ou mieux encore Hawaï. Nous, c’était Hambourg… Là, tout de suite ça fait moins rêver 😊 Et c’est un tort ! J’avoue que je ne connaissais pas du tout cette ville, mes connaissances se limitant entre autres à son rôle pendant la seconde guerre mondiale du côté de la résistance avec les trop peu connus Swing-Jugend qui ont fait l’objet d’un film que je ne peux trop vous recommander de regarder un jour… Ma première surprise en arrivant sur place c’est de découvrir une ville superbe qui vaut la peine de visiter un jour autrement qu’en courant !

Voilà pour la théorie ! En pratique, j’ai donc intégré une équipe composée de journalistes mais en très grande majorité de bloggeurs et autres influenceurs que je ne connaissais pas pour la plupart, n’étant pas aussi connectée qu’on pourrait le penser. Reebok a eu une excellente idée : nous permettre de nous rencontrer à Paris tranquillement, sans le stress du dossard quelques semaines auparavant pour choisir ensemble le nom de notre équipe et surtout faire connaissance. Je vous résume le truc très vite : j’étais la plus vieille et j’aurais pu être la mère de la plupart 😊 Mais en dehors de ce léger détail, l’ambiance est tout de suite super conviviale. Tous les niveaux sont représentés ou presque, ce qui arrange le diesel que je suis. J’avoue, j’avais un peu la trouille d’être le vilain petit canard au milieu de pleins de mobylettes. Et l’esprit semble quand même bien parti à la rigolade puisqu’après délibération, nous optons pour un nom d’équipe des plus clichés « Baguettes Lover » ! Rendez-vous est donné pour fin août pour tout donner sur les petites routes germaniques.

_DSC1777

La ligne d’arrivée ressemble à ça !

_DSC2241

Et les trop belles médailles à ça ! 

De mon côté, c’est comme souvent le grand n’importe quoi… J’ai en tête d’enchaîner cette course et la MCC à Chamonix le lundi qui suit, la Ragnar se déroulant du samedi 12h30 au dimanche, le plus tôt possible. Cela donne donc un départ en avion de Genève avec un changement à Zurich avec un temps imparti quelque peu court surtout quand tu vois ton premier vol qui prend du retard pour cause de malaise, perfusion et tutti quanti. Finalement tout se passe bien puisqu’il me suffit de faire 20m à pied pour embarquer dans mon second vol. Jusque-là tout va bien ! Le but de cette première demi-journée dans mon cas, c’est de retrouver mes petits camarades de jeu et de décorer les deux vans qui vont être nos maisons pendant cette aventure. Très vite tu réalises que certains ont mis la barre très haute avec des pros du pinceau ou du sticker. Ça maroufle sérieux du côté de certaines équipes… Nous on est plus dans le basic, dans le frontal… genre on colle deux étoiles partout quoi 😊Le plus drôle dans l’histoire, c’est qu’il a plu toute la nuit ou presque… et que toutes nos superbes décos ont joué les montres de Dali avec une tour Eiffel en mode « dégouliné » du plus bel effet !

Atelier coloriage et peinture…

_DSC4020

Avec Nico on est en mode inspection des travaux finis ! 🙂

Dîner, dodo et derniers préparatifs avec une météo qui ne s’annonce pas du tout de notre côté. Mince alors après notre été hyper ensoleillé j’avais presque oublié à quoi la pluie ressemblait. Oh je vous rassure, j’ai eu le droit à un cours de rattrapage hyper rapide ! Je ne vais pas vous faire le détail de toute notre épopée, ce n’est pas forcément passionnant mais j’avoue avoir eu pas mal de chance avec mes relais. Mon préféré ? Celui sur le bord de l’Elbe en pleine nature avec pour seuls spectateurs des moutons. Le vent s’est levé, je vis des légers moments de stress quand je vois des vagues qui s’écrasent sur le chemin de garde où je chemine. Mais j’écoute ma musique et je profite au maximum de l’instant présent. J’ai accéléré pour ne pas avoir à allumer ma frontale et c’est passé. La balade en pleine nuit sera elle-aussi aussi surréaliste… Sortir du van alors qu’il pleut, qu’il vente pour faire une petite dizaine de kilomètres dans le froid. Là tu te demandes quand même bien ce qu’il t’a pris d’accepter ça !

