Run : passer l’hiver sans se blesser…

Parce que c’est l’hiver, qu’il fait froid et qu’il ne faut pas oublier les bonnes habitudes si on veut assurer au printemps et ne pas rater son objectif si durement préparé. Et pour tous ceux qui savent, c’est toujours bon de rappeler la base parfois. 
1. MON ÉQUIPEMENT, JE CHOISIS AVEC SOIN !

Il est peut-être temps de s’offrir un vrai diagnostic chez un spécialiste du running qui pourra vous orienter vers « la » bonne paire de chaussures, celle qui vous convient
vraiment en vous permettant de les tester sur un tapis, par exemple, avant que vous les achetiez ? Et surtout on précise le terrain sur lequel on court régulièrement. Bitume…
chemin… à chacune son modèle. Sans oublier le fait que même si on court sur chemin, l’hiver ils sont aussi durs que du béton ! On s’équipe aussi du côté vêtement pour courir chaudement en n’hésitant pas à détourner le textile de ski de randonnée par exemple, souvent moins cher et tout aussi efficace. Pour les mains, les chaufferettes font des miracles ! Et comme c’est la nuit le soir et le matin, on n’oublie pas de se faire remarquer avec frontales, lampes clignotantes… Courir en toute sécurité c’est la base à ne jamais oublier.

 

2. LʼÉCHAUFFEMENT DEVIENT MON MEILLEUR COPAIN !

D’une durée de 5 à 10 minutes, on ne le zappe sous aucun prétexte. Et très vite, c’est comme se laver les dents, ça devient automatique. On trottine ou on marche rapidement, il faut mettre la machine en route et ne surtout pas le négliger, surtout si on a passé la journée coincée derrière un bureau à tapoter sur son clavier…

 

3. LES ÉTIREMENTS, JʼEN FAIS UN VRAI BESOIN !

S’ils sont inutiles avant la séance, ils prennent tout leurs sens après celle-ci. Et quand on dit étirements, on ne veut pas dire un truc vite fait mal fait à la va comme je te pousse le mur… Là aussi la séance doit durer 5 à 10 minutes minimum. L’idéal est de faire cette mini séance même les jours où vous êtes au repos.

 

4. MÊME LʼHIVER, JE BOIS BIEN

C’est souvent le problème, l’hiver on a moins soif, on oublie ce qui est un réflexe l’été par grandes chaleurs. Et c’est une grosse erreur ! Les tendinites guettent dans le vestiaire… prêtes à bondir sur vos mollets à tout instant. Alors on boit… du chaud, du froid, mais on boit ! Personnellement je mets de la tisane en tout genre bien chaude avant de partir courir histoire de retarder au maximum le côté granité et ça marche très bien.

 

5. LE SURENTRAÎNEMENT, COMME MON PIRE ENNEMI, JE CRAINS…

Vous avez des objectifs importants au printemps et ça vous stresse.Vous voulez bien faire ou trop faire et votre corps vous le fait payer cash. Vous êtes là à subir votre plan d’entrainement ou à vous trouver toutes les excuses du monde pour ne pas y aller. Si vous constatez un impact sur votre sommeil, sur votre humeur, relâchez la pression. Zapper une ou deux séances pour souffler : remplacer votre running pour une séance de ciné ne vous empêchera pas de réussir votre premier marathon, promis juré !

 

Crédit photo : Nike