Fun : Carnet de voyage à Québec

Quand on vous dit Québec vous pensez immédiatement à des grandes forêts verdoyantes, à des litres de sirop d’érable qui coulent en masse sur tout ce qui peut se manger avec Céline Dion en bande son… Et ben vous savez quoi ? Vous avez raison ! Enfin non je vous rassure, Céline est toujours en résidence à Las Vegas, donc de ce côté-là vous êtes quand même tranquille.

Cet article est axé uniquement tourisme et n’a pour but que de vous donner quelques adresses, idées de visites, testées et approuvées, que vous veniez courir le Megatrail ou le marathon, ou surtout que vous veniez tout simplement en vacances. Loin de moi l’idée de vous faire un tour complet, je ne suis pas restée assez longtemps pour ça mais j’espère déjà vous donner une folle envie de venir voir nos cousins !

Le transport : il faut comme pour les USA un visa qui se demande en ligne et qui coute 7$ canadien. La demande est rapide à faire et vous recevez votre accord quasiment par retour de mail. J’avais imprimé le mail par sécurité mais je n’en ai pas eu besoin. Je suis venue avec Air Transat qui est ce qu’on pourrait qualifier de compagnie low cost pour la destination. Terminal 3 à Roissy qu’on m’avait décrit comme terrible… Franchement faut pas pousser mémé quand même. J’ai pu travailler tranquillement jusqu’à l’embarquement qui, oui se fait en bus, mais ça va, je ne suis pas en sucre quand même. Comme cela devient la mode, tout est payant en option. Donc pour résumer, pensez à payer votre valise en soute à l’avance, ou faites comme moi, « Marie Kondé » votre valise pour tout garder en cabine avec vous. Le repas est inclus et franchement je m’attendais à pire. Mais clairement si vous voulez manger sainement, pensez à embarquer votre repas avec vous, il y a un Prêt à manger dans la zone d’embarquement. Autre information à prendre en compte : j’ai eu un avion sans écran individuel à l’aller ! Heureusement, comme d’habitude, j’ai quelques films sur mon téléphone mais pensez-y. La compagnie propose en réalité une application sur laquelle vous pouvez regarder des films mais il faut surtout bien penser à la télécharger avant de décoller.

A l’arrivée, toute la procédure de douane se fait avec des bornes, c’est plutôt rapide et simple à faire. Ensuite c’est taxi ou bus pour rejoindre la ville ou bien entendu location de voiture si vous souhaitez bouger un peu. Sincèrement, cette option est vraiment à envisager si vous voulez vraiment profiter du séjour parce que deux ou trois incontournables seront bien plus facile à gérer avec son propre véhicule. Si vous venez faire le Megatrail là, plus vraiment le choix, le départ est au Mont Saint Anne, qui certes n’est pas très loin mais si vous devez prendre un taxi… Je vais vous faire un article propre à la participation à cette course à part.

La ville se situe à 30 min max de l’aéroport en fonction de la circulation. Ce qui surprend immédiatement si comme moi vous avez plus l’habitude des voisins du Sud de la Belle province, ce sont les similitudes rien que dans la signalisation routière. C’est comme aux USA mais en plus vert et en français ! Donc pour circuler ça facilite évidemment grandement les choses. Faut juste faire attention, ils sont eux aussi adeptes des feux de l’autre côté de la route… Faudra qu’on m’explique l’intérêt du truc, perso je cherche toujours 😊.

L’hôtellerie : Je n’en fais jamais mystère, puisque je voyage dans le cadre de mon travail, j’ai souvent la chance de pouvoir tester des établissements superbes et c’est encore le cas cette fois. J’ai donc deux adresses à vous recommander :

