Run : Red Rock Canyon Marathon, l’autre Vegas !

CREDIT: Mark Damon/Las Vegas News Bureau

On connait tous Las Vegas, grâce aux films, aux séries ou même aux documentaires qui régulièrement nous rappellent la naissance de cette ville née entièrement de l’imaginaire d’hommes qui se voulaient finalement plus fort que la nature elle-même… Royaume du jeu pendant des années, cette ville change et offre aujourd’hui un incroyable terrain d’exploration pour les sportifs et plus particulièrement les runners. Découverte de cette ville qui ne dort jamais mais court tout le temps ! Eh oui il n’y a pas qu’un marathon à Vegas, il y en a même plusieurs…

Dire que Las Vegas est né de la seule volonté de mafieux à la sortie de la seconde guerre mondiale serait aller un peu trop vite… Cette région qui aujourd’hui est désertique fut avant eux un lieu de vie pour nombre d’amérindiens et ce depuis des milliers d’années comme le prouvent les peintures rupestres que l’on peut toujours observées sur les roches rouges de la Valley of Fire. Au 20ème siècle, le chemin de fer, la construction du barrage Hoover et l’implantation d’une garnison font de la petite ville de Las Vegas un haut lieu de la prostitution et du jeu… Il faut bien occuper les militaires et les ouvriers dans ce désert perdu au milieu de nulle part. Et c’est là que la mafia se dit qu’il y a un coup à jouer, un gros coup même, logique me direz-vous lorsqu’on fait sa fortune avec le blanchiment d’argent sous couvert de parties de poker. Les années 50 voient la naissance d’hôtels qui sortent de terre plus vite que des champignons. On peut y entendre chanter Sinatra, Dean Martin, et Elvis Presley qui en fera même une chanson. On peut y écouter jouer Liberace un pianiste virtuose à qui Elton John a clairement tout piqué question look même s’il est resté très en dessous du niveau de son inspirateur, ce qui nous donne une petite idée de la chose. La légende de Las Vegas est née !

CREDIT: Sam Morris/Las Vegas News Bureau

Aujourd’hui la ville se divise en deux parties, l’ancien strip qui vaut vraiment la peine d’être visité, avec ses hôtels qui restent à des dimensions humaines et le nouveau, lieu de folie avec ces fameux hôtels à thème qui ont vraiment fait la légende de la ville et qui sont immortalisés dans presque tous les films se déroulant là-bas. Vous rêvez de dormir dans une pyramide ? Dans un château fort ? Las Vegas est fait pour vous ! Vous rêvez de dormir une nuit à Venise, le lendemain à Paris et le surlendemain dans une villa romaine tout ça sans prendre l’avion et en traversant seulement une rue ? Ici vous le pouvez ! Même si les casinos ont toujours la part belle, on ne vient plus dans le désert du Nevada uniquement pour ça, on y vient aussi pour ces fameux spectacles, comme Céline Dion qui a clairement relancé la mode des artistes à résidence. Que ce soit l’ancienne génération (2019 voit le retour de Cher sur scène pour toute une saison de concerts) à la nouvelle avec Lady Gaga qui a fait exploser les réseaux sociaux en faisant monter sur scène Bradley Cooper pour qu’il chante avec elle sa chanson à oscar, ils viennent tous à Vegas.

J’ai désespérément cherché George et Brad devant le Bellagio mais ils s’étaient déjà envolés comme le magot !

Et le sport là-dedans me direz-vous ? Nous n’évoquerons pas les shows montés autour de combats de boxe, on les a tous vu à la télé ou encore au cinéma. Evidemment il y a des golfs à l’extérieur de la ville, mais notre empreinte carbone est déjà assez importante comme ça quand on voyage pour ne pas rajouter l’arrosage intensif que demande l’entretien d’un green… Comble de l’ironie, la ville vient de se pourvoir d’une équipe de hockey sur glace qui démarre très fort dans le championnat. Les habitants sont à fond derrière elle et le port du t-shirt avec le désormais célèbre casque de viking quasi indispensable. Même la mini Statue de la Liberté de la ville a le sien ! On le sait peu mais la région offre surtout un superbe terrain de jeu pour les coureurs, que ce soit sur route ou en trail.

