Témoignage : 30 kilos de moins, le running en plus

FRANCE
Photo communiquée par notre invitée du jour

France est une jeune femme de 25 ans, qui, grâce à la course à pied, a littéralement changé de vie (et accessoirement perdu 30 kilos). Elle partage, aujourd’hui, son expérience sur un blog. Run, Fit & Fun lui ouvre ses colonnes pour un témoignage rafraîchissant :

« Une petite présentation pour commencer … Je m’appelle France, j’ai 25 ans et il y a 18 mois j’ai décidé d’entamer un « rééquilibrage alimentaire » (joli mot pour dire « j’arrête les fast food » et « je découvre que les légumes existent » non ?!).

Avant cela, j’avais passé 15 ans de ma vie à haïr la course à pied sous toutes ses formes : de la sortie dominicale avec mes parents au cross du collège ou du lycée où j’occupais inexorablement chaque année la même place : la dernière ! Mais, lorsque j’ai décidé de perdre du poids, il me fallait absolument trouver un sport cardio. A ce moment-là, 3 possibilités s’offraient à moi : le vélo, la natation et la course à pied.

J’ai tout simplement procédé par élimination. En ce qui concerne la piscine, j’ avais 20 kg de trop et me montrer en maillot de bain était donc inenvisageable. De plus j’ai développé très jeune une peur phobique des pédiluves et des verrues plantaires et autre mycoses. J’ai donc oublié l’idée de la natation et remisé mes ambitions de carrière à la Laure Manaudou.

Alors vélo ou course à pied ? (Telle était la question…)

Pour des raisons évidentes de coût, de praticité et de gain de place (argument non négligeable lorsque l’on vit à deux dans 18 m² !) j’ai donc opté pour la course à pied … Sans grande conviction. En me demandant combien de temps allait durer cette lubie puisque jusqu’à présent toutes mes tentatives de commencement de début de course avaient été des ECHECS ! (D’ailleurs plus retentissants les uns que les autres … On pourrait en écrire l’équivalent de la grosseur d’un annuaire !)

Pendant quelques jours, j’ai eu peur de me lancer. Alors peur de quoi ? De ne PAS Y ARRIVER, que les gens me regardent de travers, d’être RIDICULE, de ne pas savoir courir « comme il faut », de m’étouffer, de me faire mal (il n’y a pas de mention inutile, malheureusement).

Et puis un soir de Janvier, j’ai pris mon courage à deux mains et j’y suis allée.

J’ai enfilé mes baskets et j’ai couru … 560 mètres. Pourtant je m’étais donnée à fond, j’étais même allée au-delà de mes possibilités et aptitudes physiques de l’époque. Tout cela pour courir 500 pauvres mètres. Sur le coup j’ai pleuré, j’étais découragée, littéralement. Ma vie se résumait à « Salut je m’appelle France, j’ai 24 ans à peine et je suis incapable de courir plus de 560 mètres sans risquer le claquage et/ou l’arrêt cardiaque ». Et pourtant, j’ai continué, j’ai continué à essayer du moins. En alternant marche et course, et ce pendant plusieurs semaines.

Au début courir était clairement une CONTRAINTE ! Mais, je m’y astreignais parce que je voulais perdre du poids et qu’en complément d’une alimentation équilibrée cela marchait plutôt bien.

Et puis la deuxième phase est apparue … la phase où je rencontre la notion de PLAISIR en course à pied ! Et aujourd’hui ce sentiment de BONHEUR lorsque je cours ne me quitte plus !

Alors qu’est-ce que j’aime dans la course à pied, pourquoi j’aime courir ? Cette question on me l’a posée des dizaines voire des centaines de fois. La réponse la plus courte est : Parce que cela me fait du bien. Ces quelques mots résument très bien mon état d’esprit lorsque je chausse mes baskets : « cela me fait du bien ».

Je cours parce que cela me fait me sentir BIEN, LIBRE, HEUREUSE. Une vraie parenthèse particulièrement lorsque j’ai eu une mauvaise journée. Cela me permet de m’évader, de souffler, de prendre de la distance, d’avoir un regard plus objectif sur les évènements et de (souvent) voir émerger des solutions à mes problèmes.

Je cours aussi parce que j’aime la nature, j’aime sentir une petite brise sur ma peau, j’aime voir gambader des lapins, j’aime voir les levers ou couchers de soleil, j’aime aussi courir dans les endroits où le seul bruit que j’entends est le bruit de mes chaussures sur le sol. Toutes ces petites choses pendant une course pour moi c’est juste un énorme concentré de BONHEUR !

Enfin je cours parce que cela m’en apprend un peu plus chaque jour sur moi ! Oui pour moi la course à pied est une véritable ECOLE ! Je n’aurais jamais pensé pouvoir courir 40 km, je n’aurais jamais pensé dépasser les 10 d’ailleurs (mes premiers runs m’ont d’ailleurs donné raison !). Mais je me suis accrochée. Cela a été DUREXTREMENT DUR même, j’ai souffert, j’ai eu MAL, mais j’ai continué alors que je ne m’en saurais jamais cru capable. Et ça c’est le plus beau des enseignements. La course à pied m’a aidée à prendre confiance en moi. Non pas parce que je sais que je peux courir 40 km, parce que ce n’est pas vraiment le genre de chose qui sert tous les jours, il faut bien l’avouer ! Mais parce que je sais que j’ai cette FORCE au fond de moi, cette chose qui fait que lorsque j’ai décidé quelque chose, je ne lâche pas, je plie mais ne rompt pas avant d’avoir réussi. Et ça c’est quelque chose qui peut se transposer à la vraie vie de tous les jours ! Apprendre à souffrir, apprendre à se surpasser, à donner le meilleur de soi-même dans ce que l’on entreprend.

J’espère de tout cœur que cet article vous donnera envie de chausser vos runnings et de vous lancer, et ce même si vous ne vous en sentez pas capable ! Tout le monde peut courir et vous allez voir en course à pied, avec de la régularité et de la persévérance on progresse vite ! Vous ne deviendrez surement pas Usain Bolt. Peu importe ! L’objectif doit être de vous surpasser, de donner le meilleur de vous-même, de vous faire plaisir, quelle que soit la distance que vous parcourrez ou l’allure à laquelle vous allez. Oui vous pouvez le faire. Oui vous en êtes capable ! »