Le Château Laurier : super bien situé, à deux pas de la vieille ville et du parlement. C’est un 4 étoiles donc forcément ça aide 😊. Juste à côté, sur la Grande Allée vous trouverez pleins de restaurants avec terrasses super sympas et de tous les styles. Et forcément l’incontournable Starbuck ! J’y ai goûté un café pressé à froid glacé avec crème salée, absolument délicieux ! Le premier truc qui amuse lorsqu’on vient de France, c’est qu’ils ont des bars à vin sur les paliers. Il suffit d’acheter une carte à la réception et tu peux te boire ton petit coup de blanc ou de rouge tranquillement dans ta chambre. Je pensais que c’était une originalité de l’hôtel mais il semblerait qu’on trouve ça dans bon nombre d’établissements au Québec. Moi je dis la France devrait s’inspirer de ses cousins non seulement pour le respect de la francophonie mais aussi pour ça ! J’avais une bouilloire dans ma chambre, super important la bouilloire et un radio réveil avec prise usb pour recharger son portable sans sortir l’adaptateur. Le personnel est très pro et adorable, mais ça je vais vite découvrir que c’est le propre de l’accueil québécois. Pour moi le seul point faible de cet hôtel est du côté du petit déjeuner… L’absence de vrai pain est vraiment dommage pour un établissement de ce standing. Il y a pleins de boulangers français installés à Québec en plus 😉
Le truc en + : ils pensent aux petits chocolats sur la table de nuit… alors forcément !

Le Monastère des Augustines : alors là très très gros coup de cœur pour un établissement totalement hors norme et apparemment ma grande copine Emmanuelle Dudon, québécoise et ultra traileuse est une adepte aussi. Sincèrement il va être très compliqué pour moi de vous en parler, parce que sincèrement je considère qu’il faut presque le vivre pour comprendre. Petit retour en arrière, 1er août 1639, trois jeunes sœurs de l’ordre des Augustines débarquent à Québec avec pour mission d’y créer une nouvelle communauté à destinée médicale. Elles vont y fonder un hôpital qui est toujours en activité aujourd’hui. Seulement comme partout ailleurs, la fin du 20ème siècle voit leur disparition inexorable arriver faute de vocation. Que faire alors de ce bâtiment unique ? Elles décident alors de commencer la transmission de leur patrimoine en créant évidemment grâce à des partenaires extérieurs un hôtel qui devra respecter leurs valeurs sociales et « médicales ». On trouve donc des chambres qui ont été créées dans les cellules même des sœurs, c’est juste rénové mais en aucun cas transformé. Les salles de bain sont collectives, enfin sur le palier parce que tout simplement les chambres étaient trop petites pour ça. On trouve des chambres plus grandes aménagées avec sobriété et sans aucun caractère ostentatoire. Ce qui est réellement étonnant c’est que lorsque nous sommes rentrées dans le hall de l’hôtel, ma guide d’un soir et moi-même, nous nous sommes mis à chuchoter naturellement, tellement le lieu prête à la méditation et au retour sur soi. Le petit déjeuner s’y prend en silence, mais c’est le seul repas comme ça. La cuisine… Ah la cuisine… Là aussi tout est fait pour que vous viviez une expérience unique où la gastronomie se mêle au healthy. C’est délicieux, sain, locavore évidemment, le chef se servant souvent directement dans le jardin du monastère. Volontairement je ne diffuserais aucune photo de mon repas, juste pour que vous gardiez la surprise si vous aviez la chance un jour d’y aller. Et puis de toute façon, il change la carte trop souvent pour que cela ait un sens. Vous aurez aussi des cours de yoga, des massages, bref tout pour prendre soin du corps et de l’esprit. Et le social dans tout ça me direz-vous ? Eh bien sachez que plusieurs chambres sont réservées aux familles qui accompagnent des malades le temps d’une opération. L’établissement reste toujours relier à l’hôpital et vous pouvez circuler de l’un à l’autre sans avoir à sortir dehors, le tout pour 30$ la nuit. Autre idée absolument géniale, la suite des aidants… C’est la plus belle chambre de l’hôtel avec un coin salon qui prête à la méditation ou juste tout simplement au repos. Là encore pour 30$ la nuit vous pouvez y rester jusqu’à 4 nuits pour souffler si vous êtes aidant d’une personne malade. On s’occupe de trouver une solution d’aide pour « votre malade » pour vous permettre de prendre un peu de temps pour vous. Pendant ce court séjour, vous pouvez profiter de tous les cours de yoga ou relaxation proposés dans l’établissement. Certes me direz-vous, pourquoi vous parler de ça puisque c’est réservé évidemment aux québécois ? Juste pour que cela donne des idées à des hôteliers qui passeraient par-là ! Et pour vous dire que si vous passez dans l’établissement, vous vous faites du bien et vous participez un peu au bien d’autrui.
Le truc en + : vous pouvez très bien juste passer boire une tisane au calme, ils ont leur propre production en vente dans la boutique de l’établissement.

