News : aidez moi à les aider !

Comme certains l’ont peut être compris, je cours le marathon de Paris cette année avec tous mes petits camarades français du Seven Continents Club. Leur présence est d’ailleurs la seule raison qui me fait repartir sur 42km de bitume… Je pense que tout le monde a compris que j’étais plus heureuse à patauger dans la gadoue ou la dune que de respirer la pollution à pleins poumons. Bref ! Tout ça pour dire que j’ai pour la première fois décidé de courir un peu utile et d’associer ma course à une association qui m’est très chère, surtout en cette période qui agite tellement notre planète.
Vous le savez, la cause des femmes est une cause qui m’est très chère et pour moi l’avenir de la femme de par le monde reste l’éducation. Une femme éduquée est une femme qui aura plus de chance de pouvoir s’émanciper, s’assumer et dire non aux diktats. Ce n’est pas un hasard si certains pays prennent comme première mesure d’empêcher les filles d’aller à l’école… Depuis plusieurs années, je soutiens discrètement avec mes petits moyens une association qui se bat au quotidien pour scolarises les enfants de la brousse au Niger. Ce qui a fait la différence pour moi, c’est leur volonté de respecter autant que possible la parité et croyez-moi, dans un pays où les petites filles sont souvent mariées à 11 ans, convaincre les parents de les laisser aller à l’école n’est pas une mince affaire. Il faut prendre aussi en compte le fait qu’en quittant leur foyer pour rejoindre le pensionnat qui va les héberger pendant la période scolaire, elles ne sont donc plus aux champs ou à la maison avec leur mère pour aider. Tous ceux qui sont parents et qui lisent ces mots doivent facilement imaginer ce que représentent pour ces parents de se séparer de leurs enfants pour les confier à des « inconnus » pour leur offrir ce qu’ils peuvent leur offrir sur place. De quoi rêvent ces petites filles qui sont aujourd’hui scolarisées ? D’être docteur ou maîtresse parce que ce sont les seuls métiers qu’elles connaissent finalement, en dehors du travail de « paysans » de leurs propres parents.

Je sais, on se demande toujours à quoi sert d’aider des associations sur le terrain mais depuis plusieurs années que je suis leur travail, je me dis que le jeu en vaut la chandelle. Je me dis que comme le dit si bien le Talmud, « qui sauve une vie, sauve l’humanité toute entière ». Je n’ai pas les moyens de Bill Gates de vacciner l’Afrique toute entière, j’ai juste les moyens d’offrir une année de scolarité à une petite fille qui vit là-bas. Ce que j’apprécie avec le travail d’Esafro, c’est la volonté de travailler sur place avec les nigérians, sans qui rien ne serait possible. Concrètement une année de scolarité coûte 200€ (et vous retirez 66% que vous ne donnerez pas aux impôts). C’est beaucoup, j’en ai conscience et finalement pas grand-chose. Je ne compte pas ouvrir de compte sur un quelconque site de collecte, je ne saurais donc pas si cet appel sera entendu mais ce n’était pas le but. Ne le faites pas pour moi, faites-le pour elles, pour eux. J’espère juste qu’avec tous les amis virtuels que j’ai, il y en aura bien 10, en plus de tous mes petits camarades du Seven Continents Club qui ont accepté de se joindre à moi (et je les remercie ici publiquement d’ailleurs !), qui prendront sous leur aile une petite fille ou un petit garçon pour l’aider à réaliser son rêve d’être un jour docteur ou maîtresse d’école.

Parce que l’éducation reste la seule arme valable face à l’obscurantisme.

L’association est !