Neige et cactus…

Evidemment le marathon de Las Vegas est un incontournable aux USA, avec un parcours ultra roulant, un feu d’artifice au départ, une médaille énorme à l’arrivée, quelques coureurs déguisés en Elvis et surtout la possibilité de se marier sur le parcours grâce à une pasteur qui tous les ans prend le départ au mieux de ses ouailles pour les bénir au 12ème km, coupe de champagne à la main avant de repartir à la conquête de la ligne d’arrivée. Attention le mariage est on ne peut plus légal ! Si vous choisissez cette option il suffira de faire confirmer votre certificat de mariage. L’option confirmation de vœux est également possible. Pour celles et ceux que cette course intéresse, sachez tout de même que le départ le soir change un peu la donne et qu’il faut vraiment en tenir compte avec le jet lag. Les premiers jours du séjour, par la force des choses à 19h, on a envie d’aller dormir… pas courir… Il faut donc vraiment en tenir compte dans les choix de ses dates. On la connait encore trop peu en France, il y a aussi une organisation locale qui fait preuve d’une imagination débordante avec des marathons (à chaque fois plusieurs distances sont proposées) super originaux. Calico Racing propose de courir à la pleine lune à la recherche d’ET dans la zone 51, de vivre une mini Badwater pour faire comme les grands mais en moins fatiguant, une mini course en étapes avec tout le confort possible sur 3 jours dans l’incroyable Valley of Fire, entre autres choses !

Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas… C’est pas moi qui le dis, c’est la légende et c’est très bien ainsi !

Je suis donc allée courir le format semi du Red Rock Canyon Marathon qui comme son nom l’indique si bien est organisé au sein du parc national du même nom. L’originalité première de cette course c’est d’offrir des paysages de trail avec le confort de la route puisque l’on reste sur les zones goudronnées du parc. Attention qui dit goudron et désert ne dit pas plat pour autant ! Puisque le départ se situe forcément à l’extérieur de la ville, tout est prévu pour le confort des coureurs, surtout les étrangers qui ne louent pas forcément de voiture pour leur séjour. Le retrait des dossards se fait en quelques minutes dans un hôtel casino le jour qui précède la course, sachant qu’on peut les retirer le matin même sur place. On peut choisir l’option bus qui est facturé 30$ mais qui est très confortable, même si elle implique de se lever un peu tôt… Voir même très tôt… Mais le jet lag est en notre faveur ! Traverser la ville en marchant à 4h30 du matin donne lieu à des rencontres totalement improbables. On croise des femmes qui tentent de marcher avec des talons qui sont à cette heure-là vraiment trop hauts et des personnes qui sont en charge de redonner un visage humain à la ville après une nuit agitée. Dans les « diners », ces restaurants ouverts 24/24, on aperçoit des personnes devant leur petit déjeuner, d’autres devant leur burger qui tentent d’éponger les excès de la nuit. Le plus drôle reste le choc frontal entre les coureurs qui attendent sagement le bus au chaud dans le casino au milieu de joueurs qui ne savent plus exactement l’heure qu’il est.

Une ligne de départ plutôt simplissime !
Sur route… mais pas vraiment…
Pas de doute vous êtes aux USA…
Même mon gel est dans le thème !

En 45 minutes de bus, on se retrouve dans le parc avec une seule obsession, commune à toutes les marathoniennes et tous les marathoniens du monde : trouver les toilettes ! Le plus idiot c’est qu’il y en a dans les bus qui nous amènent mais que voulez-vous, il y a des traditions à respecter. Pour cette édition 2019, le briefing sera exceptionnel : pour la première fois depuis plus de 12 ans, il a neigé à Vegas, suffisamment pour désorganiser toute la ville qui n’est, on s’en doute, pas vraiment équipée en chasse neige et en réserve de sel. Le parcours a dû être modifié à la dernière minute (et le dénivelé augmenté par la même occasion) et interdiction est faite aux coureurs de jeter l’eau des gobelets sur la route pour éviter l’apparition de verglas ! Le froid est saisissant et les poumons le comprendront douloureusement dès les premières foulées, surtout qu’on attaque directement un faux plat montant qui a tout d’un vrai. Ce qui aurait pu être pénible va finalement se révéler un plus, ce parcours raccourci et organisé en boucles va permettre aux coureurs de toutes distances de se croiser, de pouvoir s’encourager, ce qui est une bonne chose parce que de spectateurs il n’y en a point. Même les célèbres tortues du parc hibernent à cette saison ! Seuls les courageux bénévoles tiennent les ravitaillements comme toujours plus nombreux qu’en France mais nettement moins pourvus : on retrouve comme toujours uniquement de l’eau, de la boisson énergétique et quelques gels. Il faut attendre la ligne d’arrivée et sa médaille énorme pour trouver un ravitaillement digne d’un trail où le salé est largement aussi présent que le sucré. Pour attendre son bus, c’est parfait et cela permet surtout d’attendre le retour en ville et son burger de la victoire. On récupère ses petites affaires juste posées sur un tapis à même le sol et retour à Vegas.

Des fois que j’aurais des velléités de vitesse, je suis calmée !

Si vous venez là pour le fun, la folie, vous serez forcément déçu. On vient sur ces courses pour courir, rien que pour courir. L’ambiance est studieuse, l’organisation ultra carrée, pour les paillettes il vaut mieux rester sur le strip. Mais si vous avez envie de courir dans des endroits d’une beauté à couper le souffle digne des plus beaux trails du monde sans avoir à regarder où vous mettez les pieds, ce marathon est fait pour vous !

Running - Montres Connectées