A faire
Québec n’est pas ville patrimoine de l’Unesco pour rien. La vieille ville est superbe mêlant des styles architecturaux qui racontent à eux seuls l’histoire de la ville. On y retrouve des maisons qui ne sont pas sans rappeler celles de Saint Malo mais aussi celles d’Amsterdam, ou tout du moins le style que j’appellerais protestant, ce qui est plutôt logique. L’avantage c’est que tout se fait très facilement à pieds.

Le nouveau Grand Marché
Si vous avez une voiture il ne faut vraiment pas hésiter à vous rendre au nouveau Grand Marché qui vient d’ouvrir et qui remplace celui qui se situait sur le vieux port. Rassurez-vous il y a aussi un système de navette pour vous y rendre. On y trouve presque tout ce qui fait la cuisine québécoise et vous pourrez profiter des restaurants pour déjeuner sur place.

A ne pas rater !

  • Le stand de la Cidrerie Bilodeau avec son vin de glace et son beurre de pommes à tomber à la renverse… Elle se trouve en réalité sur l’Ile d’Orléans, le garde-manger de Québec, qui est elle aussi à visiter absolument.
  • L’Érablière Godbout ou comment comprendre que le sirop d’érable va avec tout… du savon à la moutarde en passant aussi par du sucre !
  • Les Beignes d’antan, pour ses beignets aux pommes de terre, absolument délicieux, légers et pas gras du tout. Même natures ils sont réellement délicieux. On en trouve ailleurs bien entendu, c’est une chaîne mais vraiment ne repartez pas de Québec sans les goûter.
    Le truc en + : venir plutôt à l’heure du déjeuner pour profiter des dégustations sur les stands. J’ai attaqué à 10h du matin le stand de la cidrerie… pas très raisonnable mais je ne conduisais pas, c’est déjà ça !

L’Ile d’Orléans
Elle s’appelait Bacchus à l’origine puisque Jacques Cartier y avait découvert des vignes sauvages. Il a fini par se rappeler que celui qui finançait ses voyages n’était pas un dieu grec, mais un duc français et le nom a changé pour honorer Henri II duc d’Orléans donc. Cette île est immense et on peut réellement la qualifier de garde-manger de Québec puisqu’elle reste quasi à 100% territoire agricole. Mais comble de bonheur, les agriculteurs locaux ont eu la bonne idée d’ouvrir des lieux de dégustations que ce soit pour faire découvrir leurs vins ou pour vous permettre de venir ramasser vos propres fraises quand la saison arrive. La récolte des pommes en plein été indien est un incontournable pour les québécois. L’île est répartie en 6 paroisses qui ont chacune un style un peu différent. Sainte Pétronille est réellement à voir pour la beauté de ses maisons. C’est là que l’on trouve un des rares hôtels, la Goéliche, située juste à côté du Saint Laurent. Elle fait quand même 34Km de long donc il faut au minimum louer des vélos pour en faire le tour. Il existe un système de bus pour vous rendre sur l’île, il faut juste s’organiser un peu.

A ne pas rater !

  • Cassis Monna & Filles où vous pourrez faire une pause déjeuner vraiment agréable. Monsieur Monna est français d’origine et il a importé la culture du cassis, plante qui a besoin de froid pour prospérer. Aujourd’hui ce sont ses filles qui ont repris la maison et la développe avec un lieu vraiment agréable où l’on peut se restaurer et manger une délicieuse glace à la vanille avec une bonne giclée de crème de cassis par-dessus. Je ne saurais que trop vous recommander la sangria pétillante !
  • Isle de Bacchus, pour son vin blanc, son vin de glace le – 8°C juste parfait avec un foie gras ou un dessert et son restaurant vue sur les vignes.
  • La cidrerie Bilodeau du Grand Marché pour en réalité la totalité de leur production… Prévoir valise pour tout ramener à la maison ! Pensez à goûter « le Petit bonheur » … le nom dit tout !