_DSC0719

L’équipe de l’autre van… qui n’engendre pas trop la mélancolie !

Vivre dans un van en petit groupe pendant 24h est aussi un défi. Nous avons eu la chance inouïe d’avoir Nicolas, mon collègue chez Jogging International qui semble adorer conduire, et ça c’est top ! Ok, j’ai l’habitude avec mes 4 enfants de conduire un camion mais franchement pouvoir grimper au chaud dans le van et juste dire « allez chauffeur démarrez », c’est quand même bien agréable. Il faut reconnaître que tout est plutôt bien conçu avec une application qui te donne le point de rendez-vous suivant et qu’il suffit de programmer sur le GPS. Pour les ravitaillements, on se débrouille, c’est l’autonomie qui prévaut même si on trouve sur 3 bases de vie de quoi manger chaud. Quoique franchement j’ai été super déçue de ne pas voir autant de barbecue saucisses que je l’espérais ! On a même mangé du saumon, c’est dire ! Maintenant question alimentation, dans la série « je mange tout et n’importe quoi », je crois que là on atteint des sommets… Nous avons fait une descente dans un supermarché local qui semble être passé totalement à côté de la mode « gluten free » et même des « 5 fruits et légumes par jour »😊. J’ai beau avoir une autre course dans peu de temps, je n’arrive pas à la jouer sérieuse… Encore désolée Cam d’avoir mangé tous tes gâteaux alphabet !

_DSC1592

Mes copines de van, Laura alias Foutrak et Camille alias Cam_dewoods

_DSC1681

Et Raphaël, un journaliste normalement hyper sérieux en mode instagrameur !

A lui les milliers de followers … 

Le seul truc qui est perturbant avec ce système, c’est que nous finissons la course avant les autres puisque nous étions le premier van à partir et nous serons par la force des choses, le premier à filer à la ligne d’arrivée pour attendre nos petits camarades. Nous sommes même douchés lorsqu’ils arrivent ! Le deuxième van arrive et nous filons tous ensemble pour accueillir notre dernier relayeur afin de passer tous ensemble la ligne d’arrivée et surtout recevoir nos super belles médailles. Là j’avoue que j’adore le concept : 10 médailles qui comme un puzzle n’en font qu’une immense si tu les assembles. On fait pleins de photos, on boit un verre et déjà je dois quitter le groupe ayant un avion à prendre pour filer rejoindre Chamonix et mon dossard suivant. Mais oui t’as raison Cécile… C’est bien de ton âge ces conneries ! 😊 En attendant j’en profite pour remercier chaleureusement mon équipe et plus particulièrement mon van avec lequel j’ai passé un excellent moment, totalement surréaliste mais vraiment excellent. Et surtout Reebok qui a eu le courage (surtout qu’ils ont couru et assuré eux aussi sur le terrain pendant tout le week-end) et la bonne idée de tous nous réunir pour nous faire vivre un moment inoubliable, ou comment faire d’un sport individuel un sport collectif le temps d’une course !

_DSC1879

La dream team à l’arrivée ! 

Mes petits conseils si cette expérience vous tente : avec le recul, mon seul regret tient au fait que nous étions deux vans et que par la force des choses, tu ne fais que croiser tes collègues. Si je devais le refaire à titre perso et non plus « pro », je prendrais plutôt l’option « 5 participants », qui certes, impose forcément de faire plus de kilomètres, mais qui rend le truc encore plus convivial à mon avis. J’ai négligé la partie « vestimentaire » de la chose, un comble quand tu connais mon dressing 😊running ! Il faut partir avec une tenue sèche par relais, même si la météo est favorable. Les t-shirts n’ont pas le temps de sécher et enfiler un truc mouillé pour partir dans la nuit… ça le fait moyen. En résumé, trois tenues running ou au minimum 3 t-shirts et une tenue confortable et chaude pour le van, c’est l’assurance de courir dans de bonnes conditions.

Running - Montres Connectées