SAUCONY KINVARA 6 … retour (partiel) aux origines

Voilà une chaussure pour laquelle, de base, j’éprouve une certaine tendresse « historique ». La Saucony Kinvara , fut à l’époque de la sortie de sa mouture originelle, la première « minimaliste » conçue et fabriquée par une grande marque et comme cette époque coïncidait avec le pic de mon trip Courir Naturel … Qui plus est, la Kinvara fut également la chaussure de mon premier marathon.

K1Qui dit tendresse ne dit cependant pas aveuglement bestial ni altération du jugement. J’ai eu la chance de pouvoir courir avec les version 1, 2, 3, 4, 5 et … 6, qui fait l’objet de ce test, et je dois avouer que je n’ai pas toujours été enthousiasmé comme je l’aurais souhaité.

La 1 était fabuleuse (surtout à l’époque où on ne trouvait que des « sabots » de 12 mm chez les concurrents) mais elle souffrait d’une usure prématurée de la semelle (250 km … prématuré non ?). La 2 était … à oublier. La 3 de bon aloi. Les 4 et 5 sympathiques mais un peu trop embourgeoisées à mon goût. Avec cette version 6 et en attendant la 7 qui vient de sortir aux USA, on est face à un mix entre le retour à des valeurs perdues et quelques points qui fâchent un peu, pour une très bonne synthèse quand même au final.

K2Parmi les points qui fâchent : la languette qui a la bougeotte, le système de serrage mi-élastique qui écrase un peu le coup de pied sur les premiers kilomètres (avant que la pression ne se relâche … ou plus sûrement qu’on finisse par l’oublier) et le chaussant franchement épais, qui aurait pu mériter une petite cure d’amaigrissement. Bref, rien de bien dramatique mais de quoi énerver parfois …

Les points positifs, heureusement, sont plus nombreux. Un scoop pour démarrer cette liste de notes A+ : la toebox est ENFIN digne de ce nom !!! Il était temps 🙂 La semelle extérieure reste dépouillée mais parfaitement protégée au niveau des zones d’usure (les heureux possesseurs de la Kinvara 1 comprendront ce que j’entends par là).

K3Mais surtout, ce sont ses qualités dynamiques « retrouvées » qui forment la cerise sur le gâteau, si j’ose dire : un drop de 4 mm pour une posture parfaite, une semelle épaisse mais flexible pour rendre la chaussure compatible de toutes les foulées et de tous les gabarits et une fluidité de transition quasiment identique à celle des origines. Une chaussure avec laquelle on … déroule 🙂

Une chaussure d’une rare polyvalence : à l’aise sur les sorties tranquilles, agréable sur les sorties longues parce qu’elle sait s’adapter à la dégradation de la foulée (ie : on apprécie sa souplesse au début, on se réjouit de son amorti sur la fin) et parfaite pour le fractionné avec son excellente accroche à l’avant. Bref, une chaussure à un peu tout faire qu’il est difficile de ranger dans une catégorie ou de sérier à une distance de prédilection. A titre personnel, je courrais sans souci un marathon avec par exemple.

Eh bien, me voilà de nouveau fan de la Kinvara 🙂 encore que ce système de serrage mériterait un petit coup d’IsoFit comme sur la Zealot (voir notre test). J’espère que ce sera le cas sur la version 7 …

Actuellement en promo (87,7 €) sur le site de notre partenaire pour ce test. Cliquer ici.