Le truc en + : on peut venir en bus si on n’a pas le courage de louer une voiture et ensuite louer un scooter ou un vélo sur place.

Les Chutes Montmorency
Les USA et le Canada se partagent celles du Niagara, celles de Montmorency appartiennent à Québec de façon pleine et entière et sont devenues un incontournable. C’est Samuel Champlain qui la baptise ainsi en l’honneur de l’amiral de France et de Bretagne Charles de Montmorency-Damville. Elle est aujourd’hui aménagée pour la visite avec pont, escaliers, via ferrata et même tyrolienne géante pour un frisson juste mouillé à souhait l’été. Comme souvent une légende entoure cette création naturelle. 1759, Mathilde et Louis s’aiment passionnément et se promènent souvent le long de la chute. Ils souhaitent se marier, et ils obtiennent sans difficulté la bénédiction familiale. Mathilde tout à son bonheur de future mariée, choisit la plus belle des robes blanches. Mais la guerre guette… Les anglais débarquent (les vrais hein ? Pas les autres !) et Louis n’a pas le choix que d’aller se battre… L’armée française finit par triompher mais Louis ne revient pas. Mathilde attend, attend et finit par se rendre sur le champ de bataille où elle découvre le corps sans vie de l’amour de sa vie. Elle rentre chez elle, enfile sa belle robe blanche et son voile de mariée qu’elle ne sera jamais et se précipite à la cascade pour se jeter dans le vide… Son voile s’envolera au loin pour créer une petite cascade toute en finesse celle-là à quelques encablures. On dit qu’on voit son visage apparaître dans la chute, donnant naissance à la légende de la Dame Blanche. C’était l’histoire de Mathilde et Louis… Les amants maudits de la Cascade Montmorency.

Le truc en + : vous êtes sportif ? Alors prenez les escaliers et utilisez la tyrolienne pour profiter de la vue rafraîchissante !

Wendake
Où vous pourrez d’ailleurs loger au l’hôtel Musée premières nations qui abrite donc un musée, celui de Huron-wendat. Y sont présentées de façon plutôt complète la culture, les rites et les traditions de ceux qui habitaient là avant que les français et les anglais débarquent. Mon gros coup de cœur va à la reconstitution de la Maison longue, que j’ai d’ailleurs visité avec une jeune guide passionnante. C’est absolument fascinant à découvrir, parce que pour une fois on est à taille réelle et non dans une maquette. Et encore… On sait qu’il existait des maisons beaucoup plus longues que celles-là. Difficile d’imaginer que certains villages fortifiés en bois pouvaient en abriter jusqu’à 60.
Coup de chance, si le calendrier est le même l’année prochaine, vous pouvez en plus assister à un pow wow, événement religieux autrefois, c’est aujourd’hui avant tout l’occasion de faire la fête et de découvrir tous les rites et les danses traditionnelles. Après la Grande entrée où les photos et films sont interdits (je me suis fait reprendre à l’ordre, je ne connaissais pas les us et coutumes) toutes les générations vont s’affronter lors de duels dansés même si on est un peu à l’école des fans… On est plus dans le thème « tout le monde a gagné » mais franchement cela vaut la peine de s’attarder un peu pour y assister. Question ravitaillement là aussi ça vaut la peine avec des foodtrucks à base de poutine et autres burgers de viande de chasse. Si vous êtes vegan et gluten free… pensez à prendre une gamelle !

Le truc en plus : le sandwich de brisket de bœuf fumé par les soins du restaurant de l’hôtel Musée et qui est présent sur le village du Pow Wow, avec les chips maison. C’est à tomber ! Et si on vous propose une liqueur pour accompagner, ne soyez pas surpris, c’est en réalité comme ça qu’ils appellent le coca ou toute autre boisson gazeuse 😊 Mais je vous conseille plutôt l’eau de rhubarbe, tant qu’à faire dans l’original.

Croisières AML
Ils en proposent plusieurs et bande de petits veinards, début juillet s’ouvrent celles qui vont à la rencontre des baleines du St Laurent. Ça vous prendra une journée de Québec mais sincèrement j’ai eu un jour la chance inouïe d’en voir en vrai en Antarctique et ça restera une de mes plus grandes émotions. J’en ai encore des frissons rien que de l’écrire alors n’hésitez pas, c’est un investissement qui en vaut vraiment la peine.

