Test : Pearl Izumi N0, une racer efficace et confortable

Cela faisait un bon bout de temps que je voulais tester des chaussures de la marque PEARL IZUMI, tant celle-ci a « la cote » auprès de la presse spécialisée et des blogueurs d’Outre-Atlantique. Mais, jusqu’à encore très récemment, la marque n’était quasiment pas distribuée en France et un test n’aurait donc eu qu’un intérêt très limité pour les lecteurs du site. Heureusement, les choses évoluent … dans le bon sens, notamment grâce à quelques magasins tenus par de vrais passionnés en quête de bons produits et par la branche France du site RunningWarehouse, partenaire de cet essai.

N02Ne vous laissez pas effrayer par le 0 (zéro) … qui suit le N. Cette chaussure n’est aucunement une minimaliste zéro-drop réservée à un cénacle d’initiés. Ce n’est pas non plus, en passant, comme vous pouvez le voir, en regardant la photo, un monstre d’amorti pour coureurs lourds 🙂

Non, avec ses 175 g (42.5) et son drop de 5 mm (16 mm sous le talon / 11 mm sous l’avant-pied), cette N0 est ce que j’appelle une racer, une chaussure destinée, avant-tout, à la compétition et aux séances de fractionnés. Mais …

N04… contrairement à de nombreuses racers, et c’est là un atout, la N0 est … super confortable ! La toebox est d’une rare générosité là où les concurrentes sont particulièrement chiches en espace et où les orteils finissent presque par s’entrecroiser. Le chaussant est très souple et suit parfaitement les mouvements du pied sans le contraindre, la languette, épaisse, permet d’adapter finement le serrage des lacets à la convenance de chacun sans compression. Le talon est parfaitement maintenu. Une chaussure dans laquelle le pied se sent bien. L’aération est parfaite, ce qui est appréciable sous les températures élevées que nous connaissons en ce moment. L’intérieur du chaussant ne présente aucun point de friction. Il n’y a donc pas nécessité de « faire la chaussure à son pied » avant de pouvoir la laisser s’exprimer.

N03Le dessin de la semelle est tel que je les aime : avec des axes de flexibilité respectant la biomécanique du pied pendant la course. Un déroulé naturel et rapide et un dégagement latéral qui permet au gros orteil de jouer son rôle de stabilisateur / impulseur. L’accroche, notamment à l’avant, ce qui est important pour une racer, est très bonne. Elle favorise le « griffé » sur piste lors des séances de fractionné court et, en conférant une excellente stabilité à l’impulsion, permet des relances efficaces, notamment en virage.

N05Le talon est bien amorti. L’avant est beaucoup plus « sec » car typé dynamisme. La transition est très rapide, aucunement entravée par quelque support d’arche ou autre dispositif inutile. La chaussure peut être utilisée aussi bien par des coureurs qui talonnent que par des coureurs qui attaquent médio-pied.

A allure modérée (70-75% de VMA), on évitera de dépasser une dizaine de kilomètres, que l’on talonne (n’oubliez pas qu’il n’y a « que » 16 mm entre la route et le pied) ou que l’on court médio-pied car le contact au sol n’est pas du type « smooth landing ». Cela dit, avec une fréquence de foulée supérieure à 180, je l’ai poussée à 20 km lors d’une sortie longue midfoot sans fatigue particulière, ce qui m’a permis d’apprécier un léger effet rebond élastique à l’avant.

N01Au-delà (80% de VMA ou plus), l’univers des possibles devient infini … ou presque. Evidemment idéale sur le 10 km (c’est une racer … je crois que je me répète), son confort et sa souplesse permettent d’envisager assez sereinement un semi-marathon voire, pour les plus légers d’entre nous, un marathon. Une telle polyvalence pour une chaussure typée vitesse est une rareté ! Il faut donc en profiter 🙂

Voilà donc une chaussure comme il en faudrait plus … De sa catégorie, celles des racers, elle offre la quintessence et en cassant les codes du genre, elle apporte un réel plus à l’utilisateur : confort et polyvalence. Un excellent produit ! Et une marque qui a tout pour s’implanter sur notre marché (à la rentrée, je vous proposerai un autre test, celui de la N2, moins typée). Comme quoi, nos amis d’Outre-Atlantique ont, parfois, bon goût.

PEARL IZUMI N0

Prix : 115 € (actuellement soldée aux environs de 90 €)

En vente sur le site de notre partenaire du jour : cliquez ici.

P.S. : j’ai testé la N0 sur 6 sorties (de par sa spécificité de racer, j’ai jugé cela suffisant) : un footing tranquille d’une heure la moitié avec une cadence assez basse de 165, l’autre moitié avec une cadence de 185, une séance de 20×30/30 sur piste, une séance de 2x8x300m sur bitume, une séance de 6×4′, une sortie longue à allure un peu soutenue de 20 km, une simulation de 10 km sur le plat à 45 » de mon temps de référence.

P.P.S. : j’ai également réalisé (hier soir) une micro-séance de travail en côtes, mi N0, mi barefoot, de façon à bien apprécier les qualités de la semelle vs la biomécanique du pied (une séance que je vais d’ailleurs intégrer à mes protocoles de test tant je l’ai trouvée intéressante). La similitude (ou le rendement) n’est certes pas de 100% mais elle n’en est pas moins très bonne.