Run : Comment j’ai commencé à courir ?

On me pose souvent la question : comment moi, la fille dispensée de sport au lycée j’ai commencé à courir et surtout comment j’ai réussi à ne pas me décourager tout de suite alors que franchement, ce n’était pas gagné… Voici donc mes premières semaines pour vous donner des idées et aider ou au moins rassurer, je l’espère, celles qui veulent se lancer.

 
Lorsque j’ai décidé de débuter le running, j’avais une seule idée en tête : courir un marathon ! Grande et folle ambition pour une fille qui envisageait un simple tour de piste comme la fin du monde… Mais je suis têtue comme une bretonne (c’est plus joli que bourrique quand même !) et je me suis accrochée. J’ai d’abord pris un dossard histoire de me motiver sinon je n’y serai jamais arrivée. J’ai choisi la Parisienne parce que j’avais peur des garçons qui se moqueraient de moi forcément (trauma d’un cross en 4ème… pas assez d’années de psychothérapie pour en venir à bout), peur de finir dernière sous les rires moqueurs des dits garçons qui, maintenant je le sais, ont autre chose à faire que de se moquer des derniers, peur de m’aligner sur un 10km qui me paraissait inatteignable… Bref, ce choix me paraissait évident à ce moment-là et il explique mon attachement d’ailleurs à cette course parce que, attention spoiler, ma première fois s’est bien passée et c’est tellement rare des premières fois qui se passent bien que forcément on en garde un souvenir encore plus fort !

 
Autre étape importante, avant même de commencer à courir, je suis allée m’offrir une vraie paire de runnings dans un magasin spécialisé. Je n’ai pas eu peur de dire au monsieur que je voulais une paire qui court à ma place et de préférence super vite, que mon objectif était de finir sur mes 2 pieds 6,5km mais qu’il devait compter me revoir quand je viendrais m’offrir ma première paire pour marathon. Je n’y connaissais rien mais j’avais déjà compris que les converse n’étaient pas la paire de running idéales pour « performer ». Sincèrement pour le textile aucun souvenir si je me suis offert des trucs ou pas, mais j’avais une brassière de sport, reste de mes 6 mois de Gymnase Club à la fac où j’ai plutôt usé les bancs du hammam que ceux du cours de step (je sais ça n’existe plus mais je suis vieille et de mon temps ça s’appelait comme ça).

 
Première sortie, je pars triomphante pendant mes vacances bien décidée à courir une heure sans m’arrêter… Retour à la maison au bout de 10 min, je suis asphyxiée, j’ai un point de côté, je veux mourir là tout de suite maintenant. Mes enfants sont morts de rire… Ok, il faut changer de stratégie ! Le lendemain (je vous ai dit que j’étais têtue !), je repars mais cette fois je décide d’attaquer par la marche rapide, enfin aussi vite que je peux marcher sans pour autant tortiller du cul comme Yohann Diniz. A mes débuts je n’avais pas de chrono, je ne savais même pas qu’il existait des cardio et autres GPS. Je pars donc avec mes écouteurs pour au moins avoir de la musique dans les oreilles. Franchement là, à ce moment précis, le chant gazouilleur des petits oiseaux, je m’en bats les couettes, moi ce que je veux c’est courir. Je marche donc une chanson et je me mets à trottiner une chanson. J’ai compris que sprinter n’était pas une bonne idée quand tu veux débuter ! Dès la fin de ma chanson, je me remets à marcher et je recommence cette alternance.

 

2015-KALENJI-TEXTILE1
Maintenant je cours toujours comme ça ! (mais nan je rigole !!!)

 
J’ai aussi décidé que quoiqu’il se passe je partais pour 30 minutes ce jour-là et que s’il le fallait je marcherai vite. Finalement j’arrive à tenir ces fameuses 30 minutes en alternant. Je rentre à la maison triomphante, Haile Gebreselassie accroche-toi à ton short, j’arrive ! Très vite, je décide de rallonger la partie courue en rajoutant une chanson, puis deux mais je garde toujours ma chanson marchée pour récupérer et je pars pour 45 minutes, temps que j’estime nécessaire pour finir la Parisienne. Je suis toujours à une vitesse que je qualifie de « trottinage » et non de course à proprement parler avec les genoux bien soulevés et les bras engagés, je sens bien que je peux parler et si j’ai un doute, je chante pour contrôler (ah le bonheur des débuts à la campagne !). Je cours 4 fois par semaine, 2 fois en semaine, le mardi et le jeudi et deux fois le week-end parce que c’est le plus simple pour mon emploi du temps. Concrètement pour vous donner un ordre d’idée, j’ai débuté la dernière semaine de juillet pendant mes vacances d’été et mi-septembre je prenais donc le départ de la Parisienne que j’ai fini sans marcher !

 

BFI_Shadow_original
Réveille la championne qui sommeille en toi !

 
J’ai alors commencé à changer de stratégie, toujours sans rien n’y connaître mais uniquement à l’instinct. J’ai voulu un peu voir si j’étais capable de courir un peu plus vite et je me suis fixée des objectifs, histoire surtout de m’occuper l’esprit parce que courir 45 min je trouvais ça pénible à la fin ! J’ai donc le week-end à la campagne pris un malin plaisir à courir à fond entre deux arbres et en semaine à Paris entre 2 bancs dans le jardin public où je m’amusais à tourner. Je faisais ça 4 ou 5 fois, en étant parfois au départ obligée de marcher vite pour reprendre mon souffle mais assez rapidement il me suffisait de trottiner. Je n’avais toujours pas de gps à l’époque donc je n’ai jamais eu de référence kilométrique, c’était uniquement vis-à-vis de moi-même et de mes sensations propres. Je voulais sentir mon cœur qui bat dans ma poitrine.

 
Quand j’ai été capable de courir une heure sans arrêt, sans avoir à marcher, je me suis alors sérieusement penchée sur la question de la préparation d’un marathon et évidemment j’ai fait ça sérieusement en me rendant un club affilié FFA pour suivre les conseils d’un coach agréé et surtout bénéficier de l’esprit de groupe qui reste un allier incroyable pour te motiver. Et si c’était à refaire ? Je n’hésiterais pas une seule seconde à aller voir les pro comme les coachs athlé santé qui existent maintenant et qui sont là pour aider les débutants venaient juste de se créer, trop tard pour moi mais pas pour vous si vous débutez. Et dès le départ j’aurais inclus du renforcement musculaire spécifique. Si vous avez des questions, n’hésitez pas !