Le truc en + : si vous venez à la même saison que moi, juste en face de l’embarcadère, vous avez une petite épicerie qui fait des glaces ou des smoothies avec les fraises fraîches de l’île d’Orléans, totalement indispensables à déguster.

Québec du côté musées…
Je n’étais pas là suffisamment longtemps pour en faire un tour complet mais deux coups de cœur :

Le Musée des Beaux-Arts qui vaut le coup rien que pour son architecture qui réussit le pari d’allier ultra modernité et monument historique puisqu’une partie des salles d’exposition se situe dans l’ancienne prison de la ville. Découvrir un pays via son art est toujours passionnant et très enrichissant. Et il n’est pas trop grand !
Le truc en + : la salle présentant l’art Inuit et de nombreuses activités proposées pour occuper les enfants.

Le Musée du Fort ou comment enfin comprendre toutes les batailles entre les français, les anglais et les américains en 30 minutes ! C’est juste parfait, et ça vous permettra d’apprécier ensuite vos visites à la Citadelle ou à Champ de Bataille. Ce serait un peu compliqué à vous expliquer mais c’est un mélange de récits, de projections, de maquettes, le tout confortablement installé dans des fauteuils.
Le truc en + : idéal pour les enfants et les ados !

Québec à vélo
Cela reste une des meilleures façons de visiter une ville sans trop se fatiguer quoique je vous ai trouvé des visites guidées avec 34km au compteur ce qui commence à faire une jolie balade. Elles sont une excellente solution pour profiter des conseils d’une personne qualifiée, libre à vous ensuite de retourner sur les endroits repérés en toute tranquillité. Echo Sport est situé sur les quais de Québec en face de l’embarcadère des croisières AML justement. Evidemment vous pouvez juste y louer vos vélos, électriques ou pas d’ailleurs. Parmi les visites les plus sympas, il y a la grande boucle qui vous emmène à Levis, la plus belle vue de la ville. Ils proposent également une visite + une croisière, bref vous devriez trouver votre bonheur.
Le truc en + : demandez Marc pour toutes vos demandes particulières

Quelques adresses resto

  • Pour commencer pas un resto mais un bar, celui du célèbre Château Frontenac, qui est l’incontournable absolu de la ville. Vous pouvez juste vous offrir un verre au bar 1608 qui offre une carte sans fin puisqu’en réalité les barmen peuvent tout faire ou presque, il suffit de demander. Pour mon anniversaire, le barman m’a demandé mes cocktails préférés et il m’en a créé un sur mesure en fonction de mes goûts perso. La vue sur le St Laurent est superbe.
  • La cuisine boréale est en pleine explosion au Québec. On reprend les codes de la cuisine nordique pour la réinterpréter façon cuisine plus contemporaine. La Maison Boulay est une référence en la matière et possède aujourd’hui plusieurs restaurants ou comptoirs pour un pique-nique rapide entre deux visites.
  • Bello Ristorante, un italien qui offre les grands classiques mais aussi des recettes de pates ou pizzas qui sortent un peu plus de l’ordinaire. N’hésitez pas à aller dans le fond de la salle à droite, il y a des petites tables en terrasse super agréables. Et surtout acceptez le pain, il est servi tiède avec des herbes et pour « trempouiller », de l’huile d’olive et du vinaigre balsamique, juste délicieux ! Service super efficace, rapide… Franchement que demander de plus, surtout qu’ils font des pizzas au nutella en dessert !
  • Le Chic Shack, juste à côté du Musée du fort, facile à trouver, il y a la queue dans la rue mais promis juré, ça vaut la peine d’attendre un peu ne serait-ce que pour déguster leurs frites à la truffe et au parmesan… Juste un truc de dingue si comme moi vous appréciez ce champignon. Les burgers sont également délicieux avec un pain frais moelleux à souhait.

Evidemment comme toujours n’hésitez pas à consulter le site de l’Office du Tourisme qui est comme souvent très bien fait et ultra complet pour vous aider à organiser votre séjour à/et au Québec.

Et retrouver mon récit du Megatrail ici !